04/06/2014,

 Les études génétiques ont montré toute la malléabilité du texte théâtral, qui apparaît de moins en moins comme un texte édité après le cheminement de ses « brouillons ». Certes, un tel parcours se trouve, dans beaucoup de cas, dans l’écriture des dialogues et des didascalies. Mais le texte théâtral étant destiné essentiellement à être joué, il est aussi retravaillé par les multiples composantes du spectacle : la mise en scène, les contraintes d’un lieu, la personnalité des acteurs, le public auquel il est destiné. Et ce travail même change la nature d’un texte qui sera bien souvent publié après une première série de représentations, faisant de la mise en scène une «critique génétique du texte dramatique », ainsi que Jean-Loup Rivière la définit dans la revue Genesis (n°26, 2005). Le théâtre présente donc par définition des genèses complexes et variées. On adoptera tout d’abord cette première approche purement esthétique, qui permet de définir des « dynamiques de création » différentes.

Les genèses théâtrales montrent par ailleurs comment cet art est éminemment informé par la situation dans laquelle il est créé et les horizons d’attente qui l’entourent, notamment ceux qui tiennent à la culture dans laquelle il est produit. Dans ce contexte, on envisagera cette question : comment l’écriture théâtrale en langue française et ses pratiques varient-elles selon les cultures dans lesquelles elles s’inscrivent ? On s’intéressera autant à ce qui les justifient qu’aux méthodes de création et aux pratiques scénographiques elles-mêmes. On pourra resserrer également la perspective autour de cette question plus spécifique : comment le texte et sa performance évoluent-ils quand le spectacle est joué dans une autre culture que la culture-source ?

Selon les indications d’Almuth Grésillon et de Jean-Marie Thomasseau (Genesis, n°26, 2005) on envisagera comme espaces de genèse des éléments multiples : les brouillons des dialogues ou des didascalies, les plans ou textes préalables ; les différents documents ayant trait à la mise en scène : notes préparatoires du metteur en scène, écritures de régie (notes pendant les représentations, schémas et croquis, mises au net finales et livres de conduite) et même les écrits de « l’après-scène » (affiches, programmes, articles de journaux, comptes rendus, interviews), à partir du moment où ils servent de référents à des mises en scène futures. Le cas échéant, on retiendra également les traités sur le théâtre écrits par les dramaturges, quand ils informent les pièces de théâtre à venir.

L’un des objectifs de cette deuxième rencontre est de comparer sur le plan esthétique des pratiques d’écriture du théâtre en langue française ancrées dans des espaces géographiques différents (Belgique, Canada, Caraïbes, Congo, France, Maghreb …) et de s’intéresser plus particulièrement aux théâtres de l’espace littéraire américain de langue française. Les communications feront l’objet d’une publication aux PURH dans la collection « Franco-Amériques ».

Participants :

Anne BEGENAT-NEUSCHAEFER (Professeur, Université d’Aix-la-Chapelle, Allemagne / ITEM, France)

Daniel DELAS (Professeur émérite, Université de Cergy-Pontoise / ITEM, France)

Jean JONASSAINT (Professeur, Université de Syracuse, États-Unis)

Naïm KATTAN (Écrivain canadien d’origine irakienne, Prix Hervé Deluen de l’Académie Française)

Rachel KILLICK (Professeur émérite, Université de Leeds, Grande Bretagne)

Louise LADOUCEUR (Professeur, Université de l’Alberta, Canada)

Nicolas MARTIN-GRANEL (Chercheur, ITEM, France)

Hervé SANSON (Enseignant et chercheur, Université d’Aix-la-Chapelle, Allemagne / ITEM, France)

Françoise SIMONET-TENANT (Professeur, Université de Rouen / ITEM, France)

Florence DAVAILLE (Enseignante et chercheure, Université de Rouen / ITEM, France)

 

Corpus d’étude :

Henri Bauchau, Aimé Césaire, Naïm Kattan, Albert Memmi, Marc Prescott, Sony Labou Tansi, Jules Supervielle, Michel Tremblay.

Partenariats :

Institut des Textes et des Manuscrits Modernes (ITEM, CNRS/ENS), Université d’Aix-la-Chapelle, Centre Éditer/Interpréter de l’Université de Rouen, Équipe de Recherche Interdisciplinaire sur les Aires Culturelles de l’université de Rouen.

Ces journées constituent la deuxième d’une série de quatre rencontres organisées par l’ITEM autour des genèses du texte théâtral : Limoges, Rouen, Aix-la-Chapelle et Montpellier.

Programme

Mercredi 4 juin, 16H00-18H30 :  Naïm Kattan, d’un monde à l’autre. Salle L 01 ou amphi L2, (Bâtiment Lavoisier)

16H00, Film-documentaire : La Longueur de l’alphabet, de Joe Balass, 2013 (52 minutes).

17H00, Lecture d’extraits du théâtre de Naïm Kattan par des étudiants du département de Lettres Modernes de l’Université de Rouen (Bartimée Hommeril, Mamadou Ka, Clémence Queval-Spenninck)

La manifestation finira par la présentation de l’ouvrage deNaïm Kattan, Théâtre (1970-2014), premier titre de la collection « Franco-Amériques » des PURH (dir. Florence Davaille), en présence de François Bessire, directeur des PURH (Presses Universitaires de Rouen et du Havre).

Un cocktail-apéritif sera servi à l’issue de la manifestation.

Jeudi 5 juin, 9H00-18H00 : Journée « recherche ». Salle L 01 ou amphi L2 (bâtiment Lavoisier)

9H00, Accueil des participants.

9H30, Mots de bienvenue (Jean-Claude ARNOULD, directeur du CÉREDI), et présentation de la journée.

10H00-11H30, Panel 1.  (Modératrice : Marianne Bouchardon)

Françoise Simonet-Tenant, Introduction : génétique et théâtre.

Naïm Kattan, Le théâtre : d’une langue à l’autre. (Conférence inaugurale)

Rachel Killick, Les manuscrits d’Albertine en cinq tempsde Michel Tremblay : textes d’auteur et textes de spectacle.

11H30-11h45 Pause

11H45-12H45, Panel 2.(Modératrice : Ariane Ferry)

Anne Begenat-Neuschaefer, Une œuvre matricielle et sa genèse : Gengis Khand’Henry Bauchau.

Hervé Sanson, Le Princed’Albert Memmi, un essai théâtral sur la domination et le pouvoir. Une approche génétique.

DÉJEUNER : 13HOO-14H30, au restaurant Émile Blondel de la Maison de l’Université.

14H30-16H15, Panel 3.(Modératrice : Anne Bégenat-Neuschaefer)

Nicolas Martin-Granel, Ce que Sony Labou Tansi fait au théâtre : l’exemple de La Gueule de rechange.

Daniel Delas, Les réécritures théâtrales de Césaire, un travail de Sisyphe ?

Jean Jonassaint, Un Christopheignoré des Césairiens : notes pour des genèses.

avec quinze minutes de film

16h15-16H30 Pause

16H30-17H30, Panel 4.(Modératrice : Myriam Dufour-Maître)

Louise Ladouceur, Sex, lies et les Franco-Manitobainsde Marc Prescott : de l’esclandre étudiante (1993) au classique avant-gardiste (2013). – en visio-conférence depuis le Canada.

Florence Davaille, Genèse du théâtre de Jules Supervielle : entre malléabilité du texte et permanence du style.

FIN : 17H30/18H

 organisation : Florence Davaille
contact : davaille.florence@orange.fr

Télécharger le programme ici