05/10/2013,

Colloque organisé par la Faculté de Philologie de l’Université de Belgrade.

Aujourd’hui, l’autofiction ne peut plus être considérée comme un phénomène exclusivement français, limité à la pratique de quelques écrivains contemporains. Malgré son manque de précision conceptuelle – entre roman et autobiographie, fiction et diction, l’autofiction se présente comme un genre hybride dont la définition même n’est pas clairement établie –, le néologisme de Serge Doubrovsky montre une tendance d’expansion au-delà de la littérature française et francophone. Loin d’être le signe d’une décadence globale, cette expansion témoigne d’une nécessité croissante d’étudier l’autofiction dans un cadre proprement comparatiste.
D’habitude, l’avènement d’un nouveau genre dans un champ littéraire agit sur un mode d’identification rétrospective ou du regroupement de plusieurs textes afin de construire, au sein d’une littérature nationale ou d’une culture entière (car, il faut le rappeler, l’autofiction ne s’épuise pas par l’autofiction littéraire), une nouvelle tradition « autofictionnelle ». Les différentes facettes de ce procès d’inclusion, qui surgissent grâce au caractère de plus en plus transnational de l’autofiction, peuvent également être envisagées comme les résultats d’un dialogue transculturel et transgénérique. C’est pourquoi, à l’occasion du colloque à Belgrade, on propose deux axes de réflexion :
* Les transformations de l’autofiction à travers les différentes cultures, politiques et nations ;
* Le positionnement du genre autofictionnel dans le champ littéraire d’une ou de plusieurs littératures nationales par rapport aux autres formes d’écriture de soi.

Dans ce contexte, l’exemple de la littérature serbe est particulièrement pertinent si l’on cherche à étudier les modalités d’inclusion de l’autofiction dans une littérature où existent déjà des textes écrits à la première personne – on peut penser aux récits de voyage de Rastko Petrovic, aux « romans autobiographiques » de Milos Crnjanski, ou à l’oeuvre entière d’un écrivain postmoderne tel que David Albahari –, qu’on jugeait génériquement instables ou même « inclassables ». Quelles seraient les enjeux théoriques et les conséquences interprétatives de leur considération dans le cadre de l’autofiction ? Quel serait l’effet d’une telle tentative sur les différents genres de l’écriture de soi (autobiographie, roman à la première personne, journal intime, essai, poésie narrative) dans la littérature serbe? Et élargissons cette réflexion à une possible nécessité pour les artistes, les écrivains, de passer par l’autofiction dans ces pays de l’Europe de l’Est qui voulurent prendre leur indépendance. Enfin, quelle forme prendrait-elle, alors : d’une imposition, une appropriation, ou bien d’un dialogue ?

Samedi 5 octobre 2013
Ouverture > 9:00–9:30 (Faculté de Philologie, Studentski trg 3, salle de conférences)

Autofictions. Genèses et enjeux théoriques > 9: 30 – 11:30

Présidente: Vesna Elez, Faculté de Philologie, Université de Belgrade

Jean Bessière, Université Paris-Sorbonne Nouvelle (Paris III) : Autofiction et herméneutique du sujet : la crise littéraire de l’assertion de l’identité personnelle et de l’expérience du monde Isabelle Grell, ITEM : Serge Doubrovsky aurait-il inventé le terme d’autofiction sans avoir vécu l’occupation ?
Jelena Novaković, Faculté de Philologie, Université de Belgrade : Le discours autobiographique dans les récits d’André Breton
Robert Rakočević, Ministère de l’éducation nationale (Paris), Centre d’Etude de l’Europe médiane (INALCO, Paris) : Du symptôme autofictionnel.
Milica Vinaver, Faculté de Philologie, Université de Belgrade: Autofiction – fiction de Soi, du Moi, du Je?

Nations.
Littérature serbe et française : lectures croisées 12:00 – 14:00

Président Robert Rakočević, Ministère de l’éducation nationale (Paris), Centre d’Etude de l’Europe médiane (INALCO, Paris)

Jovan Popov, Faculté de Philologie, Université de Belgrade: L’écriture de soi contre le mythe personnel : le journal et l’autobiographie d’Aleksandar Tišma
Vesna Elez, Faculté de Philologie, Université de Belgrade: Le journal et son double : Novembre de Gustave Flaubert et Le journal de Tcharnoïevitch de Miloš Tsernianski
Adrijana Marčetić, Faculté de Philologie, Université de Belgrade: Le code autofictionnel : Chez les Hyperboréens de Milos Tsernianski
Tamara Valčić Bulić, Faculté de Philosophie, Université de Novi Sad: L’écriture de Le Clézio et de Velikić : entre autofiction et roman familial ?
Anja Antić, Faculté de Philosophie, Université de Novi Sad: L’Autofiction: un genre hybride ou l’élément constitutif de la création? L’analyse comparative des œuvres Enfance de Nathalie Sarraute et La Poussière de Petrovgrad de Vojislav Despotov


Cultures. Identité et mémoire  15:30 – 16:30
Présidente : Isabelle Grell, ITEM

Hélène Mélat, Université Paris-Sorbonne (Paris IV) : Le ruban de Moebius de l’égo-écriture postsoviétique
Katarina Melić, Faculté de Philologie et des Arts, Université de Kragujevac : Comment (s’) écrire après Auschwitz? Histoire, fiction et autofiction dans l’œuvre de Jorge Semprun
Stijn Verveat, Université de Ghent: Entre prose autobiographique et témoignage: écrits des auteurs-survivants Yougoslaves de l’Holocauste publiés dans les années 1950

Cultures. Identité et mémoire  17:00–18:00
Présidente : Jelena Novaković, Faculté de Philologie, Université de Belgrade

Snežana Kalinić, Faculté de Philologie, Université de Belgrade : « Imaginant imaginé imaginant le tout pour se tenir compagnie »: la mémoire imaginaire dans Compagnie de Samuel Beckett
Zorica Bečanović Nikolić, Faculté de Philologie, Université de Belgrade: L’identité narrative dans Visión desde el fondo del mar de Rafael Argullol

Jelena Jovičić, University of British Columbia, Canada: Maryse Condé, ou l’autofiction comme préservation des identités culturelles


Autofictions. Autofiction et poésie  18:15 – 19:45
Présidente : Dunja Dušanić, Faculté de Philologie, Université de Belgrade

Bojan Jović, Institut de Littérature et des Arts, Belgrade : « Les autres, qui autrefois étaient moi» ou les introspections biographiques et poétiques de quelques poètes serbes du XX siècle
Sonja Veselinović, Faculté de Philosophie, Université de Novi Sad: Les éléments autobiographiques et documentaires dans la poésie de Robert Lowell
Predrag Todorović, Institut de Littérature et des Arts, Belgrade : « I Sing the Body Electric » (« Je chante le corps électrique ») de Walt Whitman et l’autobiographie Mes Inventions de Nikola Tesla: deux exemples d’autofiction
Miodrag Radović, Faculté de Philosophie, Université de Novi Sad: Fiction, autofiction, hétérofiction

Dimanche 6 octobre
Nations  9:30 – 11:30
Présidente : Divna Petković, Faculté de Philologie, Université de Belgrade

Vladislava Gordić Petković, Faculté de Philosophie, Université de Novi Sad: Le principe de «inventing from experience» de Hemingway dans la prose serbe contemporaine
Saša Đorđević, Faculté de Philologie, Université de Belgrade: Les tentations de l’autofiction – Kosta Tahcis
Patricia Melón et Axel Gonzalez, Institut Cervantès / Faculté de Philologie, Belgrade: Les frontières de l’autofiction dans l’oeuvre de Roque Dalton
Tanja Popović, Faculté de Philologie, Université de Belgrade : Tolstoï entre confession et fiction.
Olivera Žižović, Université de Novi Pazar: La vie comme métaphore – le roman autobiographique de Victor Chklovski Zoo: Lettres qui ne parlent pas d’amour

Cultures. Vers une approche transdisciplinaire  12:00 – 14:00
Présidente : Sofija Perović, Faculté de Philologie, Université de Belgrade/Faculté de Musique, Université des Arts /Université Paris Sorbonne – Paris VII

Kornelija Ičin, Faculté de Philologie, Université de Belgrade: L’autofiction chez Danil Kharms (prose, pièce en un acte, dessein)
Nina Mihaljinac, Centre des Études Interdisciplinaires en Théorie d’Art et des Médias à l’Université des Arts, Belgrade: La transmédialité de l’autofiction
Biljana Dojčinović, Faculté de Philologie, Université de Belgrade : L’être performatif et/ou l’autofiction
Nevena Daković, Faculté des Arts Dramatiques, Université de Belgrade: L’ autofiction dans le film serbe 2012/2013
Saša Milić, Académie des Beaux-Arts, Belgrade: L’Autofiction, la transparence et la subjectivité de l’image cinématique

Nations  15:30 – 17:30
Présidente: Milica Vinaver, Faculté de Philologie, Université de Belgrade

Cécile Lefevre, Faculté de Philologie , Université de Belgrade: Thomas Gunzig: Anti-héroïsme et autofictionnalisation de la posture d’auteur en Belgique francophone
Jelena Brajović, Faculté de Philologie, Université de Belgrade: Le Labyrinthe du monde de Marguerite Yourcenar : entre l’autofiction et la métafiction
Marco Mongelli, Université de Sienne – Université Paris 7 Diderot: L’autofiction italienne : enjeux et potentialités d’une nouvelle pratique narrative.
Zeina Saayfan, Institut des Lettres Orientales, Université Saint Joseph-Liban: Une pragmatique contrastive pour penser l’autofiction libanaise

Nations. Littérature serbe et française : lectures croisées  18:00–19:30
Présidente: Katarina Melić, Faculté de Philologie et des Arts, Université de Kragujevac

Divna Petković, Faculté de Philologie, Université de Belgrade: Un jardin couleur de mauve de Branko Tchopich – l’autofiction d’une enfance
Vladimir Đurić, Faculté de Philologie, Université de Belgrade: L’autofiction dans les Confessions de Milica Janković: pacte autobiographique, oxymore ou/et générique ?
Aleksandar Pavlovi, School of Cultures, Languages and Area Studies, University of Nottingham : Entre je et il : Chagrins précoces de Danilo Kiš et le nouveau roman
Nikola Bjelić et Zlatko Ahmić, Faculté de Philologie et des Arts, Kragujevac/ Bibliothèque de Belgrade : La réception des écrivains français de l’autofiction en Serbie (analyse bibliométrique)

Comité d’organisation :

Adrijana Marcetic, Professeur d’histoire et de théorie littéraire à la chaire de Littérature générale et théorie littéraire, Faculté de Philologie, Université de Belgrade ;

Isabelle Grell, Enseignante d’allemand et responsable du groupe Genèse et Autofiction à l’ITEM, ENS, CNRS, Paris.

Dunja Dusanic, Enseignante-chercheuse à la chaire de Littérature générale et théorie littéraire, Faculté de Philologie, Université de Belgrade.

Responsables à Belgrade: Adrijana Marčetić et Dunja Dušanić

Contact en France : Isabelle Grell

Adresse : Filološki fakultet, Studentski trg 3, 11000 Beograd, Serbie.