Dictionnaire de critique génétique

illustration

Préfiguration de l’ouvrage préparé par l’ITEM sous la direction de Pierre-Marc de Biasi et Anne Herschberg Pierrot, à paraître aux éditions du CNRS.
Attention, ceci est une version très partielle. Elle sera périodiquement mise à jour, améliorée et complétée au fur et à mesure de l’achèvement des définitions.

Pour citer ces définitions, utiliser la forme suivante :
Article « XXX » préfiguration en ligne du Dictionnaire de critique génétique de l’ITEM, version du 21 décembre 2010.
Bibliographie des ouvrages cités dans les définitions (télécharger le document (.doc))

Envoyer tout commentaire, complément ou précision à Daniel Ferrer, responsable scientifique, Lydie Rauzier, secrétaire de rédaction et à Aurèle Crasson, responsable technique de l’édition en ligne.


Illustration - Licence Cc - http://www.flickr.com/photos/surrealmuse/4757004/


Entrées disponibles en ligne

COPIE

All. Kopie ;Angl. Copy ; Ar. ? ; Chin. ? ; Esp. ? ; It. ; Port. ; Rus. ?
Transcription, reproduction du contenu d’un manuscrit pour son usage personnel, ou avant la dactylographie pour l’imprimeur.
• Double d’une bande de film, d’un enregistrement numérique.

Hist. Après un usage millénaire de la copie comme vecteur de diffusion et de transmission de la culture écrite, la technique de l’imprimerie introduit le principe d’un invariant textuel qui met fin au régime de la variance antique et médiévale. Copier commence à vouloir dire « copier à l’identique ».
Le terme de copie s’applique d’une part à la mise au net finale du texte réalisée par l’écrivain lui-même (il est donc l’équivalent du manuscrit définitif), d’autre part aux transcriptions (manuscrites, mécaniques ou numériques) par des copistes ou des secrétaires à l’usage de l’écrivain, de l’imprimeur ou pour une diffusion limitée – par exemple la circulation des copies des lettres de Madame de Sévigné. Sous la censure, la copie peut servir à la communication clandestine des textes. Les écrivains du xixe s. utilisaient l’expression « faire de la copie » pour signifier « écrire », « rédiger », par antiphrase de la littérature industrielle qui « tirait à la ligne » (Dumas, Sue). Après une longue période de copie manuscrite calligraphiée (écriture à la ronde), le terme s’étend au xxe s. aux dactylographies, aux reproductions par photocopieuse ou scanner. « Copie » est utilisé au cinéma pour désigner les différentes versions originales du film, ainsi que les copies de distribution.
Théor.Divers types de copie peuvent être considérés comme des documents génétiques : les reproductions autographes, les transcriptions de copistes, corrigées ou non par l’écrivain, les calques, les copies au carbone, les photocopies, les documents numériques (copies de sauvegarde) ou hybrides (sorties d’imprimante). L’usage généralisé de la copie (notamment le manuscrit ou tapuscrit du copiste) a engendré de nombreux cas d’altérations du texte autographe par la présence d’erreurs non aperçues par les écrivains avant impression du texte. Il existe aussi des copies autographes destinées à être offertes ou vendues, qui occupent une place particulière dans la genèse. Certains documents ne sont connus que sous forme de copie.
(Louis Hay)

-> ALLOGRAPHE, AUTOGRAPHE, CARBONE, COPIE D'APPARAT, COPIE D'ETABLISSEMENT, COPISTE, DACTYLOGRAPHIE, MISE AU NET, ORIGINAL, PHILOLOGIE, REECRITURE, REPRODUCTION, SCRIPTEUR, TRANSCRIPTION


AccueilContactL'ItemRSSPodcast — Site propulsé par Lodel