Colloque International Pascal Quignard. « La littérature hors frontières »

07/10/2013,

Colloque organisé par Verónica Galíndez-Jorge, USP, Brésil et Irène Fenoglio, CNRS (ITEM), France.  Avec la participation de Pascal QUIGNARD

Ce colloque se poursuit le 9 Octobre à Rio de Janeiro, Théâtre de la Maison de France à 19 h par une Lecture de
Pascal QUIGNARD: Quatre chants
Avec le soutien de :
Institut français (Ministère des Affaires Étrangères)
Bureau du livre de l’Ambassade de France au Brésil
Université de Sao Paulo, Département de Lettres Modernes
Université de São Paulo – Pró-reitoria de Cultura e Extensão
Institut des Textes et Manuscrits Modernes (CNRS/ENS, Paris)
CAPES
FAPESP

Pour en savoir plus , site officiel : http://dlm.fflch.usp.br/node/1257
Télécharger ici le dépliant du programme

« Je passe le mur. Je m’évade un instant de cette tradition des rhéteurs occidentaux »
Pascal Quignard, Rhétorique spéculative, Calmann Levy, 1995, p. 65

Frontières, limites, bornes… Rien de tout cela ne peut être associé à l’œuvre de Pascal Quignard.
Lisières oui, bords, confins, seuils, séparations, oui, sans doute, mais jamais de barrières, jamais de murs. L’œuvre de Pascal Quignard, sensible à la plus nuancée des nuances, courageusement ouverte à la séparation la plus radicale –celle entre le dedans et le dehors, entre la vie avant la vie terrestre et la vie sur terre, entre le premier Royaume et le Dernier Royaume –, attentive aux autres séparations inévitables comme la séparation sexuée, n’encourage jamais à l’instauration de frontières entre les éléments disparates, entre les temps et les espaces, entre les cultures et les humains, entre les arts de l’écriture et les autres qui ne peuvent que s’attirer ; « Tout s’attire » dit-il et montre-t-il sans discontinuer.
Voilà donc une littérature qui ne s’embarrasse d’aucune frontière, ni géographique, ni linguistique, ni thématique, ni de genre textuel ; une écriture qui, par un regard à la fois vif et attentif à toute chose, à tout humain d’où qu’il vienne dans le temps et dans l’espace transforme le monde.

« Les lettrés, parce que ce mot désigne les hommes qui décomposent toutes les choses lettre à lettre et toutes les relations fragment par fragment, sont les hommes qui rompent la voie.

Ils cisaillent toutes les ficelles. Ils escaladent les vieux remparts du parc où ils sont enfermés quoi qu’on fasse pour les y retenir. Ils se hissent au-dessus des murs de la caserne. Ils se réensauvagent. Ils sont comme les chats qui préfèrent les gouttières aux salons, errants, craintifs, subtils, repliés au moindre son, désarçonnés à la moindre douleur… » (Les désarçonnés, Grasset, 2012, p. 129)

Voilà une littérature que nous voudrions faire connaître hors de ses lieux habituels de lecture, hors les murs d’une langue et d’un espace culturel ordinairement approchés.

Ce colloque se propose d’introduire l’œuvre de Pascal Quignard au Brésil, de promouvoir sa lecture, d’en développer la traduction, en profitant de l’élan donné par l’enseignement qui a eu lieu, en 2012 et en 2013, sous forme monographique, au Département de Lettres Modernes de l’Université de Sao Paulo.

Ces deux journées verront se rencontrer des spécialistes de Pascal Quignard, français, brésiliens et d’autres pays d’Amérique du Sud mais aussi quelques étudiants brésiliens qui exprimeront leur expérience d’initiation à cette si singulière écriture. Elles donneront lieu, outre à une exposition des manuscrits de Boutès, à concerts et lectures.

Lundi 7 Octobre 2013

9h-10h : – Ouverture officielle (USP, ITEM, Consulat de France)

– Présentation (I. Fenoglio, V. Galindez-Jorge)

(Chaque intervention sera suivie d’une discussion avec Pascal Quignard et la salle, discussion incluse dans l’horaire)

10h-11h : Verónica Galíndez-Jorge (Université de Sao Paulo, Brésil) : « Lec(ri)ture : frontières entre la lecture et l’écriture chez Pascal Quignard »

11h-12h : Mireille CALLE-GRUBER (Université Paris 3, France) : « Passage des genres »

12h-13h : Jean-Louis PAUTROT (Saint-Louis University, USA) : « Humain-animal : l’ultime frontière »

14h 30-15h 30 : Guilherme MASSARA (Université fédérale Minas Gerais, Brésil ):  « Pascal Quignard, une esthétique du désarçonnement »

15h30-17h30 : Table ronde : S’initier à la lecture de Pascal Quignard,  étudiants de l’USP, animée par Irène FENOGLIO

18h : Vernissage exposition : « La part du retiré » (manuscrits de Boutès), Bibliothèque des Lettres de l’USP

            Lectures par Pascal QUIGNARD : extrait de Boutès, Sur le désir de se jeter à l’eau.

Mardi 8 Octobre 2013

10h-11h : Irène FENOGLIO (CNRS-ENS, France) : « La singularité hors les frontières de l’identité »

11h-12h : Yolanda VILELA (Université fédérale du Minas Gerais, Brésil) : « Les Sordidissimes et la question de l’objet »

12h-13h : Chantal LAPEYRE-DESMAISON (Université d’Artois, France) : « Pascal Quignard, un baroque contemporain »

14h 30-15h 30 : Camilo BOGOYA GONZALEZ (Université Marne la Vallée, France) : « Le visage troué du critique quignardien »

15h 30-16h 30 : Ruth BRANDAO (Université fédérale du Minas Gerais Brésil) : « L’expérience de traduction de Le nom sur  le bout de la langue »

16h 30 – 17h 45 : Table ronde : Traduire et éditer Pascal Quignard , animée par Verónica Galíndez-Jorge

18h : Concert de musique baroque : Marin Marais (théorbe, viole de gambe et violon)
Dirigé par Silvana SCARINCI (Université fédérale du Parana, Brésil), Luiz Henrique FIAMINGHI (violon), Hans Brandon TWITCHELL (viole de gambe)