02/06/2010,

Le volume 2 propose une sorte de ronde des menteurs et de leurs ennemis, qui les devancent avec prudence, les suivent avec opiniâtreté. Les menteurs sont multiples, en foisonnant de stratagèmes pour atteindre leur but, affermir leur plaisir, consolider leurs positions. Ils ne vont pas forcément vers l’abîme comme les « aveugles » bruegéliens : ils réussissent souvent même très bien dans leurs efforts terrestres de prises de pouvoir. Le mensonge se conjugue ici selon un mode politique, psychologique, historique, philosophique, économique, artistique, éthique, esthétique. Les principaux intervenants le dénoncent ou l’assument pour mille et une (fausses et vraies) raisons – Kant, Platon, P. Ricoeur, J. Derrida, Nietzsche, saint Augustin, V. Jankélévitch, H. Arendt, et d’autres analystes du mensonge comme Guy Durandin, John K. Galbraith, René Le Senne, Frédéric Paulhan, Pio Rossi, « Jonathan Swift ».
volume 2 propose une sorte de ronde des menteurs et de leurs ennemis, qui les devancent avec prudence, les suivent avec opiniâtreté. Les menteurs sont multiples, en foisonnant de stratagèmes pour atteindre leur but, affermir leur plaisir, consolider leurs positions. Ils ne vont pas forcément vers l’abîme comme les « aveugles » bruegéliens : ils réussissent souvent même très bien dans leurs efforts terrestres de prises de pouvoir. Le mensonge se conjugue ici selon un mode politique, psychologique, historique, philosophique, économique, artistique, éthique, esthétique. Les principaux intervenants le dénoncent ou l’assument pour mille et une (fausses et vraies) raisons – Kant, Platon, P. Ricoeur, J. Derrida, Nietzsche, saint Augustin, V. Jankélévitch, H. Arendt, et d’autres analystes du mensonge comme Guy Durandin, John K. Galbraith, René Le Senne, Frédéric Paulhan, Pio Rossi, « Jonathan Swift ».