Edmundo Carvalho, « Variations sur le paradoxe – 4 », De l’inconscient au conscient et Du rationnel à l’inconscient

05/01/2011,

Éditions  L’Harmattan : 5- 7 rue de l’École Polytechnique – 75005 Paris.
DE L’INCONSCIENT AU CONSCIENT
VARIATIONS SUR LE PARADOXE IV, premier livre

La conscience, si elle se regarde dans un miroir de mots, c’est pour scruter ses limites. Elle va ainsi de pair avec un compagnonnage souvent paradoxal avec l’une de ses figures : l’inconscient. Si celui-ci multiplie les tours de passe-passe, elle essaie de le remettre à sa place de subordonné, et tout recommence. C’est donc l’existence théorique d’un ménage que certains prétendent mal assorti qui est l’objet de ce livre, entre autres choses. Leur conflit traverse les scènes psychanalytique, scientifique, philosophique, neurobiologique, dont nous exposons certains de leurs éclairages.
Edmundo MORIM de CARVALHO, travaille au C.N.R.S. (ITEM) et ses travaux sont interdisciplinaires — à la confluence de l’épistémologie, de la philosophie, de la linguistique, de l’histoire littéraire, de la génétique textuelle, de la poétique, tout en ayant un point de référence commun dans les Cahiers de Paul Valéry publiés dans les années 60 par le C.N.R.S. Il a publié dans cette même collection : Le Statut du paradoxe chez Paul Valéry ; Variations sur le paradoxe
I – Paradoxes dans l’école de Palo Alto et les Cahiers de Valéry ; Variations sur le paradoxe
II — Le Paradoxe sur le comédien ou la comédie de l’imitation ; et La Comédie de l’intellect ou l’imitation de la comédie; Variations sur le paradoxe
III—Paradoxes des menteurs : logique, littérature, théories du paradoxe ; et Paradoxes des menteurs : philosophie, psychologie, politique, société.
Et dans la collection « Commentaires philosophiques » : Poésie et science chez Bachelard – Liens et ruptures épistémologiques.

DU RATIONNEL À L’INCONSCIENT DANS LES « CAHIERS » DE PAUL VALÉRY
VARIATIONS SUR LE PARADOXE IV, deuxième livre
La conscience n’a cessé d’être au centre des préoccupations de l’auteur de Monsieur Teste. Et qui dit conscience, dit aussi son contraire. Les Cahiers de Valéry sont une suite de scènes multiformes de leur conflit incessant. Valéry fut un lecteur attentif de Descartes et suivit les inflexions de toutes sortes à la fin du XIXe et dans la première moitié du XXe siècles : philosophie, neurobiologie, linguistique,etc., dans les jaillissements créatifs de ce que l’on peut appeler, sans souci d’une chronologie exacte, une « belle époque intellective ». Ces enjeux—de la raison, du cerveau, du corps, du sujet, à la conscience et à l’inconscient — demeurent actuels. Nous exposons ici sa réflexion à notre manière à la fois solidaire et critique.