Séminaire Multilinguisme, Traduction, Création / 2022-2023

09/05/2023, ENS, 29 rue d’Ulm, Salle Assia Djebar, 16h – 18h

 

L’œuvre singulière et polymorphe de Silvia Baron Supervielle pourrait être envisagée comme une expérience plurielle de la traduction, que celle-ci consiste à écrire dans une langue étrangère et sans cesse réinventée — le français qui écarte, sans l’étouffer, l’espagnol natal —, à traduire d’autres écrivain-e-s (notamment argentins, mais aussi français, selon les mouvements du cœur qui font de la traduction une rencontre amoureuse), et enfin à traduire ses propres écrits, ultime manière de repousser les frontières au profit d’un exil libérateur. Pour cette écrivaine-traductrice translingue, la traduction reste néanmoins un mystère qu’elle ne cesse d’interroger, dans ses textes diversifiés, sinon hybrides (de la poésie à l’essai, en passant par le roman et la nouvelle), et ses nombreux paratextes — articles, préfaces, correspondances, entretiens —, à travers un véritable continuum qui pense l’énigme de la langue transfigurée. L’exploration du fonds Silvia Baron Supervielle à la BNF offre un éclairage précieux sur cette quête originale conjuguant création et réflexion, grâce aux traces vivantes des manuscrits qui révèlent un peu la part secrète de la métamorphose qu’est la traduction.

Stavroula Katskiki est maîtresse de conférences en sciences du langage à l’Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis (UR TransCrit). Spécialiste de pragmatique contrastive et d’analyse du discours, elle poursuit des recherches sur le plurilinguisme littéraire et l’(auto-)traduction.