Séminaire Zola 2020-2021

29/01/2021, CNRS - 59, rue Pouchet (salle de conférence) et à distance

L’Humanisme, identifié comme le mouvement littéraire dominant du XVIe siècle s’est constitué sur une série de données, issues de réflexions théologiques et philosophiques. Si des auteurs comme Montaigne se sont livrés à une critique de l’ethnocentrisme, invitant le lecteur à un décentrement, il n’en demeure pas moins que sous les accusations d’anti-humanisme, souvent lancées dans le débat littéraire, on peut observer la permanence de l’anthropocentrisme. Il s’agit de montrer que le naturalisme a opéré une rupture dans la conception classique de l’humanisme en posant les germes d’un nouveau rapport au monde, qui peut être éclairé par les innovations littéraires du siècle suivant, autant que par les débats écologiques et éthiques actuels.

 

Pascaline Hamon est professeure agrégée de français. En 2018, elle a soutenu une thèse de doctorat sous la direction d’Alain Pagès, à l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle : « Les antinaturalismes fin-de-siècle de Barbey à Barrès (1877-1908). Exploration d’un labyrinthe critique, sociologique, philosophique, esthétique et moral »