14/01/2015,

Le lecteur de Marcel Cohen parcourt, depuis quelques années, des textes qui ne se contentent pas des genres connus et qui semblent proposer la lecture — en tant qu’opération, mais aussi en tant que support d’images — comme genre possible pour l’écriture. Les fragments, ces incipits collectionnés, s’inscrivent en tant que littéraires, mais déplacent lelittéraire en s’adressant aux “grands débutants”. Notre intérêt se porte sur le parcours que le lecteur est invité à faire par le biais des références présentes dans ses textes et qui vont des petits objets recueillis ou identifiés dans un café, à la présence persistante d’une certaine mémoire, passant par des notes prises le long des années de lectures littéraires ou de presse.

Nous proposerons – en dialogue avec l’auteur – la lecture des cahiers manuscrits de Marcel Cohen, qui dévoilent un travail d’écriture effectué au niveau microscopique du mot, de la phrase et du rythme. Nous analyserons dans quelle mesure l’ordre des faits recensés et ensuite travaillés ne semble pas déterminante, encore qu’ils soient travaillés dans l’espace contraignant des cahiers. Des cahiers aux sorties d’imprimantes, nous suivrons un parcours scriptural allant de la publication de Murs (1979) jusqu’à Sur la scène intérieure. Faits (2013), en passant par les trois tomes de Faits (2002, 2007, 2010), dans le dessein de les présenter comme un seul et unique projet d’écriture.

——-

style= »margin:0px 0px .5em;padding:0px 0px .5em;color:rgb(51,51,51);font-family:Georgia, serif;font-size:13px;font-style:normal;font-variant:normal;font-weight:normal;letter-spacing:normal;line-height:19.9650001525879px;text-align:justify;text-indent:0px;text-transform:none;word-spacing:0px; »>
Marcel Cohen, écrivain.

Quelques publications : Murs, Éditeurs Français Réunis, 1979 ; Faits. Lecture courante à l’usage des grands débutants, Gallimard, 2002, Faits, II, Gallimard, 2007 ;Faits, III. Suite et fin, Gallimard, 2010 ; Sur la scène intérieure. Faits, Gallimard, L’un et l’autre, 2013 ; L’homme qui avait peur des livres, Editions Arfuyen, 2014 ; Le grand paon-de-nuit, suivi de Murs, suivi de Métro, Gallimard, 2014

Verónica Galíndez est professeur de littérature française à l’Université de São Paulo, au Brésil. Elle y dirige un groupe de recherches consacré à l’étude des rapports entre la lecture et l’écriture dans les processus de création d’écrivains. Elle développe des recherches sur la génétique et sur Flaubert et, plus récemment, sur la littérature française contemporaine (Marcel Cohen et Pascal Quignard). A déjà publié de nombreux articles et des livres dont Fogos de artifício. Flaubert e a escritura (Feux d’artifice. Flaubert et l’écriture), éd. Ateliê, São Paulo, 2009; Écritures du XXIe siècle. Genèses in vivo, avec I. Fenoglio et C. Amigo Pino, éd. Le Manuscrit, Paris, 2012,Pascal Guignard. la littérature hors frontières Paris, Hermann, 2013 (avec I. Fenoglio). Elle publie aussi des traductions, notamment de Pascal Quignard : Último reino (Dernier royaume), éd. Hedra, 2013, Butes (Boutès), éd. Dobra, 2013 ; elle prépare en ce moment, la traduction de Le sexe et l’effroi (sortie prévue pour septembre 2015).

Lieu : ENS, 29 rue d’Ulm, 75005 Paris. Amphithéâtre Jules Ferry.