Le 15 janvier 2011 (10h-13h)

« Enquêtes sur la bêtise (les Carnets de Flaubert) »

— Pierre-Marc de Biasi

Composante majeure de l’imaginaire flaubertien, la « bêtise universelle » ne pouvait être absente des Carnets : l’écrivain en fait un véritable thème d’enquête et de réflexion. On en suivra la trace insistante dans les Carnets de travail à travers les projets inédits et scénarios (Ct.19 f°14 : L’Art officiel (…) Bien montrer partout la bêtise de l’impulsion (…) contraire au génie des créateurs), comme dans les maximes où Flaubert cherche à formuler sa vision du monde : « S’il y a quelqu’un de plus bête qu’un idiot, c’est tout le monde » (Ct.19, f°15). Mais on en montrera aussi la présence permanente dans les Carnets de voyage, où la « bêtise » est donnée comme l’une des précieuses et navrantes découvertes que réserve l’expérience de l’ailleurs (au Palais Balbi, en 1845 : Cv.1 «pendant que je regardais la tentation de Breughel il est venu un mr et une dame qui sont partis à peine entrés. Leur mine devant ces toiles était qq chose de très profond comme bêtise. − ils accomplissaient un devoir »). Si la bêtise est pour le romancier une « matière » philosophale indispensable à l’Œuvre, les Carnets sont peut-être le Cabinet de curiosité privé où Flaubert entrepose par provision quelques-unes de ses plus belles récoltes de pépites : toute la crétinerie du monde à l’état pur et natif.
---
---

Lieu : ENS, 45 rue d'Ulm 75005 Paris. Salle des Actes


AccueilContactL'ItemRSSPodcast — Site propulsé par Lodel