Baudelaire : "Éditer Baudelaire" / 2019

06/06/2019, École normale supérieure, Salle Celan. 10h -12 h

Dans les dernières années de sa vie, Baudelaire avait le projet de publier une troisième édition des Fleurs du Mal, afin de remédier aux conséquences de la censure de 1857 et de donner une forme définitive à son recueil. Après sa mort, Charles Asselineau et Théodore de Banville ont fait paraître chez Michel Lévy une édition de ses œuvres et de ses traductions en sept volumes, dont le premier, paru en décembre 1868, contient Les Fleurs du Mal. Préfacée par Théophile Gautier, cette édition, qui recueille cent cinquante et un poèmes, a joué un rôle considérable dans la « fortune » de Baudelaire. Pierre Brunel revient sur les critères d’édition et les enjeux qui ont présidé à sa publication.

———–

Professeur émérite de Sorbonne Université, Pierre Brunel est depuis 2015 membre de l’Académie des sciences morales et politiques. Auteur d’une soixantaine d’ouvrages, il en a consacré trois à Baudelaire : « Les Fleurs du Mal » : entre fleurir et défleurir (Éditions du temps, 1998), Baudelaire et le « puits des magies ». Six essais sur Baudelaire et la poésie moderne (José Corti, 2002) et Baudelaire antique et moderne (Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2007).

Réécouter la présentation :

      Pierre_Brunel