07/03/2017,

couverture-ecrire-entre-les-langues-223x300.jpg

La notion de littérature nationale doit beaucoup aux nationalismes du XIXe siècle et sa validité reste d’autant plus douteuse que les langues de culture sont transnationales. Elles attirent des écrivains de toute nationalité: à bon droit, ils rivalisent avec ceux qui écrivent dans leur langue maternelle. Par leur connaissance des langues comme par leurs traductions et autotraductions, ces écrivains plurilingues accèdent à l’espace de la littérature mondiale qu’ils contribuent à étendre. Dans la mesure où les oeuvres publiées gardent rarement les traces de ce plurilinguisme, les manuscrits des écrivains plurilingues offrent un accès privilégié à leur véritable processus créatif et permettent d’appréhender empiriquement l’impact qu’exerce le plurilinguisme sur la créativité littéraire. Consacré à la création plus qu’à la critique, cet ouvrage entend mettre en débat l’esthétique, la linguistique et l’approche génétique des œuvres pour illustrer le plurilinguisme secret de toute littérature. Corée, Japon, Allemagne, Pérou, Argentine, Russie, Italie, Île Maurice, Antilles, Bulgarie, voici les principales destinations de ce voyage littéraire qui s’offre au lecteur.