16/10/2015, Lille, Maison Européenne des Sciences Humaines et de la société (MESHS)

Après le succès de DHnord2014, une manifestation qui a permis de présenter pour la première fois les recherches en humanités numériques dans la région du Nord-Pas-de-Calais, la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS) poursuit la réflexion sur les humanités numériques et propose d’interroger, de façon plus fine, les pratiques de recherches à l’occasion d’un DHnord2015.
Alors que la première édition de DHnord a dressé un panorama de l’histoire des pratiques et des tendances d’évolution des humanités numériques, la rencontre de 2015 questionne le « périmètre » scientifique des humanités numériques et notamment les relations de ce domaine émergent avec les disciplines dites « traditionnelles ». La question centrale est de savoir si l’intégration des technologies numériques dans les dispositifs de recherche agit comme n’importe quel outil critique ou si elle modifie les fondements de l’ancrage disciplinaire.

Pour apporter des réponses à ces questions, la première partie de la matinée analysera l’évolution des périmètres structurels et institutionnels des humanités numériques, dans l’espace francophone notamment (Martin Grandjean, Jean-Philippe Magué), et permettra de mieux identifier ce qu’est un projet scientifique en humanités numériques (Nicolas Thély). La seconde partie de la matinée interrogera la manière dont les technologies numériques transforment les problématiques, les méthodes et les objets à l’intérieur des disciplines en vue d’interroger, à un niveau plus épistémologique, la façon dont nous lisons, construisons et définissons la connaissance (Fatiha Idmhand, Paolo Gerbaudo). Les projets présentés durant l’après-midi permettront de poursuivre cette réflexion grâce à la confrontation d’approches diverses, de méthodologies et d’objets. Cette partie sonde la manière dont la mise en réseau des disciplines autour de projets de recherches (Talie, Relmin, Tectoniq), en même temps qu’elle brouille les frontières professionnelles par la transdisciplinarité, redéfinit également le rapport du chercheur en SHS, avec son objet d’étude.
Un débat animé par Joachim Schöpfel viendra clore la journée par une discussion autour des enjeux scientifiques posés par les recherches en sciences humaines et sociales ou associés aux technologies numériques.