« Génétique des traductions » – Séminaire de recherche animé par Patrick Hersant.

Sans être tout à fait nouveau, l’intérêt de la traductologie pour la génétique textuelle est encore trop récent pour avoir inspiré des travaux autres que ponctuels et fragmentaires. La traduction poétique, presque toujours par des traducteurs eux-mêmes poètes, en occupe à elle seule presque tout le champ ; et, si les brouillons de traducteurs-poètes tels que Saint-John Perse, Paul Celan ou Philippe Jaccottet font depuis longtemps l’objet d’études critiques, celles-ci s’attachent le plus souvent à comparer le travail du traducteur à l’œuvre du poète.

Il aura fallu attendre un numéro de Genesis paru en 2014 pour que les noces de la génétique et de la traductologie soient enfin célébrées sans restriction ni exclusive, et qu’y soient conviés des traducteurs non-poètes et même non-écrivains – des traducteurs tout court, si l’on peut dire, dont la revue reproduit les brouillons en nombre, et en couleurs. Depuis, la revue Transalpina (Caen, 2015, n° 18) a consacré un numéro à la genèse des traductions dans le domaine de la littérature italienne, et la revue Linguistica Antverpiensia (Anvers, 2015, n° 14) a tracé les contours d’une génétique des traductions, ou « genetic translation studies » ; plus récemment, la revue Palimpsestes  (Paris, 2020, n° 34) a consacré à ce champ d’étude un numéro spécial, « Dans l’archive des traducteurs ». Certaines séances du séminaire poursuivront la réflexion menée ces dernières années autour des rapports entre multilinguisme et traduction ; d’autres s’attacheront à définir notre nouvel objet d’étude – le dossier génétique d’une traduction – et les méthodes permettant de l’analyser sous ses diverses formes et dans toutes ses dimensions.

Équipe Multilinguisme, Traduction, Création


Conférences :