Comprendre et s’approprier des œuvres caribéennes et africaines peu connues ou insuffisamment étudiées, rendre accessibles des inédits laissés à l’état de manuscrits, donner à entendre la puissance de la tradition orale dans le style écrit, saisir la richesse des innovations qui se jouent dans les métamorphoses de l’expression et dans la coexistence de langues comme l’espagnol, le portugais, le français et l’anglais des Caraïbes : tels sont les buts à la fois scientifiques, esthétiques et éthiques de cette entreprise qui cherche à explorer les liens entre les pays et les continents, en ouvrant les frontières à la découverte des identités et en reconstituant le dialogue entre les Caribéens, les Africains et tous ceux qui ont participé à leur histoire.

Voir les volumes de la collection sur le site de CNRS Éditions.

 

Poésie complète. Léopold Sédar SENGHOR

Édition critique coordonnée par Pierre BRUNEL. 2007

« Nourri de traditions diverses, Léopold Sédar Senghor s’est volontairement tourné vers la civilisation de demain, qui devrait être la Civilisation de l’Universel. C’est dire la variété, la richesse et la portée de son œuvre poétique. Le présent volume réunit pour la première fois l’ensemble des recueils publiés. Témoignage éclatant d’une Francophonie soucieuse d’intégrer les mots et les images venus du fonds originel, cette poésie d’un haut lyrisme et d’une invention constante est porteuse d’un message qui mérite d’être entendu par l’homme d’aujourd’hui ».
Pierre Brunel

Oeuvres complètes, Tome I. Le diariste (Les Calepins bleus), L’épistolier, Le moraliste. Jean-Joseph RABEARIVELO
Édition critique coordonnée par Liliane RAMAROSOA , Serge MEITINGER , Claire RIFFARD. 2010Imaginez, au début du vingtième siècle, au coeur d’une île à ce moment soumise à la France, un jeune homme de couleur qui découvre en lui le don de l’expression, associé à l’amour des Lettres et de la langue française ! Conscient de son génie, Jean-Joseph Rabearivelo, né en 1903, travaille à devenir ainsi le premier « intellectuel » de sa nation. En ce premier volume des oeuvres complètes, c’est d’abord Jean-Joseph Rabearivelo par lui-même qui apparaît en tant que diariste, épistolier et moraliste. La part la plus considérable de l’ouvrage est occupée par les Calepins bleus (1933-1937), journaux intimes, longtemps tenus secrets pour leur caractère sulfureux mais déjà célèbres, où il ne cesse d’apprécier ses passions, ses actions et ses projets à l’aune des mots, des images, des idées déjà mis en avant par ceux qu’il vénère comme ses maîtres. Il y a quelque chose de pathétique et d’exaltant à la fois dans cette constante référence à un modèle intellectuel, esthétique et éthique magnifié. Toutefois ce recours patient et entêté ne permit pas au jeune poète de vaincre un sentiment de détresse en grande partie engendré par sa situation culturelle de déchirement et qui le conduisit au suicide au mois de juin 1937. Le journal, dont voici enfin le livre, a subi, lui aussi, la tentation du suicide et les cinq premiers tomes ont été brûlés de la main de l’auteur.

Oeuvres complètes, Tome II. Le poète – Le narrateur – Le dramaturge Le critique – Le passeur de langues – L’historien.  Jean-Joseph RABEARIVELO
Édition critique coordonnée par Laurence INK, Liliane RAMAROSOA , Serge MEITINGER , Claire RIFFARD, 2012.

Poète, journaliste et critique, romancier et dramaturge, historien et traducteur, Jean-Joseph Rabearivelo (1903-1937), s’efforcera de maintenir l’équilibre entre l’apport natal et l’essor que lui permet un médium étranger prestigieux. Lui qui se dit « fils des Rois d’une époque abolie », mais vit durement son statut de bâtard, sera l’éclat et l’illustration de sa « race ». Cela passe par la maîtrise de la langue du conquérant et par l’excellence qu’il saura montrer dans le champ littéraire d’une des plus anciennes civilisations d’Europe. Néanmoins, il n’oublie pas et n’oubliera jamais la langue et la civilisation malgaches. Son voeu le plus cher est de mettre en contact, de faire passer l’une dans l’autre les deux cultures qui sont les siennes.

Son étonnante créativité ne se contente pas d’exploiter les modèles en vigueur, et la maîtrise de la langue française ne signifie pas soumission intellectuelle et morale au conquérant. Cette langue venue d’ailleurs, imposée d’abord par la force des armes mais passionnément aimée, peut devenir, au point de passage des langues, un outil d’ouverture au monde et à l’universalité de la littérature en tant qu’expression de la dignité humaine. Ce second tome de ses œuvres complètes comprend d’abord l’œuvre essentiel, c’est-à-dire l’œuvre de création – la poésie, les récits, les pièces de théâtre –, puis l’œuvre de l’éminent passeur de cultures et de civilisations qu’il fut durant toute sa fulgurante carrière – les traductions de poèmes malgaches traditionnels et contemporains vers le français –, et enfin la contribution de l’intellectuel engagé et créateur à la fois – les articles critiques et les essais d’histoire.

Poésie, théâtre, essais et discours. Aimé CÉSAIRE
Édition critique coordonnée par Albert James ARNOLD, 2014.

On ne lira plus jamais Césaire comme auparavant. Fini le cliché de l’écrivain progressiste qui fustige la colonisation avant de se tourner vers un théâtre anticolonialiste. Notre approche génétique, enrichie par des documents d’archives inexploités jusqu’ici, révèle toute une dimension native de son écriture : trois versions inconnues du Cahier d’un retour au pays natal, des essais de poétique et d’esthétique inédits qui éclairent la création de l’oeuvre, et une constellation de textes poétiques, éblouissants de métaphores filées, qui donnent son sens vivant au concept de négritude, tel que Césaire lui donne forme de 1935 à 1987. Quant au théâtre césairien, cette nouvelle édition critique permet pour la première fois de mesurer à quel point sa dramaturgie, passionnée d’histoire, a joué un rôle central dans le grand tournant des années 1950.

Portraits. Albert MEMMI
Édition critique coordonnée par Guy DUGAS, 2015.

Albert Memmi naît en Tunisie en 1920, dans une modeste famille juive, de langue maternelle arabe.
Formé à l’Alliance israélite à Tunis, puis à l’université d’Alger, et à la Sorbonne, Memmi se trouve au carrefour de trois cultures et construit son oeuvre d’essayiste, mais aussi de fiction, sur la difficulté de trouver un équilibre entre Orient et Occident.
Avec la réédition de ses Portraits, accompagnée de nombreux textes critiques, il s’agit d’ouvrir, pour la première fois, le procès du postcolonial au Maghreb – le terme procès étant pris dans sa double acception de procédure de remise en cause et de processus. C’est donc à une pensée à l’oeuvre à laquelle ces Portraits nous donnent accès, de la situation coloniale à la situation postcoloniale.

Poèmes. Sony LABOU TANSI
Édition critique coordonnée par Nicolas MARTIN-GRANEL et Claire RIFFARD, en collaboration avec Céline GAHUNGU. 2015

« Pour moi, on n’est écrivain qu’à condition d’être poète ». Sony Labou Tansi (1947-1995) est connu et célébré comme romancier et dramaturge. Mais qui connaît son œuvre poétique ? De cette terra incognita, seuls témoignaient quelques poèmes éruptifs lancés à la volée dans la presse et aussitôt relégués aux oubliettes de l’éphémère. À la mort de l’écrivain, on découvre dans ses papiers une multitude de poèmes manuscrits, inédits. L’ensemble constitue une mosaïque de recueils et de fragments qui obéit à un dessein aussi cohérent que son théâtre et son œuvre romanesque. La présente édition génétique les reprend tous dans le continuum chronologique de leur écriture autographe, telle qu’elle a pu être reconstituée à partir des manuscrits, de la correspondance et des entretiens.