22/06/2021, CNRS Pouchet

Appel à communications pour une journée d’étude le 22 juin 2021 :

La Curée : empire et emprise de la chair

 Modalités pratiques :

 

Date : mardi 22 juin 2021, de 9h00 à 18h30

Lieu : CNRS Pouchet, 59-61, rue Pouchet, 75017 Paris

Organisateurs : Cyril Barde et Michael Rosenfeld

 

Avec le soutien du Centre d’études sur Zola et le naturalisme (Institut des textes et manuscrits modernes, CNRS/ENS) et des Doctoriales de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes.

 

Comité scientifique :

Nicole G. Albert – chercheuse indépendante.

Aurélie Barjonet – Université de Versailles St-Quentin

Colette Becker – Université Paris-Nanterre

Céline Grenaud-Tostain – Université d’Evry Val d’Essonne / ITEM

Olivier Lumbroso – Université Sorbonne Nouvelle / ITEM

Alain Pagès – Université Sorbonne Nouvelle / ITEM

Éléonore Reverzy– Université Sorbonne Nouvelle

Clive Thomson – Université de Guelph

Cyril Barde – Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis

Michael Rosenfeld – ITEM

 

Les propositions pour des communications de 25 minutes ainsi qu’une courte bio-bibliographie sont à envoyer au plus tard le 15 janvier 2021 par courriel à Cyril Barde et Michael Rosenfeld (lacuree@ezola.fr). Les propositions ne doivent pas dépasser 250-300 mots et peuvent être envoyées en français ou en anglais. Toutes les propositions seront rendues anonymes avant d’être évaluées par le comité scientifique. Les réponses seront données au courant du mois de février 2021.

Parmi les neuf interventions prévues lors de cette journée, trois sont réservées à des doctorants ou des docteurs récents.

Nous ne prenons pas en charge les frais de déplacement ni d’hébergement. Cependant nous espérons offrir les pauses café et le déjeuner aux participants à la journée d’étude, si le budget le permet.

 

Crise sanitaire COVID-19 :

Nous souhaitons vivement que cette crise ne soit plus d’actualité en juin 2021. Cependant, si les circonstances ne permettent pas de tenir la journée d’études en présentiel, nous prévoyons de l’organiser en visioconférence, via la plateforme du CNRS.

 

Publication des communications :

Les communications seront publiées dans un dossier thématique des Cahiers naturalistes en 2022, dirigé par Cyril Barde et Michael Rosenfeld. Les articles pour publication seront à soumettre au plus tard le 15 août 2021. Ils seront évalués par le comité scientifique de la journée d’étude et par le comité de rédaction des Cahiers naturalistes.

 

Argumentaire :

Le 5 novembre 1871, la rédaction du quotidien La Cloche interrompt la publication en feuilleton de La Curée, alors que le Parquet menace d’entamer des poursuites judiciaires en raison des nombreuses plaintes de lecteurs. Au lendemain de cette interruption, Zola défend la moralité de son roman dans une lettre à Louis Ulbach, le directeur du quotidien. Dans cette lettre qui sera publiée dans La Cloche, le romancier déclare avoir voulu peindre le « bruit grandissant des orgies » afin de condamner l’« éclat de débauche qui éclaire le Second Empire », sans cependant avoir « osé tout dire ».

L’épisode qui provoque la censure est celui du café Riche, alors que Maxime et Renée s’apprêtent à partager leur première nuit d’amour. Certes, cette scène produit un effet de choc, mais elle n’enfreint pas totalement le tabou de l’inceste puisqu’aucun lien de sang n’existe entre les deux personnages. C’est là toute la stratégie narrative de Zola dans cette œuvre : faire des allusions à des comportements moralement réprimés à l’époque afin de provoquer critiques littéraires et lecteurs, dans un jeu subtil entre le dit et le non dit. La critique littéraire contemporaine fait écho au scandale que suscite le roman : le deuxième volume du cycle des Rougon-Macquart est qualifié de « simple ordure » par Covielle dans Le Figaro, ou encore de roman « ardent, excessif » par Jules Claretie dans L’Illustration. Pourtant, dans La Curée, Zola voulait fustiger la « vie à outrance » du Second Empire et la corruption morale et politique de ce régime grâce à une écriture visant à mettre au jour la subversion du vieux Paris par les travaux haussmanniens et l’inversion des valeurs qui en sont la cause autant que le symptôme. La ville devient une gigantesque alcôve : les relations entre l’intérieur et l’extérieur, le public et le privé, les pères et les fils, les hommes et les femmes s’en trouvent alors subverties

C’est dans cette perspective que l’on peut comprendre la dissonance, voire la discordance entre le sexe, le genre et la sexualité des personnages qui peuplent le roman. Si de nombreux personnages principaux et secondaires sont marqués par une identité de genre ambiguë et labile, ce trouble ne semble pas affecter leur sexualité qui demeure dans la norme hétérosexuelle. Parmi eux, citons Renée, qui adopte des comportements et des attributs virils ; Maxime, dépeint comme le type même du « petit crevé » et l’« homme-femme des sociétés pourries » mais qui n’entretient aucune relation homosexuelle. Inversement, le genre des personnages aux sexualités non normatives comme les lesbiennes Sidonie Rougon, Suzanne Haffner et Adeline d’Espanet, le valet homosexuel Baptiste n’est, quant à lui, pas remis en question, même si ces personnages sont marginalisés par leur position secondaire dans le récit. Alors que la doxa de l’époque souligne plutôt la discordance entre sexe et sexualité en associant étroitement inversion sexuelle et transgression de genre, La Curée montre que Zola envisage d’autres configurations dans le roman, sans parler d’autres personnages qui soulèvent des questions intrigantes, à l’instar de Louise de Mareuil, dont le genre demeure incertain et que son infirmité semble priver de toute sexualité. Zola choisit en outre de la marier à Maxime, qui est un peu son miroir en raison de l’ambiguïté de son identité sexuelle.

Le 150e anniversaire de la censure du feuilleton de La Curée est l’occasion de se pencher sur la déliaison du genre et de la sexualité des personnages dans cette œuvre, grâce aux nouveaux regards  apportés par les études de genre, les études gays et lesbiennes et les queer studies. Cette discordance est-elle le signe d’une pensée moderne non-essentialisante ou le symptôme de la décadence du Second Empire que Zola cherche à flétrir dans ce roman ? La question est de savoir si la distinction opérée entre sexe, genre et sexualité est un élément d’une satire réactionnaire ou une articulation plus moderne et plus fluide de ces catégories. Si cette journée s’inscrit dans le sillage des études culturelles et des études de genre, elle vise aussi à montrer les liens féconds qu’elles peuvent entretenir avec des approches plus classiques de la critique littéraire (génétique, poétique, histoire). C’est aussi à ce dialogue des méthodes et des démarches épistémologiques que nous souhaitons modestement contribuer.

 

Axes de recherche :

  • Représentations des marginalités sexuelles et du genre: il s’agit d’examiner les différentes articulations entre sexe, genre et sexualité qui apparaissent dans le roman. Les personnages secondaires (Sidonie, Baptiste, Suzanne Haffner, Louise de Mareuil…), moins étudiés par la critique, peuvent donner lieu à des études novatrices et stimulantes.
  • Étude des masculinités: le roman présente un large éventail de masculinités à travers les personnages du récit qui se définissent les unes par rapport aux autres, les unes contre les autres et que l’on peut étudier à la lumière des concepts de Connell dans Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, 2014 (masculinités hégémoniques, complices, subordonnées, marginalisées).
  • Rapports entre genre, sexualité et esthétique: on pourra se demander en quoi l’esthétique du Second Empire telle qu’elle est évoquée par Zola (ostentation et mauvais goût, parodie et pastiche, tableau vivant) et les genres qu’elle privilégie (l’opérette, le tableau vivant) entrent en résonance avec les représentations du genre (gender) et de la sexualité dans le roman.
  • Études génétiques: l’étude des manuscrits, des dossiers préparatoires, de l’ébauche du roman et des épreuves peut apporter des informations précieuses sur l’élaboration d’un personnage et les relations qu’il entretient avec les autres. L’évolution des caractères physiques et moraux des personnages, le choix du lexique appliqué au genre et à la sexualité sont autant de pistes qu’il peut être intéressant d’explorer.
  • Réception de l’œuvre du point de vue du genre et de la sexualité: on pourra, entre autres, revenir sur la censure du feuilleton dans La Cloche en 1871, ou encore sur les caviardages effectués sur les traductions du roman.
  • La journée d’étude peut également accueillir des études comparatives portant sur des ouvrages contemporains de La Curée (romans, textes scientifiques) qui permettront de mieux situer et de mettre en perspective la spécificité du traitement des questions de genre et de sexualité par Zola. Des comparaisons au sein même de l’œuvre zolienne peuvent être très stimulantes : La Curée pourrait ainsi être confrontée à Renée, adaptation théâtrale du roman en cinq actes, publiée par Zola en 1887. Plus largement, on pourra comparer La Curée à d’autres romans des Rougon-Macquart afin de déterminer les spécificités de la poétique des genres dans le roman de 1871 ou, au contraire, les points de convergence inscrits dans la totalité du cycle. On peut enfin envisager une étude des adaptations cinématographiques de 1917 (Negroni) et 1965 (Vadim), qui permettent d’interroger la scénarisation du masculin et du féminin.

 

Bibliographie sur La Curée :

 

Éditions critiques principales :

Zola, Émile, La Curée – Œuvres complètes – Les Rougon-Macquart II, Céline Grenaud-Tostain (éd.), Paris, Classiques Garnier, 2012.

Zola, Émile, La Curée, François-Marie Mourad (éd.), Paris, GF Flammarion, 2015.

Zola, Émile, La Curée, in Les Rougon Macquart, Paris, Gallimard, « bibl. Pléiade », t. 1, 1960.

Zola, Émile, La Curée, in Œuvres Complètes, Paris, Tchou, Cercle du Livre Précieux, t. 2 1967.

Zola, Émile, La Curée, Maurice Le Blond (éd.), Paris, François Bernouard, 1927.

Zola, Émile, La Curée, Paris, Émile Testard éditeur, 1894 [édition illustrée, disponible sur Gallica].

 

Édition des dossiers préparatoires :

Les Manuscrits et les dessins de Zola : Notes préparatoires et dessins des Rougon-Macquart, Olivier Lumbroso et Henri Mitterand (éd.), 3 t., Paris, Éditions Textuel, 2002.

Zola, Émile, La Fabrique des Rougon-Macquart – Édition des dossiers préparatoires, Colette Becker et Véronique Lavielle (éd.), Paris, Honoré Champion, t. I, 2003.

 

Ouvrages et articles critiques récents:

On consultera la bibliographie complète dans l’édition de La Curée établie par Céline Grenaud-Tostain [en ligne].

 

Sexualité, études queer & LGBT et études du genre dans l’œuvre de Zola

Baguley, David, « L’indicible de la sexualité dans l’œuvre de Zola », Nineteenth-Century French Studies, vol. 27, nos 1-2, Fall-Winter 1998-99, p. 108-116.

Barde, Cyril, « Le roman de la mâle-versation », Fictions du masculin dans les littératures occidentales, Paris, Classiques Garnier 2014, p. 39-50.

Benhaim, André, « De René à Renée », Les Cahiers naturalistes, n° 73, 1999, p. 151-166.

Berta, Michel, De L’androgynie dans les Rougon-Macquart et deux autres études sur Zola, New York et Francfort, Peter Lang, 1985.

Buvik, Per, « Naturalisme et vitalisme – À propos de la sexualité dans l’œuvre de Zola », Les Cahiers naturalistes, no 86, 2012, p. 177 – 197.

Cnockaert, Véronique, « Politique du décolleté, décolleté politique. Les  Épaules  de  la  marquise  et  La  Curée  d’Émile  Zola  »,  Tissus  et vêtements chez les écrivains au XIXe siècle. Sociopoétique du textile, sous la direction  d’Alain  Montandon, Paris,  Honoré  Champion  Éditeur,  2015, p. 391-402.

Colatrella, Carol, « Representing Liberty: Revolution, Sexuality and Science in Michelet’s Histories and Zola’s Fiction », Nineteenth-Century French Studies, Vol. 20, nos 1-2, Fall-Winter 1991 – 1992, p. 27 – 43.

Collot, Sylvie, Les Lieux du désir : Topologie amoureuse de Zola, Paris, Hachette, 1992.

Counter, Andrew J., « One of Them: Homosexuality and Anarchism in Wilde and Zola », Comparative Literature, 2011, vol. 63, no 4, p. 345-365.

Dobelbower, Nicholas, « Dérive génétique et déviance génésique », Zola. Genèse de l’œuvre, J.-P. Leduc-Adine (éd.), Paris, CNRS Éditions, 2002, p. 225-243.

Edelman, Nicole, « Zola et la sexualité à l’épreuve de l’hystérie », Zola et les historiens, Michèle Sacquin (dir.), Paris, BNF, 2004, p. 95-103.

Fernandez-Zoïla, Adolpho, « Renée, la déchirée… », La Curée de Zola ou « la Vie à outrance », Paris, SEDES, 1987, p. 179-193.

Finn, Michael, « Naturalisme, sexe et sexologie : Excès catastrophique ou fantaisie médicale ? », Les Cahiers naturalistes, nº 85, 57e année, 2011, p. 117-133.

Galmiche, Julia, « La Curée impérialiste ou le roman de l’Or(ient) et de la chair », Excavatio, vol. XXXI, 2019.

Harrow, Susan, « Myopia and the Model : the Making and Unmaking of Renée in Zola’s La Curée », Writing the Feminine in Zola and Naturalist Fiction, Bern, Peter Lang, 2003, p. 251-270.

La Curée de Zola ou « la Vie à outrance », Actes du colloque du 10 janvier 1987, Paris, SEDES, 1987.

Ménard, Sophie, Émile Zola et les aveux du corps. Les savoirs du roman naturaliste, Paris, Classiques Garnier, 2014.

Milner, Max, « Les thèmes de la perversion dans La Curée », Mimesis et Semiosis : littérature et représentation, Philippe Hamon et Jean-Pierre Leduc-Adine (éd.), Paris, Nathan, 1992, p. 145-157.

Pelletier, Sophie, « Jeunes filles et vieilles filles. Autour de quelques inconvenantes chez Flaubert, Goncourt et Zola », Cahiers Figura, « Du convenable et de l’inconvenant. Littérature française du XIXe siècle », n°40, 2015, p. 133-152 [en ligne].

Pelletier, Sophie, Le Roman du bijou fin-de-siècle, Paris, Honoré Champion, 2016.

Reid, Roddy, « Perverse Commerce, Familial Pathology and National Decline in La Curée », Families in jeopardy, Stanford University Press, 1993, p. 240-277.

Rivers, Christopher, « Improbable Prescience: Emile Zola and the Origins of Homosexuality », Excavatio, XIV, no 1-2, 2001, p. 41-62.

Rosen, Karl, « Emile Zola and Homosexuality », Excavatio, vol. II, 1993, p. 111-116.

Rosenfeld, Michael, « Zola et l’homosexualité, un nouveau regard », Les Cahiers naturalistes, nº 89, 61e année, 2015, p. 213-228.

Rosenfeld, Michael, « Scénographie et esthétique de la sexualité dans l’œuvre de Zola », Lire Zola au XXIe siècle, Aurélie Barjonet et Jean-Sébastien Macke (dir.), Paris, Classiques Garnier, 2018, p. 365-376.

Schor, Naomi, « Le sourire du sphinx : Zola et l’énigme de la féminité », Romantisme, 1976, no13-14, p. 183-196.

Szczur, Przemysław, « Le sexe du héros : identité sexuelle, mise en intrigue et focalisation dans La Curée d’Émile Zola », Excavatio, vol. XXIII, nr 1-2/2008, p. 25-38.

Thompson, Hannah, « Questions of Sexuality and Gender », The Cambridge Companion to Emile Zola, Brian Nelson (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 53-66.

Thompson, Hannah, Naturalism Redressed – Identity and Clothing in the Novels of Emile Zola, Oxford, Legenda, 2004.

Verret, Arnaud, « Quand Zola devenait sérieusement pornographe », Romantisme, no 167, 2015, p. 76-85.

Watson, Janell, « The Gendered Political Economy of Zola’s La Curée », NineteenthCentury French Studies, Vol 25, no, 1‐2, 1996‐97, p. 119‐130.

White, Nicholas, « L’homos et l’heteros des Rougon-Macquart », Les Cahiers naturalistes, nº 91, 63e année, 2017, p. 11-24.

Wickhorst Kiernan, Katherine D., « Étranges figures, figures étrangères : Renée dans La Curée d’Émile Zola », Poétique, no 147, 2006, p. 259-275.

Woodson Waddell, Holly, « The Naked Truth : Renée and the Myth of Phaedra in La Curée », Excavatio : Émile Zola and Naturalism, no 18 (1-2), 2003, p. 143-156.

 

Bibliographie générale

Adam-Maillet, Maryse, « Renée, poupée dans La Curée », Les Cahiers naturalistes, no 69, 1995, p. 49-68.

Ahearn, Edward J., « Monceau, Camondo, La Curée, L’Argent : History, Art, Evil », French Review : Journal of the American Association of Teachers of French, no 73 (6), May 2000, p. 1100-1115.

Barjonet, Aurélie, « Celebration and Power : Zola’s Représentation of the Ball », Romance Studies, no 23 (2), Juil. 2005, p. 91-103.

Becker, Colette, « De la note à la fiction », Zola. Genèse de l’œuvre, J.-P. Leduc-Adine (éd.), Paris, CNRS Éditions, 2002, p. 63-74.

Becker, Colette, « Le langage silencieux des manuscrits zoliens », Le Réalisme et ses paradoxes (1850-1900), Gabrielle Chamarat et Pierre-Jean Dufief (éd.), Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 427-438.

Belenky, Masha, « Disordered topographies in Zola’s La Curée », Romance Notes, 53, no 1, 2013, p. 27-37.

Bolton, Brenda, « « La serre complice » : The Conservatory in Zola’s La Curée », Bulletin of the Emile Zola Society, nos 45-46, avril et octobre 2012, pp. 24-33.

Campmas, Aude, « Les invasions barbares dans La Curée », French Studies Bulletin, XXXIII, no 125, hiver 2012, pp. 68-71.

Carroy, Jacqueline, « « Je ne veux pas faire rire » : la sexualité de et selon Zola », Zola et les historiens, Michèle Sacquin (dir.), Paris, BNF, 2004, p. 104-115.

Dictionnaire des naturalismes, Colette Becket et Pierre-Jean Dufief (dirs.), 2 vols, Paris, Honoré Champion, 2017.

El Kettani, Soundouss Ech Cherif, « Les stratégies du visuel dans La Curée », Zola et le cinéma, sous la direction de Paul Warren, Québec, Presses de l’Université Laval, 1995, p. 129-147.

Genèse, structures et style de La Curée, Colette Becker, Jean-Pierre Leduc-Adine et Henri Mitterand (dirs.), Paris, SEDES, 1995.

Gérard, Albert S., « Renée’s Tangled Ancestry : Zola’s La Curée and Racine’s Phèdre », Narrative Ironies, Amsterdam, Rodopi, 1997, p. 207-222.

Gogröf, Andrea, « Public and Private Hygiene in Émile Zola’s La Curée », Re-Reading Zola and Worldwide Naturalism: Miscellanies in Honour of Anna Gural-Migdal, Snipes-Hoyt, Carolyn, Marie-Sophie Armstrong et Riikka Rossi (éds), Newcastle-upon -Tyne, Cambridge Scholars Publishing, 2013, p. 114-133.

Harrow, Susan, « Exposing the Imperial Cultural Fabric : Critical Description in Zola’s La Curée », French Studies : A Quarterly Review, no 54 (4), Oct. 2000, p. 439-452.

Harrow, Susan, Zola : La Curée, University of Glasgow, French & German Publications, 1998.

Marzel, Shoshana-Rose, « Qui est Worms ? Enquête sur la création d’un personnage zolien », Les Cahiers naturalistes, no 84, 2010, p. 165-170.

Mcqueen, Andrew, « Les bals costumés des Rougon-Macquart », Sur quel pied danser ? Danse et littérature, Amsterdam, Rodopi, 2005, p. 191-200.

Mimesis et Semiosis : littérature et représentation, Philippe Hamon et Jean-Pierre Leduc-Adine (éds), Paris, Nathan, 1992.

Mitterand, Henri, « Genèse des Rougon-Macquart. Le lieu des différances », Le Réalisme et ses paradoxes (1850-1900), Gabrielle Chamarat et Pierre-Jean Dufief (éd.), Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 407-425.

Mitterand, Henri, « Le méta-texte génétique dans les Ébauches de Zola », Genesis, no 6, 1994, p. 47-60.

Mitterand, Henri, « Une poétique du temps romanesque : La Curée », Zola et le cinéma, sous la direction de Paul Warren, Québec, Presses de l’Université Laval, 1995.

Mitterand, Henri, Zola, Paris, Fayard, 3 tomes, 1999-2002.

Mouanda, Sharon, « Mise en abyme and Narrative Function in Zola’s La Curée », Modern Language Review, CIII, première partie, janvier 2008, p. 35-45.

Pagès, Alain et Morgan, Owen, Guide Émile Zola, Paris, Ellipses, 2016.

Palacio, Jean de, « La Curée : histoire naturelle et sociale, ou agglomérat de mythes ? », Figures et formes de la décadence, Paris, Séguier, 1994, p. 75-85.

Pelletier, Sophie, « « Nous n’irons plus au bois » : jeux d’enfants et destin de myope dans La Curée », Les Cahiers naturalistes, no 92, 2018, p. 49-65.

Rachwalska Von Rejchwald, Jolanta, « L’univers du clair-obscur dans La Curée de Zola : dispositif et métaphore », Frankofoni (Ankara, Turkey), no 16, 2004, p. 147-159.

Rétat, Laudyce, « Narcisse : dérision et mise au miroir du mythe dans La Curée d’Émile Zola », Isis, Narcisse, Psyché entre Lumières et Romantisme. Mythe et écritures, écritures du mythe, Pascale Auraix-Jonchière (dir.), Clermont-Ferrand, Presses Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand, 2000, p. 263-274.

Schaffner, Isabelle, « The City as Matter in Movement in La Curée and The Pit », Excavatio : Émile Zola and Naturalism, no 13, 2000, p. 133-142.

Tranca, Alexandra, « Les ruines du temps : La Curée d’Émile Zola et les photographies de Charles Marville », Les Cahiers naturalistes, no 91, 2017, p. 37-48.