Doctorante, ENS ULM/ Universidad Complutense de Madrid
Thèse : « La vorágine de José Eustasio Rivera: genèse et édition critique ». Thèse en co-tutelle internationale. Thèse co-encadrée par Fatiha Idmhand (Professeur, ITEM) et José Manuel Lucía Megías (Professeur à l’Universidad Complutense de Madrid).

Thèse en co-tutelle internationale. Thèse co-encadrée avec José Manuel Lucía Megías (Professeur à l’Universidad Complutense de Madrid).
Thèse préparée au sein du centre de recherches : l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes (UMR 8132, CNRS) et à l’Universidad Complutense de Madrid. 2022-2025


Cette recherche porte sur le processus créatif de La vorágine de José Eustasio Rivera (1888-1928), le roman le plus important de l’histoire de la littérature colombienne après Cien años de soledad de Gabriel García Márquez. Malgré la centaine d’éditions qui ont été faites de ce roman, pas une seule n’analyse le processus d’écriture que l’on peut retracer depuis le manuscrit et lors des cinq éditions qui ont été réalisées et suivies de près par l’auteur. L’objectif de cette thèse vise à combler ce vide en réalisant l’étude génétique qui manque à ce jour et en proposant l’édition critique qui tient compte de chacun des états génétiques et variantes que l’auteur a introduites entre le manuscrit et la dernière édition.
Le projet éditorial qui accompagne cette thèse a un intérêt critique et historique : il s’agit de rendre compte du processus de transformation de l’oeuvre et de la manière d’appréhender la fonction sociale de la littérature, mis en évidence dans La vorágine, et dont témoignent les modifications introduites par Rivera. Cette analyse historique et génétique est fondamentale pour l’histoire du roman en Colombie, car elle met en évidence la façon dont La vorágine est à la fois l’aboutissement d’une tradition moderniste et l’origine d’une autre tradition importante : le roman de la violence.

Publications
 
Colloques
 
Séminaires
 
Conferences
 
Financements