Genèses cinématographiques / 2020

01/04/2020, École normale supérieure, 45, rue d’Ulm, salle Simone-Weil (rez-de-chaussée)

Tirant quelques fils de son livre La Voie des images, Sylvie Lindeperg retracera deux histoires de tournage au printemps-été 1944, dans les camps de transit de Terezin et de Westerbork. Sous le signe de Daniel Arasse, elle mettra en œuvre une « vision rapprochée du cinéma » attentive aux détails et aux arrière-plans. Historiciser les prises de vues de Terezin et de Westerbork permet d’entrevoir l’univers mental de ceux qui filmèrent, d’interroger leurs gestes et leurs choix, de percevoir la part inintelligible de l’histoire pour ceux qui en furent les contemporains. Ces images ouvrent également la voie à une histoire du sensible inscrite au plus près des corps de ceux qui firent l’événement ou qui en furent victimes. Elles engagent des questions telles que la place de l’art au cœur de la barbarie et la capacité du cinéma à devenir un instrument de résistance à l’anéantissement.