Séminaire Zola / 2021-2022 « Spectacle et jeux d'écriture(s) »

15/10/2021, Uniquement en visioconférence : inscription à envoyer à jean-sebastien.macke@cnrs.fr

À l’époque où Zola exerce la fonction de feuilletoniste au Bien public puis au Voltaire, la critique théâtrale est en pleine mutation : le remplacement de la presse d’opinion par la presse d’information et, corrélativement, celui du feuilleton hebdomadaire par le reportage du lendemain, justifie qu’il se livre, dès son entrée dans le monde du journalisme, à une critique de la critique. Lui-même subvertit les codes de la chronique traditionnelle. Alors que, suivant une méthode déductive, Sarcey tire de ses observations particulières des lois générales, c’est à l’aune d’une utopie que Zola juge les pièces : sa méthode est inductive. Car, pour lui, la fonction du critique n’est pas de rendre compte du théâtre contemporain, elle est de préparer le terrain au théâtre de l’avenir. À mesure qu’il instruit le procès de la programmation de son époque, il produit une définition du drame naturaliste. La partie matérielle de la représentation y accède à une dignité nouvelle. Zola s’achemine ainsi vers une conception globale du phénomène théâtral, dont la mise en scène serait partie intégrante.

Uniquement en visioconférence : inscription à envoyer à jean-sebastien.macke@cnrs.fr