18/06/2008,

Dans le cadre du programme « Linguistics and the Arts of Language », soutenu par la fondation France-Berkeley, deux après-midi de débats sont proposées les 18 et 19 juin à l’École normale supérieure (45 rue d’Ulm, Paris 5e, salle des Résistants). Il s’agira, autour d’interventions très brèves, de mesurer la convergence ou l’écart des approches françaises et américaines dans l’analyse linguistique des textes littéraires.

L’après-midi du 18 juin sera consacrée à des réflexions théoriques avec trois problématiques principales : la comparaison entre les approches continentales et anglo-saxonnes dans l’analyse linguistique de la littérature ; la place de la notion d’« énonciation » dans l’analyse des textes littéraires (la notion, omniprésente en France, étant fort peu utilisée aux États-Unis) ; les champs à ouvrir ou rouvrir (nous nous intéresserons, par exemple, au retour des problématiques philologiques en stylistique, à la place des acquis cognitivistes, à l’état de la stylistique comparée…).

L’après-midi du 19 juin sera plus précisément centrée sur les textes en vers, autour de trois axes de réflexion : la situation des théories du vers en Europe et aux États-Unis ; les approches non métriques des textes versifiés et leur articulation aux analyses métriques ; les objets à étudier ou à reprendre (et, parmi eux, la question du transfert des modèles métriques ou celle de la métrique comparée).
Chaque participant interviendra dans sa propre langue, y compris lors des débats, qui ont vocation à rester libres et informels.

Ces rencontres sont ouvertes à tous. Les doctorants et futurs doctorants intéressés par l’analyse linguistique des textes littéraires y sont particulièrement bienvenus.

Organisateurs :
Ann BANFIELD (UC, Berkeley) et Gilles PHILIPPE (Grenoble III / IUF / ITEM)
Comité scientifique :
Kristin HANSON (UC, Berkeley) Sylvie PATRON (Paris VII), Julien PIAT (Grenoble III), Thelma SOWLEY (Paris VIII).
Contact :
gilles.philippe@ens.fr
pan style= »font-weight:bold; »>18 juin — 14h00-18h30
Présidents : Jean-Michel Adam (Lausanne [sous réserve]) et Ann Banfield (UC, Berkeley)

Ann BANFIELD (UC, Berkeley) : Paramètres et paradigmes. Quelques réflexions sur l’analyse linguistique de la littérature en France et aux Etats-Unis
Robert KAWASHIMA (U. Florida, Gainesville) : Theory vs. Taxonomy in Linguistic Approaches to Narrative
Claire BADIOU-MONFERRAN (Paris IV) : L’hypothèse non-communicationnelle du récit de fiction à l’épreuve des textes d’Ancien régime
Zachary GORDON (UC, Berkeley), The Syntax of Integrated Direct Style
Dominique MAINGUENEAU (Paris XII / IUF) : Situer l’analyse du discours littéraire
Delphine DENIS (Paris IV) : Que faire de la philologie ?
Anne HERSCHBERG-PIERROT (Paris VIII, ITEM) : Stylistique, génétique et polyphonie
Sabine PETILLON (ITEM) : Processus scripturaires : questions de profils
Georges MOLINIE (Paris IV) : Quid de la beauté de la langue ?

19 juin — 14h00-18h30
Présidents : Kristin Hanson (UC, Berkeley) et Michel Murat (Paris IV / ENS)

Jean-Michel GOUVARD (Bordeaux III) : Questions de métrique générale
Kristin HANSON (UC, Berkeley) : Prosodic Universals in Metrical Borrowing
Jeremy ECKE (UC, Berkeley) : Miscellany and Macaronic Meters : Alliterative Appropriation of French Poetic Form
Jacqueline GUERON (Paris III) : Grammaire et métrique
Sandrine BEDOURET (Pau) : Du concept de nombre oratoire à celui de rythme
Olivier HALEVY (Grenoble III) : Le vers comme forme symbolique ? L’exemple de la Renaissance française
Michel MURAT (Paris IV / ENS) : Y a-t-il une métrique du vers libre ?
Jean-Pierre BOBILLOT (Grenoble III) : De la poétique des vers à la médiopoétique. Pour une perspective historique et matérialiste