Multilinguisme, Traduction, Création / 2019-2020

06/03/2020, ENS, 45 rue d'Ulm, 75005 Paris. Petite salle ECLA. 15h – 17h

 

La traduction de Ruskin par Proust, et notamment le passage de Sésame et les lys où il réfléchit à la signification des mots, servira de point de départ à cette communication. Je propose de me concentrer sur le jeu dans la langue de Proust et le défi qu’il représente pour ses traducteurs en anglais. La créativité verbale de Proust – ses anglicismes, ses néologismes, les « cuirs » et les jeux de mots qu’il met dans la bouche de ses personnages – est mise à l’épreuve par la traduction qui doit en sonder le sens. L’étude de cette question pourrait porter comme sous-titre « Proust en anglais dans le texte » car elle s’intéressera aux mots anglais qu’il inscrit dans son texte mais aussi à sa traduction qui met en œuvre des stratégies visant à conserver les empreintes et emprunts de la langue étrangère dans la version originale.

Emily Eells est professeur de littérature britannique à l’Université Paris Nanterre. Spécialiste de Proust et auteur de Proust’s Cup of Tea : Homoeroticism and Victorian Culture (Ashgate, 2002), ses recherches actuelles se concentrent sur John Ruskin et le livre illustré. Elle a co-édite avec Naomi Toth les actes du colloque Traduire la sonorité dans l’œuvre de Proust, publiés en 2018 chez Honoré Champion.

Séance organisée avec l’équipe Proust.