22/05/2019,

accuse-300x144.jpg

Le colloque “Naturalismes du monde : les voix de l’étranger” est à la Une du journal du CNRS, sous la forme d’un entretien avec Olivier Lumbroso par Philippe Testard-Vaillant.


Après la publication de «J’Accuse», Émile Zola reçoit plusieurs milliers de lettres du monde entier. Que révèlent-elles sur leurs expéditeurs et sur l’écho mondial de l’affaire Dreyfus ? Éléments de réponse avec Olivier Lumbroso, coordinateur du colloque Naturalisme du monde : les voix de l’étranger.

Épisode essentiel de la IIIe République et archétype de l’erreur judiciaire, l’arrestation et la condamnation du capitaine Dreyfus ont eu des répercussions immenses en France et à l’étranger. Pouvez-vous rappeler brièvement les tenants et les aboutissants de l’Affaire ?
Olivier Lumbroso1 : Le 15 octobre 1894, le capitaine Alfred Dreyfus, juif alsacien, est accusé d’avoir livré des secrets militaires à l’Allemagne. Il est arrêté, puis condamné à la déportation. Dégradé le 5 janvier 1895, il embarque pour le bagne de l’île du Diable, en Guyane. L’action politique et médiatique du camp dreyfusard, au fil des mois, permet de désigner le commandant Esterhazy comme étant le vrai traître. Le 13 janvier 1898, Zola, qui compte parmi les écrivains les plus traduits au monde, publie « J’Accuse », dans L’Aurore, tiré à 300 000 exemplaires. Son pamphlet donne à l’Affaire une dimension internationale. Condamné, Zola s’exile en Angleterre, tandis que la France se déchire dans un climat de haine. Après une nouvelle condamnation en 1899 lors du procès de Rennes, le rideau judiciaire de l’Affaire tombe le 12 juillet 1906 : Dreyfus est déclaré innocent par la Cour de cassation et réintègre l’armée avec le grade de commandant. Esterhazy, lui, ne sera jamais condamné.

La stigmatisation de la communauté juive, déjà forte dans les années 1880, est-elle amplifiée par l’affaire Dreyfus ?
O.L. : L’hostilité à Dreyfus, aux Juifs, à Zola, s’accompagne, dans les grandes villes, de violentes émeutes antisémites. C’est que l’antisémitisme d’extrême droite, à la fin du XIXe siècle, bénéficie d’une forte influence sur l’opinion publique, notamment par l’entremise des thèses d’Édouard Drumont défendues dans La France juive (1886) et développées dans le quotidien antirépublicain La Libre Parole qui fustige « la fatalité et la malédiction de la race ». Ces idées sont partagées par une partie de la France nationaliste qui voit dans le Juif, l’étranger de l’intérieur, le nomade inassimilable, l’allié des francs-maçons, le meurtrier du Christ… Sans oublier que L’Action française, née en 1898, affiche un antidreyfusisme virulent, défendu par le monarchiste Charles Maurras, rejoint par Maurice Barrès.

Le déchaînement d’antisémitisme occasionné par l’affaire Dreyfus pousse-t-il certains Juifs à quitter la France ?
O.L. : Bien avant la création de l’État d’Israël, en 1948, quelques milliers de Juifs d’Europe partent s’installer dans les premières colonies agricoles implantées en Palestine. De son côté, l’Autrichien Théodore Herzl, choqué par la violence de l’Affaire qu’il couvre en tant que correspondant de presse, préconise en 1896 la création d’un État juif et, l’année suivante, il organise, à Bâle, le premier congrès sioniste…

Continuer à lire l’article sur le journal du CNRS

Le colloque Naturalismes du monde : les voix de l’étranger