Séminaire Multilinguisme, Traduction, Création / 2022-2023

18/10/2022, ENS, 45 rue d'Ulm, 75005 Paris. Salle Info 1. 16h – 18h

 

« Haroldo de Campos, un cosmopolite périphérique : bibliothèques, réseaux intellectuels et traduction »

Le poète brésilien Haroldo de Campos (São Paulo, 1929-2003), l’une des forces motrices de la poésie concrète depuis les années 1950, fut un médiateur culturel infatigable. Critique, traducteur, éditeur et théoricien de la littérature et de la traduction, il a notamment traduit Pound, Joyce, Mallarmé, Maïakovski, Arnaut Daniel, Ungaretti, Goethe, Octavio Paz, Dante, Bashô, L’Iliade et des fragments de la Bible. Son groupe et lui ont établi des contacts avec Ezra Pound dans les années 1950 et encouragé la création d’un réseau transnational lié à la promotion de la poésie concrète. À partir des années 1960, le poète brésilien a construit un réseau d’échanges avec des auteurs tels que Max Bense, Umberto Eco, Roman Jakobson, Octavio Paz, Emir Rodríguez Monegal, Julián Ríos, Andrés Sánchez Robayna, Jacques Roubaud et Jacques Derrida, entre autres. Il ne s’agissait pas seulement d’un réseau de relations personnelles, mais aussi institutionnelles, puisque la plupart de ces auteurs étaient liés à des maisons d’édition, des revues, des associations et des institutions académiques.

On montrera comment Haroldo de Campos – rare exemple de cette variété de cosmopolitisme périphérique – a construit son projet littéraire en s’appuyant sur des réseaux intellectuels transnationaux, et comment il s’est inséré dans des réseaux poétiques, critiques et théoriques qui visaient une transformation de la littérature brésilienne et, en même temps, une transformation des manières de penser la circulation internationale de la littérature et des idées. Pour ce faire, j’ai travaillé principalement sur la base de recherches sur sa bibliothèque (plus de 21 000 volumes), ses réseaux intellectuels (largement construits par ses voyages et sa correspondance) et la question de la traduction comprise comme transcréation.

Max Hidalgo Nácher enseigne la théorie de la littérature et la Littérature comparée à l’Universitat de Barcelona (UB). Membre du GEXEL de l’Universitat Autònoma de Barcelona (UAB), il consacre sa recherche à l’œuvre et aux réseaux intellectuels d’Haroldo de Campos ainsi qu’à l’histoire et aux usages de la théorie littéraire. Il a notamment publié des articles sur Roland Barthes, Samuel Beckett, José Bergamín, Haroldo de Campos, Oscar Masotta, Leyla Perrone-Moisés et Nicolás Rosa, et dirigé les dossiers « Historia y usos hispánicos de la teoría » (452ºF, 2015) et « Circulações da teoria na América Latina » (Landa, 2019).