Séminaire manuscrits francophones : Génétique et anthropologie / 2018-2019

05/04/2019,

Lieu : ENS, 45 rue d’Ulm, Pavillon Pasteur, salle de réunion au sous-sol.

Vendredi 5 avril 2019, 14h30-16H30.

 

Nous nous proposons de raconter la genèse d’une rencontre entre chercheurs autour de corpus d’archives traitant de grands festivals panafricains. Il sera question d’archives, bien sûr, mais aussi d’expositions, de dons, de plagiats d’archives existantes et en devenir.   

 

Sarah Frioux-Salgas a suivi des études d’Histoire africaine à Paris 1. Elle a été assistante d’exposition au Musée d’art et d’histoire du judaïsme (Marc Chagall : Hadassah, 2002, Tim : être de son temps, 2003). Depuis 2003, elle est responsable des archives et de la documentation des collections à la médiathèque du Musée du quai Branly. Elle a collaboré avec Édouard Glissant, en mai 2007, pour la journée Mémoire des esclavages et de leurs abolitions. Elle a assuré le commissariat de l’exposition Présence Africaine. Une tribune, un mouvement, un réseau(Musée du quai Branly 2009) et, dans un cadre connexe, a dirigé le numéro 10 de la revue Gradhiva, « Présence Africaine. Les conditions noires : une généalogie des discours ». En 2014, elle a organisé l’exposition L’Atlantique noir de Nancy Cunard. Negro Anthology 1931-1934(Musée du quai Branly) et édité le numéro 19 de la revue Gradhiva consacré à cette exposition. En 2016, avec Dominique Malaquais et Cédric Vincent, elle a été commissaire de Dakar 66. Chronique d’un festival panafricain (Musée du quai Branly) et, dans la même institution, a collaboré à l’exposition The Color Line, Les artistes africains-américains et la ségrégation. En 2018, elle a participé à l’édition, aux Nouvelles Editions Jean-Michel Place, du fac-similé de la Negro Anthology de Nancy Cunard (1934) et a été la commissaire de l’installation Paul Robeson (1898-1976). Un homme du « Tout-monde » (Musée du quai Branly).

Historienne d’art et politiste, Dominique Malaquais interroge les intersections entre violences politiques, inégalités économiques et élaborations de cultures urbaines. D’abord enseignante aux Etats-Unis (Columbia, Princeton, Sarah Lawrence), aujourd’hui chercheuse au CNRS (Institut des mondes africains), elle co-dirige avec Kadiatou Diallo la plateforme curatoriale expérimentale SPARCK (Space for Pan-African Research, Creation and Knowledge). Parmi ses projets récents et en cours : réflexions sur les échanges entre Afrique et Asie à travers les arts visuels, la littérature, l’urbanisme et la spiritualité (Afrique Asie : arts, espaces, pratiques, co-dirigé avec Nicole Khouri et publié en 2016) ; Archive (re)mix : vues d’Afrique (PUR 2015, avec Maëline Le Lay et Nadine Siegert), recueil d’essais explorant les trajectoires de plasticiens, d’écrivains, de musiciens qui, à travers leur travail, explorent les multiple facettes de la rencontre entre art(s) et archive(s) ; PANAFEST Archive, projet collectif sur la mémoire de grands festivals panafricains des années 1960 et 70 ; expositions (Dakar 66, Musée du quai Branly, 2016, Kinshasa Chroniques – MIAM, Sète, 2018-2019 et Cité de l’architecture & du patrimoine, 2020 / catalogue paru aux Éditions de l’œil en 2020) ; Yif menga, projet de recherche collectif sur la performance comme proposition politique… Dominique Malaquais est également Associate editor de la revue Chimurenga et fut présidente d’ACASA (Arts Council of the African Studies Association) de 2014 à 2015.