10/04/2021,

Entre la fin du XVIe siècle et la fin du XVIIe siècle, les poèmes appartiennent à ceux qui les lisent : manuscrits ou imprimés, passant de main en main, ils sont objets d’appropriations de formes et d’ampleurs variées, autoritaires, qui entraînent une variabilité insoupçonnée. Celui que l’on désigne comme l’auteur recouvre une réalité plus complexe qu’un nom écrit sur une page de titre. Cet ouvrage pose de nouveaux cadres d’analyse de la poésie classique, qui renouvellent en profondeur la compréhension de ses enjeux esthétiques et des pratiques sociales auxquelles elle donne lieu. Il met en évidence un phénomène massif, mais jusque-là peu pris en compte : les innombrables commentaires et réécritures auxquels sont soumis les poèmes à l’époque, de la part de multiples sources et acteurs – correspondants des auteurs, experts sollicités ou non, copistes ou lecteurs. Ces gestes constituent autant d’appropriations par lesquelles on s’empare des poèmes en vue de nouvelles utilisations : on en prend possession, pour affirmer son savoir, tisser des liens, les rendre conformes à sa propre définition de l’usage linguistique, ou tout simplement pour s’exprimer. Ainsi ce livre bouleverse-t-il les notions de poème, entendu comme un objet stable et fini, mais aussi d’auteur, compris comme responsable unique des œuvres, et propose une vision nouvelle de l’idée de poésie classique : enjeu de rapports de force et de conflits de normes, elle s’élabore dans la durée et collectivement, et ne connaît aucune stabilité. L’histoire des poèmes de cette période et de leur genèse doivent donc être envisagées à nouveaux frais.

Guillaume Peureux (Auteur)

Professeur de littérature française du XVIIe siècle à l’Université de Paris 10 – Nanterre. Il travaille sur les marginalia dans les recueils manuscrits et imprimés de poésie entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Il étudie les pratiques de lectures et de réécriture des écrivains et des lecteurs anonymes (il observe notamment l’inscription de variantes non auctoriales). Son travail interroge les notions de « texte » et d' »auteur ». Il insiste sur l’instabilité foncière des textes et sur les conséquences de ces pratiques de lecture, de commentaire et de réécriture.

Éditions Hermann
ISBN : 9791037005557
Collection : Hors collection
402 p.