Équipe Linguistique

L'équipe « Linguistique » a pour objectif de maintenir une réflexion linguistique quant à l’approche des manuscrits modernes et d’apporter aux disciplines connexes (stylistique, sciences du texte, spécialisations sur corpus) le savoir faire analytique linguistique pour affiner l’appréhension du verbal dans les manuscrits littéraires, dans les manuscrits des sciences humaines, aussi bien que dans les manuscrits scientifiques.

Cette réflexion se réalise dans trois directions :

1)    analyse linguistique de la matérialité verbale de tout manuscrit (quel que soit le genre de texte et de discours visé (littéraire, de sciences humaines ou autre) ;

2)    recherche et analyse des manuscrits de linguistes dans la perspective de comprendre les processus de conceptualisation ;

3)    Etude du temps énonciatif de l’écriture (enregistrée en temps réel) et sa représentation.

Cette équipe  est membre du comité directeur de l’Institut de Linguistique Française (ILF, FR CNRS 2393, http://www.ilf.cnrs.fr/)

 

Ressources en ligne : http://www.item.ens.fr/index.php?id=200861

---

AXE "GÉNÉTIQUE DU TEXTE ET THÉORIES LINGUISTIQUES"

L’équipe se consacre à l’étude des archives et manuscrits de linguistes. Elle a pour objectif la compréhension de la genèse des concepts et des théories linguistiques, par l’observation des manuscrits d’auteurs dans le domaine des sciences du langage. Elle contribue, par cette innovation génétique, à la compréhension du processus d’écriture en sciences humaines.

Fondée au départ sur l’exploitation du fonds Emile Benveniste de la BnF, l’équipe s’est largement développée en s’intéressant à d’autres fonds, en se positionnant sur plusieurs axes de recherches et en encadrant plusieurs groupes de travail. La densité et la diversité des publications issues du travail de l’équipe témoignent de ce développement considérable.

Mots clés :Archives linguistiques. Processus d’écriture théorique. Linguistique du texte et de l'écrit. Emile Benveniste. Génétique des Sciences humaines.

Un créneau vaste et neuf

Il faut rappeler qu’aucune équipe ou réseau ne s’est jusque là constitué autour de l’exploitation des archives et manuscrits de linguistes : ni en France, ni en Europe, ni, à notre connaissance, dans le monde. Aussi, tout est a créer : réseau de chercheurs, réseau d’institutions, localisation des fonds et élaboration de recherches thématiques.

Si le Cercle F de Saussure s’est intéressé aux manuscrits en vue de la publication de textes de Saussure (qui a très peu publié de son vivant), il ne s’intéressait nullement à la génétique jusqu’à ce que quelques spécialistes de Saussure, ne viennent se former, à l’ITEM, à la génétique et faire le lien entre le Cercle et notre équipe. De son côté, l’équipe HTL, très savante en histoire de la linguistique n’a jamais intégré l’exploration des manuscrits de linguistes à ses recherches et ne l’envisage pas, s’intéressant essentiellement aux textes linguistiques publiés et non à l’élaboration génétique de ceux-ci.

Par ailleurs, si l’écriture linguistique est actuellement l’objet de divers travaux (analyses de discours, études de genres, travaux de terminologie, genèse de notions à partir d’un ensemble de textes publiés) aucune de ces études ne s’attache à l’aspect génétique et processuel du discours théorique en train de se textualiser, visible sur des manuscrits de linguistes. Notre équipe se trouve donc sur un créneau vaste et neuf avec des perspectives de développement pour l’instant illimité.

Une problématique définie

Comment un auteur linguiste s’y prend-il pour penser son objet, élaborer une notion, formuler son discours ?

Il s’agit de pister, à travers l’ensemble des archives et manuscrits correspondant à divers genres d’écrits (brouillon pour l’écriture d’un article, carnets de terrain, notes pour la préparation d’une conférence etc…), les moments où un linguiste "tourne autour" de la conceptualisation d’une notion dont on lui accrédite l’invention et de comprendre de quelle façon, par quels cheminements il la met en œuvre, par quels processus énonciatifs repris ou modifiés à travers différentes versions, il les modèle et finalement les stabilise.

Plusieurs groupes de travail

* groupe de travail sur les manuscrits de Benveniste :

·       Finalisation de l’étude du dossier génétique correspondant à l’article « Sémiologie de la langue », un des derniers articles majeurs de Benveniste

·       Genèse du couple conceptuel « sémiotique/sémantique » chez Benveniste. Ce groupe présente une contribution au CMLF2012

·      Edition des dernières leçons du linguiste au Collège de France : http://www.seuil.com/livre-9782021071979.htm (voir rubrique « Publications » ci-dessous).

* groupe de travail sur les manuscrits de Saussure

·       passage de la philologie jusque là prégnante pour les manuscrits de Saussure à la perspective génétique

·       Recherche de dossiers inédits et génétiques parmi les manuscrits de Saussure

* groupe de travail sur la recherche d’archives linguistiques et leur description

MEMBRES /
Responsable : Irène Fenoglio

CNRS / ENS

Irène Fenoglio, DR CNRS  

CDD / Post-Doc / Doc

- Mohamed Abdelbaki Ahmed (convention Université de Minia, Egypte / ITEM) (Post-Doc)
- Giuseppe D’Ottavi (convention Université della Calabria, Italie / ITEM (Post-Doc)
- Maria Hozanete Alves de Lima (convention Université de Natal, Brésil / ITEM (Post- Doc) - Aya Ono (convention Université de Keio, Japon / ITEM) (Post-Doc)
- Mariarosaria Zinzi (bourse Braudel / ITEM) (Post-Doc)
- Maria Iraci Sousa Costa (bourse CAPES, Brésil / ITEM) ( Doc)

Enseignants chercheurs

- Valentina Chepiga, maître de langue INALCO
- Jean-Claude Coquet PU émérite, Université de Nanterre

Associés

- Rossana de Angelis, Post-doc Lattice
- Marie-Christine Lala, MCF Paris 3
- Julie Lefebvre : enseignant chercheur, Université de Metz
- Estanisalo Sofia, Post-doc FNRS, Liège
- Pierre-Yves Testenoire, Université paris 3

- Partenaires institutionnels


. Cercle Ferdinand de Saussure (Genève)
. Laboratoire Histoire des Théories Linguistiques (UMR 7597 CNRS/Paris 7)
. Bibliothèque nationale de France (fonds Benveniste)
. Institut Mémoires de l’Edition Contemporaine (IMEC), (fonds Collège de France)
. Académie des Inscriptions et Belles Lettres (Archives + ayant-droit moral d’E. Benveniste)

---

AXE "MANUSCRIT LINGUISTIQUE COGNITION"

La substance graphique du manuscrit fournit un certain nombre d’informations précieuses sur le déroulement de l’écriture dans le temps. Mais en étant projetée sur l’espace bi-dimensionnel de la page, la troisième dimension, temporelle, de la succession chronologique des opérations d’écriture, subit des distorsions qui privent l’analyse de renseignements précieux sur l’enchaînement réel des opérations. On peut par exemple établir des corrélations partielles entre la position d’une réécriture dans la page (à l’intérieur de la ligne courante, dans l’interligne, dans les marges, sur un autre feuillet, etc.) et le moment où elle est intervenue dans le processus mais ces corrélations restent insuffisantes pour l’établissement d’une chronologie fine. Au contraire, l’enregistrement et la restitution de l’écriture en temps réel permettent de dater toutes les interventions du scripteur à la milli-seconde près. Il devient dès lors possible d’appréhender aisément plusieurs phénomènes dont les manuscrits ne livrent qu’imparfaitement la trace, qu’il s’agisse des pauses, de l’incidence précise des opérations de relecture sur les réécritures, de la structure logique des retours en arrière, etc. L’analyse d’enregistrements de l’écriture en temps réel se situe à l’interaction de trois domaines scientifiques qui sont représentés dans l’équipe:

-    Linguistique : les travaux français de l’Institut des Textes et Manuscrits modernes (Item, UMR 8132) ont fait émerger des outils et une méthodologie d’analyse des manuscrits qui permettent aujourd’hui de caractériser l’écriture des écrivains mais aussi celle de tout scripteur dont il est possible de recueillir les traces.

-    Recherches cognitives : la psychologie s’intéresse depuis longtemps à l’écriture comme processus. L’activité dactylographique tend progressivement à se substituer à l’activité manuscrite d’écriture et contraint désormais le chercheur à formuler ses hypothèses au regard de cette activité. Le processus d’exécution motrice du message planifié linguistiquement n’est plus le même et n’impose plus les mêmes contraintes.

-     Acquisition et enseignement de la langue : les données sur l’acquisition de l’écrit sont encore trop peu empreintes de la dimension chronologique et pausale de l’écriture.

L’équipe Manuscrits, linguistique, cognition se donne pour objectif de croiser les informations sur la genèse textuelle fournies par les traces graphiques dans les manuscrits – c’est l’approche classique de la critique génétique – et les informations d’une tout autre nature enregistrées par les logiciels de suivi de l’écriture online.

Les outils d’enregistrement des données sur l’écriture onlinese sont multipliés ces dernières années, qu’il s’agisse de logiciels de traitement de texte dédiés à la mémorisation des opérations d’écriture (Scriptlog, développé à l’université de Lünd par S. Strömqvist ou Inputlog, développé à l’Université d’Anvers par L. Van Waes) ou de tablettes graphiques, éventuellement couplées à un logiciel de suivi des mouvements oculaires (Eye and Pen, développé à l’Université de Poitiers par D. Alamargot et D. Chesnay). Cette évolution technologique accompagne celle des outils d’écriture : longtemps utilisé comme simple substitut de la machine à écrire, le traitement de texte tend à supplanter l’écriture manuscrite, y compris chez certains écrivains. En s’appuyant sur ces corpus récemment constitués, l’équipe Manuscrits, Linguistique, Cognitionétudie également l’impact des nouveaux instruments d’écriture électronique sur la production textuelle. Ses analyses s'appuient aussi bien sur l’écriture scolaire (travaux de Claire Doquet, de Bernadette Kervyn et de Christophe Leblay) que sur l’écriture littéraire (travaux d’Almuth Grésillon, J.-L. Lebrave, I. Fenoglio, B. Vauthier + travail en cours à partir de corpus littéraires en temps réel, publication collective à venir) ou d’autres formes d’écriture professionnelle (travaux de Julie Lefebvre et de Claire Doquet). Ces différentes études de corpus doivent permettre d’étayer la réflexion entamée par voici une vingtaine d’années (J.-L. Lebrave, A. Crasson, C. Doquet, C. Leblay) sur l’identification des opérations d’écriture, les modes de représentation des différents types de corpus et leurs incidence sur la lecture des manuscrits et reconstitutions en temps réel.

Depuis sa création en 2007, l’équipe Manuscrits, Linguistique, Cognitiona participé à plusieurs opérations de recherche et de valorisation de ses travaux :

-  Participation de 4 de ses membres (I. Fenoglio, J.-L. Lebrave, C. Doquet, C. Leblay) au GDR 2567 « Approches pluridisciplinaires de la production verbale écrite » (responsable : Denis Alamargot) entre 2004 et 2010 ainsi qu’au réseau européen COST IS0703 European Research Network on Learning to Write Effectively.

-  Organisation d’un atelier dans le cadre de l’opération PIRSTEC (Prospective Interdisciplinaire en Réseau pour les Sciences et les Technologies Cognitives) en 2009 (http://pirstec.risc.cnrs.fr/statique/afficher/contenu_ateliers#atel12), co-responsables A. Crasson, C. Doquet et J.-L. Lebrave.

-  Participation de 5 de ses membres (I. Fenoglio, J.-L. Lebrave, C. Doquet, B. Kervyn, C. Leblay, J. Lefebvre) au GDR «Production écrite : apprentissage et expertise» (responsable : Thierry Olive) depuis 2011.

-  Participation de 2 de ses membres (Claire Doquet, Julie Lefebvre) à la recherche Ecritures financée par l’ANR et porté par le SYLED EA2290 (responsable : Georgeta Cislaru).

MEMBRES /

(Attention : voir également en haut à droite  "Collectif de recherche" où se trouve - noté en rouge - l'ensemble des membres listé ci-dessous auquel peuvent s'ajouter des chercheurs, enseignants-chercheurs, conservateurs ou doctorants proches publiant dans le cadre des activités de recherche de cette équipe).

Responsables : Rudolf Mahrer et Bénédicte Vauthier

CNRS / ENS

- Almuth Grésillon CNRS émérite
- Louis Hay CNRS émérite
- Jean-Louis Lebrave CNRS émérite

Doctorants

Valentine Nicollier, Université de Lausanne

Enseignants chercheurs

Sylviane Saugues, MCF Université Aix-Marseille

Correspondants étrangers

- Rudolf Mahrer, Maitre assistant, Université de Lausanne
- Bénédicte Vauthier, PU, Université de Berne

Associés

- Julie Lefebvre : enseignant chercheur, Université de Metz
- Marie-Christine Lala : enseignant chercheur, Paris 3
- Thierry Poibeau, CNRS Lattice
- Rossana de Angelis, Post-doc Lattice
- Frédérique Mélanie, CNRS, Lattice
- Andrea Del Lungo : enseignant-chercheur, Université de Lille 3

---

AXE "TERs"

Resp.  Christophe Leblay

Ce groupe concentre son travail sur l’écriture enregistrée dite en temps réel, s’interroge sur ses représentations possibles et se propose de visualiser la dimension temporelle.

L’objectif est de penser des outils permettant d’enregistrer et d’étudier des productions écrites dans des contextes plus écologiques que ceux offerts par les logiciels expérimentaux d’enregistrement.Il est en effet souhaitable de disposer d’un outil fiable et facile d’utilisation qui nous permette non seulement d’enregistrer, mais aussi de visualiser des processus de production écrite, directement exploitables par la génétique du texte.

L’analyse des représentations du processus d’écriture-réécriture met en présence quatre domaines disciplinaires :

- La linguistique : repérage des formes et des transformations énonciatives successives.

- La méthodologie et les outils de la génétique textuelle, centrés sur la production, permettent d’aborder l’étude de la succession chronologique des opérations d’écriture-réécriture.

- Les mathématiques appliqués : la théorie mathématique des graphes offre des visualisations précise du processus d’écriture-réécriture ainsi que des représentations plus habituelles de type GIS.

- Les travaux portant sur l’acquisition de l’écriture : les données enregistrées sur l’acquisition de l’écriture commencent à prendre en compte l’intérêt que peuvent représenter les visualisations du temps de l’écriture pour l’acquisition et l’enseignement de l’écriture.

Ce groupe de travail s’inscrit directement dans la lignée des travaux de Claire Doquet sur l’écriture saisie dans son déroulement temporel (Logiciel Genèse du Texte) et fait suite au travail effectué par l’équipe Manuscrits, Linguistique, Cognition (années 2009-2012) de l’ITEM.

Depuis 2007, il a été possible de mettre en place une approche transdisciplinaire, entre les mathématiques appliquées et la génétique du texte (Journées de l’Optimisation, HEC Montréal 02-04.05.2011 & HEC Montréal 11.05.2010.); Séminaire duGroupement et analyses de données, Montréal, 27.05.2010 ; Congrès international des sciences humaines, Université Concordia, Montréal, 30.05.2010). Cette thématique de recherche a pu s’enrichir, pendant 6 ans (2004-2010), des réflexions des différentes équipes du Groupement de Recherche GdR CNRS 2657 «Approches pluridisciplinaires de la production verbale écrite», dirigé par Denis Alamargot. Ces années ont aussi été l’occasion de pouvoir de présenter une amorce du projet, lors des deux colloques et de l’école thématique organisés autour de l’écriture (Colloque 'L’écriture et ses pratiques', MSHS, Poitiers, 08.11.2010; Colloque International. De la France au Québec : L’Ecriture dans tous ses états, Poitiers, 12-15.11.2008 ; Ecole thématique Analyses pluridisciplinaires de l’écriture - Convergences et débats, Poitiers, 4-8.07.2005)

Enfin, ce travail sur la visualisation a donné lieu à une communication lors d’une conférence COST Action ISO703 à Postdam, le 06.04.2011, sous le titre de Online Writing Data Representation: a Graph Theory Approach.

Mode de travail : ENT (Environnement Numérique de Travail) + Journées d’études

MEMBRES/

Responsable : Christophe Leblay

Doctorants

- Hélène-Sarah Bécotte Boutin, École Polytechnique de Montréal, Canada / ITEM
- Lucie Libersan, UQÀM, Québec, Canada
- Nathalie Matheu, Université Montpellier III (Praxiling UMR-CNRS) / ITEM

Enseignants chercheurs

- Caporossi Gilles, PU HEC Montréal, Québec, Canada
- Foucambert Denis PU, UQÀM, Québec, Canada
- Leblay Christophe, MCF, Université de Turku Finlande
- Fanny Rinck, MCF ESPE de Grenoble et Laboratoire Lidilem
- Claire Doquet, PU, Paris 3

Collaborations

o   Projet CFQCU “Elaboration d’outil d’évaluation d’écrits professionnels complexes, Universités de Sherbrooke (Québec/Canada), Aix-Marseille (France), ITEM (Paris) & Turku (Finlande).

o   Centre Anthropologie de l'écriture EHESS-CNRS.


AccueilContactL'ItemRSSPodcast — Site propulsé par Lodel