Séminaire Multilinguisme, Traduction, Création / 2022-2023

14/02/2023, ENS, 29 rue d’Ulm, Salle Assia Djebar, 16h – 18h

 

Vittorio Alfieri (Asti, 1749-1803), comme beaucoup de ses concitoyens de l’époque, parlait le français et le piémontais. Son ambition était cependant de bien maîtriser l’italien, et c’est par un détour assez inhabituel qu’il y parviendra. Il commence à écrire ses tragédies en prose française pour les traduire ensuite en prose italienne et, successivement, procéder à leur versification en italien. Nous explorerons ce parcours à travers les manuscrits et les témoignages contenus dans ses lettres, dans son œuvre autobiographique et dans les brouillons de traduction de sa compagne, Louisa Stolberg, duchesse d’Albany, où sont reportées les modifications manuscrites de l’auteur.

Chiara Montini est traductrice et chercheuse indépendante associée à l’Item (CNRS, ENS, Paris). Elle a enseigné la littérature française et comparée à l’Université Paris VIII, à l’Université de Provence et à l’Université de Pise. Autrice de nombreux articles sur Samuel Beckett et l’autotraduction, la traduction et le multilinguisme, et sur la génétique des textes et en particulier de la traduction, elle a traduit et dirigé de nombreux textes en italien et en français dont Mercier et Camier de Samuel Beckett (Einaudi 2015) et Traduzioni pericolose. Saggi 1941-1969, un recueil d’essais de Vladimir Nabokov. Elle a dirigé La lingua spaesata. Il multilinguismo oggi (BUP 2014), Traduire : Genèse du choix (EAC, 2015), et (avec Anthony Cordingley), « Genetic Translation Studies an Emerging Discipline » (Linguistica Antwerpiensa, 2016). Son dernier livre, Il clan Nabokov. Quando l’erede è il traduttore, a paru chez Mimesis en 2022.