Ecriture manuscrite, écriture électronique : les opérations cognitives/verbales d’ajout et de suppression. PIRSTEC

24/09/2009,

Contexte et objectifs de l’atelier

La production verbale écrite constitue un champ d’investigation très riche pour les sciences cognitives, puisque les mécanismes en jeu dans l’écriture concernent aussi bien la motricité (les mouvements de la main qui écrit ou qui tape sur un clavier) et la perception (l’oeil qui contrôle la main et qui lit ce qui est en train de s’écrire) que la production des énoncés (la mise en fonctionnement du système de la langue) ou la mémoire (interactions entre la mémoire interne et la mémoire externalisée de l’écrit).
Plus spécifiquement, l’étude psycholinguistique et linguistique de la production écrite constitue un champ très actif en Europe (réseau européen COST IS0703: The European Research Network on Learning to Write Effectively), en France (GDR 2657 « Approches pluridisciplinaires de la production verbale écrite ») et en Amérique du Nord (où la psycholinguistique a élaboré les premières modélisations du processus de production écrite).
Pour une illustration de la fécondité d’une approche cognitive interdisciplinaire de la production verbale écrite et une présentation de résultats, cf. par exemple Fenoglio et Chanquoy (2007), Ganier et Pétillon (2006), Alamargot et Lebrave (sous presse).
A l’intérieur de ce vaste domaine de recherche, la critique génétique se consacre depuis toujours à l’étude de la production verbale à partir des traces que le processus laisse dans les brouillons. Plus récemment, les chercheurs ont abordé les données fournies par les logiciels d’enregistrement de l’écriture online (par exemple Scriptlog développé à Lund, Inputlog développé à Anvers, Eye and Pen développé à Poitiers).
Cette confrontation a fait émerger une problématique contrastive centrée sur une confrontation entre les traces laissées par l’écriture manuscrite et la chronométrie fine apportée par l’enregistrement online.
Il s’y ajoute la systématisation des modalités d’appréhension du matériau graphique produit par le processus de production écrite à travers des expériences filmées de chercheurs déchiffrant à voix haute un manuscrit de travail comportant des ratures et des réécritures.

Questions sous-jacentes
• L’enchaînement des opérations d’écriture comme indice de l’organisation lexico-syntaxique de la langue en mémoire.
• L’interprétation linguistique des pauses : corrélation des pauses scripturales avec des caractéristiques linguistiques des énoncés (par exemple complexité syntaxique, complexité de la construction lexicale, anaphores et reprises). Cette analyse linguistique serait le miroir de l’analyse psychologique déjà largement entamée, par exemple sur les « pauses motrices » (Olive et al., 2007).
• Le rôle des différents composants de la mémoire de travail en production écrite, en particulier l’importance de la mémorie visuelle et spatiale (calepin visuo-spatial ; cf. Olive, Passerault, Lebrave, Le Bigot, sous presse)

Verrous scientifiques, techniques et structurels susceptibles d’être levés par l’atelier
• Verrou technique : manque d’un outil ergonomique de recueil et d’analyse des données scripturales permettant une expérimentation écologique.
• Verrou structurel : difficulté à mettre en oeuvre les liens nécessaires entre les différents chercheurs susceptibles de collaborer sur la conception d’un tel outil, ce qui nuit à l’efficacité de la production.

Développement de nouvelles interfaces
• Outil de recueil des traces de l’écriture fonctionnant à partir de traitements de textes usuels, de manière à ce que le recueil s’effectue dans des conditions écologiques. Cet outil devrait s’adjoindre un module de transcription des corpus et un module d’analyse linguistique permettant un traitement efficace des informations.

Enjeux de valorisation
• Innovation technologique : plusieurs outils de recueil des données existent, dont un fonctionne à partir de traitements de texte usuels, mais aucun de fournit d’analyse satisfaisante.
• Avancée dans le domaine de la cognition, en particulier dans la description linguistique de la production verbale écrite.

Enjeux sociétaux
• Accompagnement de la généralisation du traitement de texte, en particulier en contexte scolaire, avec des conséquences importantes sur l’enseignement de la production écrite et l’enseignement de la langue.
• Meilleure compréhension des troubles langagiers, en particulier la dyslexie : conséquences dans le domaine médical et dans l’éducation.
Quelles sont, à votre avis, les avancées scientifiques qui bouleverseront votre vision du domaine ?

Disciplines concernées
Sciences du langage, informatique, psychologie cognitive.

Instruments et paradigmes concernés
• Paradigmes linguistiques : l’énonciation
• Paradigmes psychologiques : l’analyse de la production verbale écrite en temps réel. Amélioration des modèles existants (Hayes-Flower, Levelt, …)
• Instruments : technologies de recueil des données sur l’écriture online avec ou sans les mouvements oculaires (Eye and Pen, Scriptlog, Inputlog, …) ; logiciels de comparaison automatique d’états textuels apparentés mais différents (logiciel Medite ; cf. Ganascia, 2007)

• Collaborations au sein du GDR 2657 (resp. D. Alamargot) et du réseau européen COST IS0703 (resp. D. Alamargot)


Programme du colloque :

jeudi 24 septembre
Matin : Repères théoriques
9h30 Présentation générale par Jean-Louis Lebrave (ITEM)
10h Captations de chercheurs en situation de travail par Aurèle Crasson (ITEM)

10h45 Pause

11h Ajout et suppression dans le manuscrit par Almuth Grésillon (ITEM)
11h45 Ajout et suppression dans l’écriture en temps réel par Claire Doquet-Lacoste (ITEM)
12h30 – 14h Repas

Après-midi : les outils de recueil de données en temps réel
14h Genèse du texte par Denis Foucambert (UQAM Montreal)
14h45 Scriptlog par Sven Stromqvist (Univ. de Lünd)

15h30 Pause

16h Inputlog par Luuk Van Waes et Mariëlle Leijten (Univ. d’Anvers)
16h45 Eye and Pen par Denis Alamargot (LaCo Poitiers)

vendredi 25 septembre

Matin L’ajout et la suppression repérés dans les manuscrits et tapuscrits
9h30 Manuscrits littéraires par Jen-Louis Lebrave et Danièle Maïsetti (ITEM)
10h15 Ecriture scolaire par Bernadette Kervyn (CEDIL Louvain la Neuve)
11h Pause
11h15 Ajout et suppression dans un tapuscrit (machine à écrire, traitement de texte) : Irène Fenoglio (ITEM)

12h Repas

Après-midi L’ajout et la suppression repérés en temps réel
14h Recueil et analyse sur traitement de texte par Christophe Leblay (ITEM)
14h45 Recueil et analyse sur tablette graphique par Sylvie Plane (MoDyCo)

15h30 Pause

16h-17h30 Table ronde : bilan et perspectives.
Ludovic Tanguy (CCLE ERSS Toulouse), Jean-Louis Lebrave (ITEM), Aurèle Crasson (ITEM), Claire Doquet-Lacoste (ITEM), Denis Alamargot (LaCo Poitiers), Sylvie Plane (Modyco), Sven Strömqvist (univ Lünd).