Quelques remarques sur le Cahier 15 : lectures et lecteurs

—Samira Murad,

Table des matières


Le but de cette communication est de réfléchir sur quelques aspects de la relation entre lecture et écriture.   

Le premier problème avec ce type d’approche apparaît quand on se rappelle que, dans le cadre de la critique génétique, le manuscrit moderne a été classé comme un document privé et, donc, sans lecteurs. C’est ce que nous montre Jean-Louis Lebrave quand il analyse l’impact de l’imprimé dans les pratiques d’écriture modernes :

L’imprimé instaure une coupure radicale entre deux univers séparés. D’un côté, il isole la sphère privée du scripteur et de l’activité de production ; c’est le royaume de l’écriture manuscrite, généralement foisonnante, voire anarchique. À l’opposé, on trouve le domaine public des destinataires, lecteurs multiples d'un texte toujours identique1.

Nous verrons donc comment la pratique d’écriture de Proust introduit des zones grises dans  cette séparation nette entre les domaines public et privé puisque dans l’univers des soixante-quinze cahiers de brouillon de Proust, certaines zones apparaissent qui, tout en restant des documents privés, supposent aussi des lecteurs. C’est le cas du Cahier 15 où Proust établit la première dactylographie d’« Un amour de Swann ». Ce manuscrit suppose au moins un lecteur, la dactylographe Miss Hayward, comme le précise Anthony Pugh :

Once the typescript of « Combray » was complete, Proust could continue, with « Un amour de Swann ». He already had a substantial draft, in Cahiers 69 and 22. Although he did use five sheets from that first draft for the copy he gave to the typist, he preferred to rewrite the whole thing rather than simply edit it […] this second version is to be found in five exercise books (15 to 19) from which a number of sheets have been removed, being now housed with other detached sheets in NAF 16703. The reason for this fragmentation of the manuscript is that Proust was giving it to his typist piecemeal. This is true, at least, for the first two-thirds of « Un amour de Swann », which was being typed for Proust by Miss Hayward, who was working in the same Cabourg hotel2.

Les marques de l’implication de ce lecteur dans le cahier sont visibles dans  l’analyse du processus de  « montage » du texte. D’une certaine manière, on peut rapprocher le Cahier 15 des cahiers de « mise au net » de Proust. Comme eux, le Cahier 15 peut être décrit comme un objet complexe  « où les lacunes, les doublons, les contradictions, les additions mal intégrées, bref les “erreurs” et les négligences de toutes sortes pullulent, à l’aune en tout cas de l’idéal esthétique de cohérence et de lisibilité3 ». Mais c’est grâce à cette nature complexe que le manuscrit porte la marque de l’implication du lecteur. Elle était la solution trouvée par l’écrivain pour agencer les forces contradictoires de la lisibilité et de la  pluralité dans ce manuscrit. Pour saisir comment Proust y est parvenu, j´analyserai la première partie du folio 3 ro qui raconte la première rencontre entre Swann et Odette:

Que peut-on dire de cet extrait ?  Il semble que le premier jet de l’écriture a été interrompu avec la phrase « il ne l’avait pas trouvé jolie », que nous transcrivons donc sous une double biffure. Après cette hésitation, le scripteur continue son travail et termine le paragraphe avec le mot « nécessité ».

Remarquons qu’une grande partie de cet extrait a été barrée. Quelle est l’hypothèse que pouvons-nous faire pour ces ratures ? Sans doute, ce sont des ratures de lecture dans leur majorité parce que les additions sont inscrites dans les interlignes et au verso.

L´extrait barré qui nous intéresse commence par la phrase « la première fois que… et termine par « beauté ». Il est réécrit au folio 2 v° – les versos des cahiers étaient normalement utilisés par Proust pour les transformations issues de la lecture qu’il faisait des pages rectos. Mais, même au verso, Proust revient deux fois à la phrase qui décrit la première rencontre entre Swann et Odette :

La séquence de l’écriture semble être, d’une manière simplifiée, la suivante : tout d’abord, rédaction de « quand un de ses camarades […] beauté », puis biffure de la première partie du texte, et suite de la rédaction en marge (« En revanche…. »).

Que pouvons-nous déduire de ce travail d’écriture ? D’abord, les ratures et le texte qui n’est pas raturé semblent fonctionner comme une mosaïque pour le montage de la séquence textuelle désirée. Si nous utilisons le système de renvois que Proust a mis en place pour guider le travail de la dactylographe, cette lecture est possible. C’est donc ce système qui détermine la séquence de ce qui doit être lu par Miss Hayward, qui est le lecteur impliqué dans le texte et qui, symboliquement, occupe la place des futurs lecteurs du texte.  

 Or, pour créer cette mosaïque, Proust doit intercaler deux opérations différentes, l’écriture et la lecture de ses manuscrits. Pour accompagner le « montage » du texte, c’est-à-dire, l’implication du lecteur dans l’écriture, nous devons donc accompagner le travail de Proust comme lecteur de ses manuscrits.

 Que peut-on dire de ce travail ? Quelles sont ses caractéristiques ? Je me contenterai d’en indiquer rapidement quelques-unes, sans pourtant souligner toutes leurs implications. Jauss donne une piste sur la lecture des manuscrits dans son article « Réception et production : le mythe des frères ennemis ». La première chose qu’il fait remarquer est que l’écrivain ne peut pas lire et écrire simultanément parce que :

le produit échappe au producteur qui n’est jamais assuré de sa forme finale ; pour le percevoir comme objet, il faut un regard autre : celui du lecteur. C’est bien pourquoi l’écrivain est contraint de s’arrêter pour pouvoir se lire ; le hiatus entre production et produit interdit qu’on puisse écrire et lire simultanément. Si l’on écrivait uniquement pour soi-même, l’œuvre ne verrait jamais le jour en tant qu’objet4.

 C’est pour marquer la dialectique entre les activités séparées de la  lecture et  de l’écriture que Philippe Willemart a proposé le concept de « roue de l’écriture » qui est mis en action par l’interaction entre les instances de l’écrivain : le scripteur, le narrateur, le premier lecteur et l’auteur. Dans cette dialectique, le rôle du premier lecteur est de « syntoniser le public lecteur en se mettant à sa place5 ». C’est à cette « syntonisation » que le travail de l’écrivain ressemble, au moins dans le Cahier 15 de Proust. Il faudra vérifier si ces mêmes procédures et caractéristiques se répètent dans d’autres cahiers.

Notes

1  LEBRAVE, Jean-Louis. « La critique génétique : une discipline nouvelle ou un avatar moderne de la philologie ? », [En ligne], mis en ligne le 9 novembre 2006. Disponible sur: http://www.item.ens.fr/index.php?id=14048.

2  PUGH, Anthony.  The Growth of A la recherche du temps perdu – a Chronological Examination of Proust’s Manuscripts from 1909 to 1914. Toronto : University of Toronto Press, volume II, p. 424-425.

3  MAURIAC DYER, Nathalie. « Mille feuilles de l’écriture : les cahiers manuscrits “au net” de Marcel Proust et la question éditoriale», [En ligne], Mis en ligne le : 13 mars 2007. Disponible sur: http://www.item.ens.fr/index.php?id=76006.

4  JAUSS, Hans Robert. « Production et réception: le mythe des frères ennemies ». In : HAY, Louis (dir.), La Naissance du texte. Paris : José Corti, 1989,  p. 166.

5 WILLEMART, Philippe. Os processos de criação na escritura, na arte e na psicanálise. São Paulo: Perspectiva, 2009, p. 43.

Pour citer cette page

Samira Murad, «Quelques remarques sur le Cahier 15 : lectures et lecteurs», Item [En ligne],
Mis en ligne le: 26 mai 2011
Disponible sur: http://www.item.ens.fr/index.php?id=577672.

AccueilContactL'ItemRSSPodcast — Site propulsé par Lodel