proust-1921Née au début des années soixante-dix à l’École normale supérieure, l’équipe Proust fait partie des équipes « historiques » de l’ITEM. Elle réalise des travaux de génétique textuelle et d’édition, publie des inédits notamment dans le domaine de la correspondance, et fédère de nombreux travaux critiques. Elle anime à l’ENS deux séminaires mensuels ouverts au public, organise des manifestations scientifiques régulières, et publie une revue annuelle internationalement reconnue, le Bulletin d’informations proustiennes (1975- ), familièrement connu comme le BIP. Un numéro de la revue Genesis intégralement accessible en ligne, « Proust, 1913 » (2013), a fait le point sur les travaux de l’équipe et sur l’état de la recherche proustienne en général.

Axe manuscrits : genèse textuelle et édition

L’équipe s’est donné pour tâche prioritaire l’exploitation scientifique du fonds de manuscrits de Marcel Proust entré à la Bibliothèque nationale de France en 1962, complété en 1985 puis 2013. Ce fonds, exemplaire par sa complexité et par sa richesse, compte plus de cent quatre-vingts cotes (feuilles volantes, cahiers, carnets, dactylographies, placards et épreuves corrigés). Aujourd’hui numérisé grâce à la collaboration entre la Bibliothèque nationale de France et des membres de l’équipe Proust, il est intégralement accessible sur Gallica.fr.

Sous l’impulsion de Claudine Quémar puis de Bernard Brun, longtemps responsable de l’équipe, de nombreuses études fondamentales ont été réalisées au fil des ans : travaux sur le Contre Sainte-Beuve, la chronologie des cahiers, les dactylographies du premier volume, réalisation d’inventaires de contenu des soixante-quinze cahiers manuscrits de la Recherche, etc. On les trouvera en particulier dans le Bulletin d’informations proustiennes.

Le collectif de recherche met aujourd’hui l’accent sur l’édition critique et génétique des cahiers de brouillon de Contre Sainte-Beuve et d’À la recherche du temps perdu, qui n’avaient jusque là été publiés que sous forme d’extraits simplifiés. Dans la collection des « Cahiers 1 à 75 de la Bibliothèque nationale de France » (BnF-Brepols Publishers, 2008- ), chaque cahier fait l’objet d’une reproduction en fac-similé (volume I) et d’une transcription diplomatique annotée (volume II). L’enjeu est de donner à lire l’écriture en train de se faire, d’éclaircir les références et allusions culturelles de tous ordres, et de faire apparaître les liens génétiques sous-jacents avec les autres documents manuscrits, afin de mettre progressivement en évidence le considérable réseau des réécritures.

Axe inédits et correspondance

image-lettres

Des inédits de Proust apparaissent régulièrement sur le marché de l’autographe ou sont retrouvés dans les archives, publiques et privées. L’équipe effectue une veille systématique de ces ventes qui sont recensées dans le BIP, et s’efforce d’y publier chaque année des inédits. L’édition de la correspondance est un domaine de recherche essentiel à la compréhension et à la connaissance de la genèse de la Recherche, et à ce titre l’équipe collabore pleinement au projet de refonte et d’enrichissement de la grande édition de Philip Kolb (Plon, 21 volumes, 1970-1993). Piloté par Françoise Leriche, ce projet d’édition numérique réunit l’Université Grenoble Alpes, le Kolb Proust Archive de l’Université d’Illinois et l’ITEM-CNRS.

L’équipe a publié une édition numérique en libre accès, la première du genre, de L’Agenda 1906 (BnF-OpenEdition books, 2015) entré au fonds Proust en 2013.

Axe critique et interprétation 

L’équipe conduit et favorise des recherches sur l’œuvre de Proust dans tous les domaines de la critique. Outre des spécialistes en génétique textuelle, elle comprend des stylisticiens, des théoriciens et des historiens de la littérature, des spécialistes de l’intertextualité, des comparatistes, et s’ouvre largement à la recherche internationale. Elle organise et participe à des rencontres scientifiques régulières, en France et à l’étranger. Elle entretient un Centre de documentation spécialisé, riche en ouvrages et thèses rares ou anciennes, ouvert sur rendez-vous à tous les chercheurs et étudiants (contact: pyra.wise@ens.fr).

* * *

 

Claudine Quémar (1939-1978), Bernard Brun, Jo Yoshida (1950-2005), Kazuyoshi Yoshikawa, Jean Milly et Richard Bales (1946-2007) ont été d’éminents membres de la première « équipe Proust », et parmi les fondateurs des recherches en génétique proustienne.

L’équipe a aussi compté parmi ses membres Brian G. Rogers (1939-2006) et Philippe Chardin (1948-2017), qui a co-organisé le séminaire Proust entre 2006 et 2017.

Autres anciens membres et proches de l’équipe : Annick Bouillaguet, Elyane Dezon-Jones, Emily Eells et Anthony Pugh (1931-2004).