Autobiographie et Correspondance (ABC). Séminaire "Éditer aujourd'hui" / 2017-2018

20/01/2018,

Le projet « Vingt ans dans la guerre » s’inscrit dans le prolongement de travaux de recherches entrepris au sein de l’équipe « Autobiographie et Correspondances » (ITEM, Paris) d’une part, et de l’équipe « Ressources » de l’ATILF (Nancy) d’autre part. Il s’agit de présenter ou de donner à lire, de façon gratuite et ouverte à tous, des écrits personnels rédigés durant les deux grands conflits mondiaux. Concernant la guerre de 14-18, au départ, il s’agissait de publier et d’éditer un carnet inédit, rédigé par un Lorrain, durant cette période ; à quoi s’est ajouté le désir de trouver son équivalent allemand. Après enquête dans les fonds de l’APA et du Deutsches Tagebuch Archiv, deux textes ont été retenus : le carnet de Marcel Royer, jeune étudiant en pharmacie nancéien, né en 1890 en et mort dans l’incendie du tunnel de Tavannes en 1916 ; le premier tome du journal d’Egon Scharschmidt, fils d’un négociant en dentelles, né en 1892 et qui lui a survécu à la guerre. Il semblait intéresser de donner la parole, à travers le temps, à ces deux jeunes hommes « ordinaires », si l’on peut dire, et de permettre de partager la description de leur entrée dans la guerre : ils sont tous deux au seuil de leur vie d’adulte, ont des projets, des rêves, et vont se retrouver en quelques jours confrontés aux combats, à la peur et à la violence. C’est donc un témoignage au plus proche de la réalité de la guerre. Par ailleurs, André et Egon sont deux jeunes gens cultivés, qui aiment lire et écrire : on appréciera également leur humour, leurs relations pleines de vie du quotidien militaire, les notations poétiques ou inquiètes qui entrecoupent la description de leur vie de soldats.

Ann Kristin Bischof, après une année d’études en Angleterre et une autre en France, termine actuellement son cursus à l’Université d’Augsburg. Elle est co-auteur de ce projet, qu’elle a développé dans le cadre d’un stage de recherche franco-allemand sous la direction du Véronique Montémont.