Le croisement entre informatique et sciences humaines fascine depuis longtemps les chercheurs de l’ITEM. Depuis les études, les maquettes, les premiers hypertextes réalisés notamment par Jean-Louis Lebrave et Daniel Ferrer, le laboratoire a indéniablement été l’un des pionniers dans l’utilisation des technologies numériques pour les études littéraires. Le fait est que l’étude et la publication des manuscrits d’écrivains excèdent les possibilités de l’imprimé. L’ampleur des corpus, leur fragilité, les difficultés d’accès et surtout la nécessité de décrire et de montrer les processus dynamiques poussent naturellement les chercheurs de l’ITEM à se tourner vers les possibilités offertes par le support électronique et les réseaux informatiques.

La création en 2012 d’une équipe de recherche consacrée aux « Humanités numériques » vient donc ouvrir un espace de discussion théorique et d’échange d’expériences pratiques sur un domaine qui concerne la plupart des chercheurs du laboratoire. Il permettra également de rassembler les travaux conduits dans le passé par différentes équipes de l’ITEM et d’augmenter leur visibilité à l’extérieur, en servant d’interface avec l’univers désormais foisonnant des initiatives en cours dans ce domaine.

Parmi les travaux préparatoires, en plus des colloques organisés et des publications se distinguent deux lignes de recherche : 1) L’études des pratiques des communautés savantes en environnement numériques et 2) la théorie et pratique des éditions scientifiques sur Internet.

1. Communautés savantes

Cette ligne de recherche a permis une réflexion sur les conditions de possibilité de l’utilisation d’Internet pour les sciences humaines. Elle visait à comprendre d’une part comment les communautés savantes se sont progressivement transformées par les développements technologiques et d’autre part quel pourrait être leur rôle dans la transition vers le numérique et comment le Web devrait alors évoluer pour devenir un medium efficace de communication et de publication scientifiques. A côté de la réflexion théorique, l’équipe s’est engagée activement dans l’évaluation des besoins et des usages ainsi que dans la création de modèles d’infrastructure de recherche numériques pour les sciences humaines. Les travaux se sont structurés autour de deux projets européens et un projet national :

Le Groupement de Recherche Européen (GDREplus) « Hyper-Learning » (2004-2006)

L’action COST A32 « Open Scholarly Communities on the Web» (2006-2010)

Le projet « ScholarWeb » (2008-2009)

2. Éditions scientifiques numériques

Plusieurs éditions numériques sont en cours ou en programme à l’ITEM. Nous citons par exemple l’édition de l’œuvre de Nietzsche, des manuscrits de Rousseau et de Renan, de la correspondance de Proust, l’édition des cahiers de Valéry… Le pôle « Humanité numériques » va servir de lieu de lieu d’échange d’idées, d’expériences et de compétences entre les autres pôles de l’ITEM et les autres initiatives qui se déroulent au niveau national et international.

Les travaux se sont déroulés dans les cadres du GDRE cité et des projets Optima, Discovery et Agora.

Le projet ANR « Optima» (2007-2010)

Le projet européen « Discovery » (2006-2009)

Le projet européen « Agora »(2011-2014)

Le projet EMAN (plateforme d’édition de manuscrits et d’archives modernes) : http://eman-archives.org. La plateforme a un carnet de recherche : http://eman.hypotheses.org/. Un séminaire technique est organisée autour des problématiques d’édition de corpus numériques.

L’ITEM participe au consortium Cahier.  Ce consortium, soutenu par Huma-Num, entend favoriser les échanges de données et de méthodes dans le domaine de l’édition savante numérique. Plusieurs projets de l’ITEM en sont partie prenante : comité de pilotage, groupe de travail sur la correspondance ou le crowdsourcing. Le groupe de travail sur la correspondance travaille sur un guide méthodologique d’édition numérique de la correspondance.

L’équipe est par ailleurs impliqué dans de nombreuses activités de formation : cafés gourmands de formation aux outils numériques, action nationale de formation sur la gestion de projets de sources numériques de la recherche, ateliers Omeka PSL, etc.

Responsable de l’équipe : Paolo D’Iorio (DR)

Membres :

Aurele Crasson (Ingénieur)

Jéremy Pedrazzi (ingénieur)

Richard Walter (ingénieur)