Équipe Multilinguisme, Traduction, Création

MEMBRES/

CNRS / ENS

Olga ANOKHINA, CR, Responsable d’équipe

Daniel FERRER, DR
Claire RIFFARD, IR

Enseignants chercheurs
Viviana AGOSTINI-OUAFI, MCF à l’Université de Caen
Aurelia ARCOCHA, PR à l’Université de Bordeaux 3
Anthony CORDINGLEY, MCF à l’Université Paris 8
Patrick HERSANT, MCF à l’Université de Paris VIII
Fatiha IDMHAND, MCF à l’Université du Littoral Côte d'Opale, Dunkerque
Sandrine MARCHAND, MCF à l’Université d'Artois
Anne-Laure RIGEADE, PRAG à Sciences Po
Dirk WEISSMANN, MCF à l’Université de Paris-Est Créteil
Patrick QUILLER, PR à l'Université de Nice, écrivain et traducteur


CDD / Post-Doc / Doc
Delfina CABRERA, post-doctorante (Argentine)
Valentina CHEPIGA, Maître de langue à l'INALCO
Georgeta CHRISTIAN (Université de Paris III)
Florence COURRIOL (l'Université de Grenoble)
Sylvie COURTINE-DENAMY, traductrice, chercheur associée au CEVIPOF 
Julian EZQUERRA, doctorant à l’Université de Paris VIII / à l'Institut de Linguistique de l'Université de Buenos Aires (Argentine)
Julia HOLTER, post-doctorante (USA/France)
Eugenia KELBERT, post-doctorante à l’Université de Passau (Allemagne)
Chiara LUSETTI, doctorante (Università degli Studi di Milano)
Marie-Claire MERRIGAN, doctorante à l’Université de Louvain (Belgique)
Chiara MONTINI, traductrice (France)
Sara PESATORI, doctorante à l'Université de Reading (UK)
Riccardo RAIMONDO, doctorant à l’Université de Paris 7
Emilio SCIARRINO, doctorant à l’Université de Paris III (France)
Susanna SPERO, chercheur invité à l'IEA de Paris (France)
Giancarlo TURSI (New York University)


Correspondants étrangers
Elena BASILE, PR à l'Université de York et à University of Toronto (Canada)
Murielle Lucie CLEMENT, éditrice (Pays Bas)
Patricio FERRARI, Chercheur à l’Université de Lisbonne / Brown University / Stockholms universitet
Rainer GULDIN Università della Svizzera Italiana / Lugano / Switzerland
http://www.unisi.ch/personal-info.htm?id=323
Editor-in-Chief, Flusser Studies http://www.flusserstudies.net/
Rainier GRUTMAN, PR à l'Université de Ottawa (Canada)
Noêmia GUIMARÃES SOARES, MCF à l’Université Fédérale de Santa Catarina–UFSC (Brésil)
Thomas HUNKELER, PR à l'Université de Fribourg (Suisse)
Eva KARPINSKI, PR à l'Université de York (USA)
Antonio LAVIERI, MCF à l’Université de Palerme (Italie)
Marie-Hélène PARET PASSOS, MCF à Pontifícia Universidade Católica do Rio Grande do Sul-PUCRS (Brésil)
Kostis PAVLOU, MCF à Open University of Cyprus (Chypre)
Natalia RULYOVA, University of Birmingham (Grande-Bretagne)
Antonietta SANNA, PR à l’Université de Pise (Italie)
Sahar YOUSSEF, MCF à l’Université Al Azhar (Egypte)

Objectifs

  • Déterminer les enjeux du multilinguisme dans l’approche génétique de la création littéraire.
  • Elaborer les outils d’analyse des manuscrits multilingues.
  • Définir l’approche théorique du rôle du multilinguisme dans la création.
  • Cerner l’articulation entre les langues pratiquées par un écrivain et son travail d’élaboration stylistique, notamment lors du processus de textualisation.
  • Identifier les mécanismes sous-jacents à la traduction et à l'autotraduction.
  • Interroger l'intérêt de l'approche génétique dans le domaine de traductologie.
  • Analyser les mécanismes de la textualisation dans la genèse du texte littéraire multilingue.

Descriptif :

Le multilinguisme qui, jusqu’à présent n’a pas fait l’objet d’études génétiques, est un phénomène essentiel pour comprendre l’histoire de la culture occidentale. Le colloque international organisé par l’ITEM en collaboration avec l’Académie des sciences de Russie sur Multilinguisme et genèse des textes a montré l’importance des phénomènes multilingues dans l’étude de la création littéraire. En effet, l’approche critique de la production des écrivains plurilingues se limite le plus souvent à l’analyse des œuvres publiées en laissant en marge les manuscrits multilingues qui donnent au chercheur un accès privilégié aux traces des processus sous-jacents à la création.
L’étude des phénomènes multilingues doit enrichir les recherches en génétique des textes, en littérature et en linguistique par un apport en nouveaux corpus manuscrits qui restent jusqu’à présent pratiquement inédits ou mal connus. Les horizons qui vont être explorés par les membres de l’équipe sont multiples :

  • les écrits monolingues des écrivains bilingues ou multilingues qui méritent d’être revisités sous cet angle d’étude ;
  • l’écriture parallèle en deux langues par un écrivain ou dans le cadre d’un travail collaboratif ;
  • les traductions et adaptations réalisées par l’écrivain ou supervisées par lui ;
  • les traductions par des écrivains connus/des traducteurs des œuvres d’écrivains étrangers ;
  • la correspondance multilingue des écrivains, etc.

Ce renouvellement des corpus se traduira par un questionnement théorique nouveau en critique génétique dans la mesure où il s’agira de comprendre, sous toutes ses formes, et à travers les documents de travail, le caractère productif et créatif de l’interaction entre plusieurs langues et son rôle spécifique dans le processus de textualisation.
En même temps, l’approche du phénomène multilingue par les traces manuscrites du travail de l’écrivain ouvrira le champ peu exploré du domaine de l’écrit aux recherches linguistiques et psycholinguistiques sur le bilinguisme, recherches qui restent à présent principalement cantonnées au domaine de l’oral. Cette approche interdisciplinaire amènera des retombées intéressantes pour plusieurs disciplines dans la compréhension des processus cognitifs du fonctionnement de l’écriture multilingue et de la création littéraire, plus particulièrement lors du processus de textualisation.


Ces recherches viendront enrichir en données, concepts et en méthodologies l’enseignement de la traduction notamment par la mise en évidence des analogies et des différences fonctionnelles entre l’acte d’écrire et celui de traduire, mais aussi par les études de cas en différentes langues (français, anglais, russe, chinois, espagnol, portugais, italien, allemand…) et l’analyse microgénétique des pratiques qui permettront de saisir à l’état naissant le processus de traduction. Ces études permettront de démontrer un intérêt du recours aux documents de genèse pour le travail de traduction.


Ces questionnements théoriques et l’apport de nouveaux corpus conduiront l’équipe à élaborer les outils d’analyse et de réflexion qui peuvent s’avérer nécessaires à la recherche menée par d’autres équipes de l’ITEM, en particulier par l’équipe Francophonie et par l’équipe en formation Genèses cinématographiques. Ainsi, outre l’enrichissement de la discipline par l’apport de nouveau corpus et de nouveaux questionnements théoriques, l’équipe Multilinguisme, traduction, création renforcera le lien avec des équipes de l’ITEM qui seront amenées à s’intéresser de près aux phénomènes multilingues.


AccueilContactL'ItemRSSPodcast — Site propulsé par Lodel