Multilinguisme, Traduction, Création / 2021-2022

10/12/2021, ENS, 45 rue d'Ulm, 75005 Paris. Salle Weil. 15h – 17h

 

Écrivaine, philosophe, journaliste, pédagogue, Elisa Chimenti, expatriée à l’âge de quatre mois à Tanger à la fin du XIXe siècle avec toute sa famille, a consacré toute sa vie et son œuvre au dialogue entre les langues, les cultures et les religions, ainsi qu’à la réflexion sur la condition des femmes et à leur émancipation. Cette écrivaine polyglotte, maîtrisant une dizaine de langues, dont plusieurs langues européennes, l’arabe littéraire, l’hébreu et de nombreux dialectes maghrébins, nous a laissé un très riche matériel inédit de plus de trente ouvrages, comprenant des recueils de contes, romans, proses variées, recueils poétiques. Pour la plupart écrits en français, mais aussi en italien, anglais et espagnol, ces textes sont caractérisés par un plurilinguisme qui se manifeste par la présence de différents termes étrangers ainsi que par des expressions traduites littéralement d’autres langues, notamment de l’arabe.

Depuis la fin des années 1990, ces inédits ont suscité l’intérêt de chercheurs, mais c’est seulement depuis quelques années qu’ils se retrouvent au centre d’un projet de recherche international, notamment avec à la création du Laboratoire Associé International sur « l’écriture de l’exil au féminin » (université de Lille et La Sapienza, à Rome).

Notre intervention portera sur la présentation de ce corpus inédit, afin de mettre en évidence à travers quelques exemples le métissage linguistique et culturel de ces ouvrages, ainsi que les questions posées par leur traduction.

Camilla Maria Cederna est maître de conférences HDR en langue, littérature et civilisation italiennes à l’université de Lille. Sa recherche porte sur les transferts culturels, la circulation du théâtre italien à l’époque moderne, la traduction et le dialogue entre les littératures et les cultures dans l’espace méditerranéen. Au Laboratoire associé international (LAI), elle est responsable du programme « L’écriture de l’exil au féminin. Le dialogue entre les langues, les cultures et les idées, dans l’espace européen et méditerranéen (XIXe-XXIe siècles) », en collaboration avec l’université La Sapienza (Rome). Elle participe également aux projets internationaux : ARPREGO (Archives du Théâtre Prégoldonien) ; et « Historiographie théâtrale comparée à l’époque moderne » ELCI – OBVIL.

Antonietta Sanna est professeure de Littérature française au département de Philologie, Littéreature et Linguistique de l’Université de Pise. Membre associée de l’ITEM, elle travaille avec l’équipe Valéry et l’équipe Multilinguisme, traduction, création. Elle a conduit des recherches philologiques et littéraires sur le théâtre du XVIIe siècle, auquel elle a consacré divers essais et un volume (La parola solitaria, Quodlibet, 2008). Elle a publié de nombreux essais sur l’œuvre de Paul Valéry, notamment Un certain théâtre. Genèse d’un rêve valéryen, ETS, 1997 ; Leonardo da Vinci. Interpretazioni e rifrazioni da Giambattista Venturi a Paul Valéry, avec Romano Nanni ( Olshki, 2012) ; Paul Valéry traducteur de Léonard. Lecture, interprétation, création (Archives contemporaines, 2019. Elle est responsable scientifique du projet de numérisation de la revue Commerce et de ses archives, et participe au projet de numérisation des Cahiers de Paul Valéry, dirigé par Michel Jarrety.