“Mais pourquoi m’a-t-elle fait ça !” : Bouvard, Pécuchet et la recherche des causes. Une approche génétique et linguistique des connecteurs de causalité dans Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert

—Florence Pellegrini,

Table des matières


“Flaubert : une manière de couper, de trouer le discours sans le rendre insensé”, écrit Roland Barthes poursuivant en ces termes : “la narrativité est déconstruite et l'histoire reste cependant lisible : jamais les deux bords de la faille n'ont été plus nets et plus ténus, jamais le plaisir mieux offert au lecteur — si du moins il a le goût des ruptures surveillées, des conformismes truqués et des destructions indirectes.”1 Faire et défaire simultanément, c’est cette “impossibilité radicale”2 que réalise Bouvard et Pécuchet. 3 Le récit s’élabore dans une tension entre une extrême cohésion formelle et une dispersion sémantique qui menace sa cohérence : la multiplication des séquences narratives et la grande variété des domaines expérimentaux abordés par les protagonistes participent de cette fragmentation. Roman-encyclopédie qui aborde successivement tous les domaines du savoir et se donne à lire comme un répertoire critique des sciences et des arts, Bouvard déroute tant par l'ambitieuse démesure de son sujet que par son absence affichée d'intrigue.4 Se développant “comme une alternance invariable d’entreprises enthousiastes et d’échecs complets, où chaque épisode recouvre une discipline scientifique en l’épuisant dans les limites d’un chapitre indépendant, Bouvard et Pécuchet se prête mieux qu’aucun autre roman à ce qui pourrait devenir un reproche, celui de piétiner, de déployer arbitrairement les éléments qui le composent sans les orienter dans une véritable construction, sans les articuler d’une façon logique.”5 Véritable roman de la “déliaison”6, l’œuvre semble hésiter entre le délitement et le maintien d’une trame narrative paradoxalement surdéterminée. Car les connecteurs logiques abondent, signes ostentatoires d’une fiction qui cherche sa motivation. “Ce discours très lisible est en sous-main l'un des plus fous qu'on puisse imaginer : toute la petite monnaie logique est dans les interstices.”7. Combinatoire complexe, le roman flaubertien se singularise par ses modalités de jonction, faisant de la question causale sa problématique centrale. Intervalle, transition, charnière, quel que soit le nom que l’on donne à cet “entre-deux” narratif, c’est là que se joue l’admissibilité du récit.

L’abondance des connecteurs logiques est, dans Bouvard, spectaculaire : dès le premier mot du roman8, se posent les questions liées de la cause et de la temporalité, dans un soulignement à la fois surprenant et dérangeant pour le lecteur. D’emblée s’amorce le mouvement dialectique à l’œuvre dans tout le récit, entre effet de réel, motivation, et ironie grinçante car, dans le même temps où il s’attache à justifier le déroulement narratif, ce que signe la subordonnée temporo-causale de l’incipit, le narrateur flaubertien n’a de cesse d’en railler l’artifice et d’en suggérer la vanité (précision chiffrée excessive, outrance catégorique de l’assertion, condensation massive des informations de type “réaliste” dans une phrase-paragraphe).

À cette abondance de connecteurs, il faut ajouter leur caractère usuel. Tous sont fréquemment employés dans le langage courant et explicitent un rapport logique immédiatement identifiable. Pour que le connecteur assume une fonction “suturante”, unifiant le récit et le rendant par là-même admissible, lisible, il doit en effet clarifier le lien entre deux énoncés, indépendamment du contenu de ces derniers. Il s’agit, à un premier niveau de lecture tout au moins, de désambiguïser le déroulement diégétique, de rassurer le lecteur sur la cohérence de ses enchaînements. Cette particularité des connecteurs peut fonctionner à deux niveaux : d’une part, il importe de valider le trajet romanesque de Bouvard et Pécuchet comme celui de toute fiction. “L’effet de logique” assuré grâce à la présence des connecteurs authentifie la diégèse et stabilise l’illusion romanesque. D’autre part, c’est le sujet même du roman qui pourrait induire la présence accrue de connecteurs, en particulier argumentatifs.9 Roman des savoirs, Bouvard semble adopter dans sa narration le modèle scientifique qu’il met en scène. Quant à la familiarité des morphèmes, elle s’imposerait comme un impératif face à la diversité et à la multiplicité des domaines abordés10, seul point d’ancrage stable pour le lecteur.

Le discours causal semble être celui qui organise le roman, en premier lieu par son sujet : les deux bonshommes “à la découverte du savoir” effectuent un parcours de type encyclopédique — “encyclopédie critique en farce” dit Flaubert — et la recherche des causes est même l’une de leurs obsessions premières. Cette obsession causale est manifeste dans les multiples interrogations des compères, toujours à la recherche d’un “pourquoi” :

- “Et le tombeau une inconvenance ! Pourquoi inconvenance ? Est-ce qu’on n’a pas le droit d’en construire un dans son domaine ? Je veux même m’y faire enterrer !” (p. 110)

- Quand ils purent recouvrer la parole, ils se demandèrent quelle était la cause de tant d’infortunes, de la dernière surtout ? — et ils n’y comprenaient rien, sinon qu’ils avaient manqué périr. (p. 115)

- Un ouvrage explicatif leur manquait ; ils retournèrent chez M. Vaucorbeil, et grâce au manuel d’Alexandre Lauth il apprirent les divisions de la charpente, en s’ébahissant de l’épine dorsale, seize fois plus forte, dit-on, que si le Créateur l’eût fait droite. — Pourquoi seize fois, précisément ? (p. 118)

- Ils rêvaient sur l'archée de Van Helmont, le vitalisme, le Brownisme, l'organicisme, demandaient au Docteur d'où vient le germe de la scrofule, vers quel endroit se porte le miasme contagieux, et le moyen dans tous les cas morbides de distinguer la cause de ses effets. (pp. 129-130)

- “Mais pourquoi m’a-t-elle fait ça !” (p. 271)

Les questions sérieuses ou burlesques — ainsi les gémissements de Pécuchet voulant absolument découvrir une intention méchante de Mélie dans sa contamination par les syphilides — jalonnent le roman. Et la démarche finaliste des personnages (“quel est le but de tout cela ?”, p. 139) semble tout entière tendue vers la découverte des lois régissant l’univers11. La réflexion de ces deux bonshommes embarqués “pour un très grand voyage”12 scientifique trouvera avec la question causale son hypocentre et sa pierre d’achoppement. Loi première de l’expérimentation scientifique et de son commentaire théorique, la loi de causalité est au cœur même d’un roman qui n’a de cesse de la contester. Car Flaubert souligne, en même temps qu’il expose son déroulement, la vanité de la démarche ; et l’on pensera aux nombreuses réflexions de la Correspondance sur l’impossibilité de conclure. Comme le souligne Michel Crouzet, “à l’infatué, qui est « un fil » et qui veut « voir la trame », qui veut « amener la réalité à une conclusion qui n’appartient qu’à Dieu seul » […], Flaubert trouve le tort essentiel de vouloir prouver, et de faire de la pensée le domestique d’une argumentation dont la fin est déjà connue.”13 La cible de l’ironie flaubertienne n’est donc pas tant la croyance14, justifiée ou non, en l’existence de causes, que la prétention d’accéder à ces causes. Flaubert stigmatise ainsi le sens commun inquiet du “pourquoi” avant de connaître le “comment ”, la pensée “basse” ou “bête” qui “atteint avec l’immanentisme de l’utile […] son concept central”. 15 La recherche des causes, si intrinsèquement humaine16, n’est en rien dans Bouvard une démarche purement spéculative ; bien au contraire, elle semble inféodée à la poursuite des effets. Qu’il s’agisse de mettre à jour la raison des ratages des compères ou de justifier un choix expérimental, la mention de la causalité vient généralement se superposer à l’évocation du résultat escompté. Réduite à une dimension utilitaire et opératoire, la quête causale peut ainsi sembler dérisoire.

La causalité dans Bouvard et Pécuchet connaît donc un traitement paradoxal : exhibée, mise en scène, elle est, dans le même temps, contestée, remise en cause. Cette ambivalence se traduit, sur le plan linguistique, par l’absence totale du connecteur “parce que” dans le texte final du roman. Présent dans les manuscrits rédactionnels, le connecteur disparaît au fil des réécritures. Ainsi dans l’épisode de “l’élève du melon” (p. 86) qui s’intègre, au chapitre II, à l’expérience agricole des compères.17 Dans la première tentative rédactionnelle de l’épisode, “parce que” introduit la clausule explicative avant que d’être remplacé, dès le feuillet suivant, par le tour redondant “en effet, comme”, qui empile explication et causalité et qui se maintiendra jusqu’au texte final.

Que dire de cette disparition ? Tout d'abord qu'elle ne nous semble pas résulter de la transformation en roman d’un hypotexte technique.18 Jean Gayon19, rapprochant la phrase explicative finale d'un passage du Potager moderne de Gressent, cite ce dernier :

La plupart du temps les melons manquent de soins nécessaires ; mais souvent aussi, le propriétaire est pour beaucoup dans l'insuccès du jardinier, en lui faisant cultiver une quantité de variétés de melons. Entend-il parler d'une variété que l'on dit bonne, il la fait cultiver aussitôt au milieu des autres. Toutes ces variétés se fécondent entre elles, et produisent des mulets impossibles, des melons sans forme, sans saveur, immangeables.20

Si les “mulets” dont il est très tôt question dans les brouillons peuvent être directement issus du manuel de Gressent, il n'en est pas de même pour la tournure explicative — “parce qu'il avait cultivé les unes près des autres des espèces”, qui ne figure pas dans le texte-source. Son abandon au profit de “comme” ne résulterait donc pas de la mise en récit des notes de lecture mais manifesterait un choix transitoire de l'auteur. Confirmerait cette hypothèse l'apparition du connecteur dans un contexte au passé et non au présent gnomique comme c'est le cas pour les notes de lecture qui le précèdent. Le “parce que” apparaît donc lors d’une étape intermédiaire de textualisation avant d’être replacé par “comme”, dans un amuïssement de la signifiance causale.

La disparition finale du connecteur “parce que” révèlerait alors un déplacement de la problématique du récit : il ne s'agit pas tant de discuter les causes avancées — compréhensibles ou non, rationnelles ou non — pour expliciter l'échec de la culture des melons que de mettre en débat la possibilité même d'une explication. Que l'épilogue soit ici pris en charge par le narrateur, restaurant le sens pour le lecteur alors que les protagonistes demeurent dans l'ignorance21, ne garantit en rien sa fiabilité. La redondance de la formule où l'affirmation d'une causalité se trouve renforcée par la présence de la locution adverbiale “en effet”, usuellement employée pour introduire une explication, le soulignement des connecteurs par leur double position inaugurale (tête de phrase et de paragraphe) ainsi que le placement initial de la subordonnée rendent l'énoncé d'autant plus douteux qu'il se présente comme un discret écho22 de l'incipit du roman. À l'ineptie catégorique du “comme il faisait une chaleur de trente-trois degrés”, où la syntaxe stéréotypée s'associe à une excessive — et donc ridicule — précision chiffrée, répond le contestable “comme il avait cultivé les unes près des autres des espèces différentes”. La cause, cette fois-ci, est logique, véridique. Peu importe : la formulation identique nivelle les énoncés et leur confère, par ricochet, un même statut narratif : celui d'une liaison artificielle, d'une “suture” trop visible entre deux séquences narratives, deux énoncés successifs. À la recherche d'une constante autojustification, le récit dévoile, dans le même temps, la vanité de la démarche.

Un phénomène comparable se produit dans les manuscrits rédactionnels de l’épisode du “poirier de Puységur” qui scelle, au chapitre VIII, le triomphe de Bouvard et Pécuchet magnétiseurs (p. 288). Le connecteur “parce que” se maintient dans quatre versions de la conclusion23 de l’épisode avant une substitution par “puisque”.

Ce remplacement de “parce que” par “puisque” est, dans ce fragment, transitoire : dès le f° 3, “puisque” est raturé en “puis”, dans un glissement du causal vers le temporel que nous avons déjà évoqué à propos de “comme”. Le choix final de l’auteur confirme cet effacement de la notion de causalité. En guise d’explication ne sont proposées que des hypothèses :

Bouvard et Pécuchet en somme, n’avaient pas réussi. Cela tenait-il à la température, ou à l’odeur du tabac, ou au parapluie de l’abbé Jeufroy, qui avait une garniture en cuivre — métal contraire à l’émission fluidique ? (p. 288)

La modalité interrogative, la multiplication des motifs possibles de l’échec indiquent une incertitude qui contraste singulièrement avec le ton catégorique des premières versions rédigées : “parce que quelques uns qui sont dessous tirent leur parapluie” (ms g 225 -2- : f° 374) ; “parce que ceux qui sont dessous tirent leur parapluie” (ms g 225 -2- : f° 372).

Transformé ou supprimé dans le travail du brouillon, le connecteur “parce que” est donc absent du texte final de Bouvard. Or, selon les analyses d’Oswald Ducrot24, “parce que” est le seul connecteur capable d’introduire un débat sur la cause. Unissant deux énoncés, “parce que” pose l’explication d’un fait présupposé connu, et dans l’enchaînement de l’argumentation, c’est l’explication qui peut faire l’objet du débat. “Parce que” permet ainsi, à la différence des autres connecteurs “car” et “puisque”, de répondre à une question sur la cause. Refuser ce connecteur, n'est-ce pas révéler l'impossibilité d'une réponse, n'est-ce pas dire la vacuité de toute tentative d'explication ? Le schéma déceptif qui régit l’organisation du roman — les échecs expérimentaux réitérés des compères — semble se répliquer en s’actualisant au niveau phrastique : non seulement les entreprises des bonshommes ratent, mais il ne nous sera pas donné, jamais, de débattre des motifs de cet insuccès. C’est en ce sens que l’on pourrait analyser la disparition progressive de “parce que” dans les manuscrits et l’emploi préférentiel du connecteur “puisque”, dont Oswald Ducrot a démontré la puissance ironique liée à une dimension polyphonique25. Certes le récit souligne, en les exprimant, les causes qui président à son organisation. Mais cette constante volonté de justification s'avère problématique à deux égards : d'une part, elle peut sembler artificielle parce que trop appuyée, trop systématique ; d'autre part, le choix de certains connecteurs révèle l'ambiguïté de la démarche. La conjonction “puisque”, en particulier, qui se caractérise par la non-coïncidence entre le “locuteur” et “l'énonciateur”26 de l'énoncé qu'elle introduit, signale la dimension ironique du propos.

- Puisqu'ils s'entendaient au jardinage, ils devaient réussir dans l'agriculture ; — et l'ambition les prit de cultiver leur ferme. Avec du bon sens et de l'étude ils s'en tireraient, sans aucun doute. (p. 78)

- Cependant, puisque les arbres les plus rares prospèrent dans les jardins de la capitale, ils devaient réussir à Chavignolles ? et Pécuchet se procura le lilas des Indes, la rose de Chine et l'Eucalyptus, alors dans la primeur de sa réputation. (p. 87)

Dans la première occurrence romanesque de “puisque”, le narrateur-locuteur “fait s'exprimer un énonciateur dont il se déclare distinct [...]. Autrement dit, le locuteur ne s'engage pas sur [l'énoncé introduit par “puisque”], il n'en prend pas la responsabilité.”27 La raison invoquée pour justifier l'expérience agricole (le succès du jardinage) ne doit alors pas être attribuée au narrateur mais bien aux personnages, ce qui en atténue considérablement la validité. L'utilisation d'une tournure familière — “ils s'entendaient au jardinage” — qui confère à l'énoncé l'aspect d'un discours rapporté au style indirect libre, tendrait à confirmer cette hypothèse. Peut-être est-il possible d'aller plus loin : Oswald Ducrot explique par cette nette distinction entre locuteur, celui qui prononce l'énoncé, et énonciateur, celui qui en est responsable, la possibilité d'emploi de la conjonction “puisque” dans le raisonnement par l'absurde28. On peut se demander si ce n'est pas ce type de raisonnement auquel nous avons affaire ici, la proposition suivant la conjonction étant “justement celle que le locuteur combat : il fait alors semblant de se placer sur le terrain de son adversaire et tire les conséquences de son point de vue.”29 Et ce qui est présenté comme inadmissible, ce n'est pas tant l'éventualité d'une réussite dans le domaine de l'agriculture que l'assertion catégorique (“ils devaient réussir”) dont elle fait l'objet. La raillerie ne vise donc pas les faits énoncés (la réussite ou l'échec des expériences) mais bien l'énonciation elle-même.

La seconde occurrence semble confirmer l’hypothèse d’un raisonnement par l’absurde, le locuteur-narrateur mettant à distance par l’utilisation de “puisque” un argument attribuable à Pécuchet30 — le maintien de la modalité interrogative pouvant s’analyser comme une marque de DIL — et qui justifie l’achat d’arbres exotiques. Après l’échec des fleurs et la décevante stagnation du sophora-japonica31, Pécuchet ambitionne d’inverser la tendance (“cependant” adversatif en tête de phrase et de paragraphe, souligné par la virgule) en tentant d’improbables plantations : l’échec se trouve inscrit dans la formulation causale douteuse et il n’y a guère que lui à être “étonné” de ce fiasco arboricole ! Et, comme précédemment, la contestation du narrateur porte moins sur la possibilité de réussite de l’expérience que sur la déduction erronée qui préside à sa réalisation. Les deux premières mentions textuelles de “puisque” nous semblent donc correspondre à la même logique : le narrateur se désolidarise d’un point de vue inepte clairement attribué aux protagonistes.

Plus problématiques sont les autres occurrences, dans la mesure où l’énonciateur n’est pas clairement identifiable.

1- Puisqu'on n'y pouvait rien, il devait “se faire une raison”. (p. 93)

2- Il perdit même tout respect pour Walter Scott, à cause des bévues de son Quentin Durward. Le meurtre de l'évêque de Liège est avancé de quinze ans. La femme de Robert de Lamarck était Jeanne d'Arschel et non Hameline de Croy. Loin d'être tué par un soldat, il fut mis à mort par Maximilien, et la figure du Téméraire, quand on trouva son cadavre, n'exprimait aucune menace, puisque les loups l'avaient à demi dévorée. (p. 203)

3- Puisqu'une idée ne peut se traduire par toutes les formes, nous devons reconnaître des limites entre les Arts, et dans chacun des Arts plusieurs genres. (p. 220)

4- En regardant brûler la chandelle, ils se demandaient si la lumière est dans l'objet ou dans notre œil. Puisque des étoiles peuvent avoir disparu quand leur éclat nous arrive, nous admirons, peut-être, des choses qui n'existent pas. (p. 310)

5- Mais il ne peut y avoir plusieurs religions, puisqu'il n'y a qu'un Dieu — et quand il était à bout d'arguments, l'homme à la soutane s'écriait : — “C'est un mystère !” (p. 349)

Ces extraits nous semblent comparables : le contexte présente un énonciateur potentiel auquel il serait tentant d’attribuer la proposition causale. Ainsi Mme Bordin, qui console Bouvard après l’incendie des meules (1), Pécuchet aux prises avec erreurs historiques de Walter Scott (2), Bouvard et Pécuchet égarés dans l’esthétique (3) ou la métaphysique (4), l’abbé Jeufroy, enfin, engagé dans une controverse théologique avec Pécuchet (5). Mais, dans chacun des cas, “l’hybridation”32 formelle incite à davantage de prudence. L’aspect catégorique de certaines assertions marquant l’impossibilité (“on n’y pouvait”, “une idée ne peut”, “il ne peut”) ou l’obligation (“il devait”, “nous devons”) n’est pas sans rappeler le style péremptoire des “résumés” des ouvrages lus par les deux bonshommes33. Et l’usage du présent gnomique (3, 4 et 5) renforce l’impression que l’on a affaire à des lois indiscutables. Comme si, à l’intérieur des “voix” des personnages, se manifestaient les discours théorique (3 et 4) ou dogmatique (5) qui les sous-tendent. On noterait alors un empilement de niveaux énonciatifs, le narrateur-locuteur établissant, dans l’utilisation de “puisque”, une double distanciation ironique : celle du point de vue d’un énonciateur-personnage et, au-delà, celle du discours livresque qui l’a généré. Pour les exemples 3 et 4, la situation se complexifie du fait de l’indétermination d’origine qui frappe le discours livresque. Des auteurs sont bien cités (Schelling, Reid, Jouffroy, De Maistre, le P. André, p. 219 pour 3 et Descartes, Kant, Leibniz, Malebranche, Cudworth, Bonnet, pp. 308-309 pour 4) mais, d’une part, la mention des auteurs intervient trop en amont pour qu’il soit possible de rattacher les propos à l’un ou à l’autre ; d’autre part, les références auctoriales s’empilent dans une énumération parcellaire nivelante. Ce n’est plus alors un discours livresque précis qui est moqué, mais tout discours livresque.

Pour l’extrait 1, les choses se posent en termes légèrement différents : l’origine de la parole se déplace de Mme Bordin au vulgus, à la masse indistincte, au “on”. L’effacement du sujet de l’énonciation s’effectue au bénéfice d’un “on” général et impersonnel, qui ne renvoie à aucun personnage en particulier mais qui, au-delà, se réfère à un consensus, une communauté d’opinion. C’est le “comme on dit” qui l’emporte dans une proposition causale subvertie qui ne justifie que par le truisme. Et que dire, enfin, de la formulation atypique qui, bien qu’apparentée au style indirect libre (le changement de temps et de personne indique la prise en charge de l’énoncé par le narrateur alors que la responsabilité de la proposition causale serait attribuée au personnage), détonne par l’utilisation surprenante des guillemets. On ne sait s’il s’agit d’une surdétermination de l’énonciateur — et cela s’avère paradoxal dans le cadre du discours indirect libre34 — ou d’un effacement de l’énonciateur-Mme Bordin derrière la parole gelée du stéréotype. Contrairement à ce qu’affirme Jean-Pierre Moussaron35, ce n’est pas uniquement la disparition des guillemets qui est susceptible de générer le trouble énonciatif, mais aussi leur utilisation inopportune.

L’extrait 2, enfin, est révélateur du phénomène que j’évoquais dès le début de cette étude des modalités d’emploi de “puisque : l’effacement des marques du discours direct. Il n’est pas aberrant de considérer que la liste des “bévues de […] Quentin Durward” puisse être attribuée à un Pécuchet pointilleux, l’absence de transformation temporelle dans la première phrase de la liste (utilisation du présent passif) restituant la parole ou la pensée du personnage dans sa fictive immédiateté. Il en serait de même pour les phrases suivantes, dont les temps et aspect verbaux — utilisation du passé simple en particulier, “il fut”, “on trouva” — sont dissonants par rapport aux modalités habituelles du style indirect libre. Pourtant, en l’absence de tout repère typographique, il devient périlleux de trancher. Nous serions peut-être en présence de ce que Jean-Pierre Moussaron36 nomme le “discours direct libre”, qui, par la rareté de ses signaux distinctifs, instaure un brouillage, une confusion entre les différents niveaux énonciatifs. Et c’est bien cette confusion qui nous intéresse, car, dans ce contexte, quelle est la valeur du connecteur de causalité ? Reprenons le schéma de Ducrot :

La figure du Téméraire n’exprimait aucune menace (E1) puisque les loups l’avaient à demi-dévorée (E2).

“En introduisant E2 par puisque, le locuteur fait s’exprimer un énonciateur dont il se déclare distinct […]. Autrement dit, le locuteur ne s’engage pas sur E2 à titre personnel, il n’en prend pas la responsabilité.”37 Or dans notre exemple, qui est le locuteur ? Si l’on considère que nous sommes en présence de “discours direct libre”, le locuteur doit être Pécuchet, ce qui s’avère improbable au regard du contenu sémantique des propositions : l’énoncé sous-entend que la “figure menaçante du Téméraire” est l’une des incohérences repérées par Pécuchet à laquelle il oppose l’argument E2, relevant de la vérité historique. Pécuchet est donc l’énonciateur qui assume l’intégralité des propos tenus alors que le locuteur ne peut être que le narrateur, ironisant discrètement non sur les objections avancées par le personnage mais sur la globalité de sa démarche. Ce qui est remis en cause ce n’est pas la validité des propos de Pécuchet — il peut y avoir des approximations dans Quentin Durward — mais toute la logique du personnage qui jauge la qualité d’une œuvre littéraire à l’aune de sa rigueur historique38. Dénigrer Walter Scott en prouvant ses erreurs historiques est aussi infondé que ridicule, c’est ce que suggère l’utilisation de “puisque” dans un trouble énonciatif qui participe de la généralisation du travail de sape flaubertien.

Paraphrasant Simone Lecointre et Jean Le Galliot, je parlerai alors de “l’orientation démythifiante de l’énonciation [opaque]”39. Les propositions causales non originées ou à l’origine douteuse, perdent toute raison d’être ; elles n’expriment rien d’autre qu’une impossibilité, un inaccessible. Les justifications, d’où qu’elles viennent finalement, se rejoignent toutes dans la vacuité parce que la logique de la causalité reste hermétique à l’humain. Face aux illusions causales scientifiques ou dogmatiques “déboulonnées” s’imposent l’ignorance, l’incompréhension ou plutôt la conscience que le seul discours constitué possible reste celui de la bêtise sociale, de l’idée reçue.

Un mot, pour terminer, des occurrences de “puisque” en discours direct. Premier constat, la grande majorité est utilisée dans la parole de Bouvard et Pécuchet. Reprenant une nouvelle fois les analyses d’Oswald Ducrot, nous formulerons l’hypothèse que l’emploi du connecteur signifie la prise de distance des personnages par rapport aux diverses théories qu’ils abordent. Plus intéressantes nous semblent les utilisations de “puisque” dans le discours d’autres personnages. On trouve trois occurrences : les deux premières concernent le docteur Vaucorbeil, la dernière l’abbé Jeufroy.

1- “Vous perforez l'intestin, puisque la fièvre typhoïde est une altération de sa membrane folliculaire.” (p. 131)

2- “Très bien !” dit Vaucorbeil. “Puisque vous balancez entre un homme nanti d'un diplôme...” Pécuchet ricana. “Pourquoi riez-vous ?” (p. 132)

3- “Telle est l'opinion de saint Augustin” ajouta le curé “et saint Fulgence enveloppe dans la damnation jusqu'aux fœtus. L'Église, il est vrai, n'a rien décidé à cet égard. Une remarque pourtant : ce n'est pas Dieu, mais le pécheur qui se damne lui-même ; et l'offense étant infinie, puisque Dieu est infini, la punition doit être infinie. Est-ce tout, monsieur ?” (p. 344)

L’identification de l’énonciateur dans ces extraits est riche en surprises : si elle ne pose aucun problème pour 2 — et l’on comprend parfaitement que le locuteur-Vaucorbeil, furieux d’être contredit par Pécuchet, se désolidarise des hésitations du couple Gouy, clairement désigné par le pronom “vous” comme énonciateur et allocutaire —, elle ne cesse de déconcerter pour 1 et 3. Les deux propositions — “la fièvre typhoïde est une altération de sa membrane folliculaire” et “Dieu est infini” — frappent par leur similarité formelle : même utilisation du présent gnomique, même tour assertif généralisant, qui confèrent aux énoncés l’aspect de vérités absolues. Vérité scientifique — médicale — ou vérité religieuse, elle s’intègre logiquement au discours du personnage qui est son incarnation romanesque : Vaucorbeil ou Jeufroy. Jusque-là,, rien que de très prévisible. L’ambiguïté des énoncés ne tient donc pas aux arguments avancés mais au rapport causal établi ; elle est liée, pensons-nous, à l’emploi de “puisque”. Une nouvelle fois, l’analyse de Ducrot s’avère particulièrement fructueuse : utiliser “puisque” dans la parole des personnages, c’est mettre le ver dans le fruit, opérer une insidieuse dévalorisation du discours d’autorité au sein même de ce qui devrait être sa restitution fidèle, une parole d’adhésion. Paroles héritées, dogmatiques, dont l’énonciation seule valide les assertions du médecin et du curé ; paroles clichées, reproduites sans être investies par les locuteurs, les propositions introduites par “puisque” sont la marque d’un conformisme psittacique qui les discrédite. La déduction qu’opèrent Vaucorbeil et Jeufroy est rendue contestable et cette contestation se répercute sur les doctrines qui servent à la justifier. Le contexte polémique dans lequel s’intègre ces deux répliques tendrait à le confirmer. Pour 1, il s’agit d’une “dispute” entre Pécuchet et Vaucorbeil concernant le diagnostic à poser ; pour 3 d’une controverse théologique entre Bouvard et l’abbé.

Tout à coup, le docteur parut.
Son malade était en train de manger, deux oreillers derrière le dos, entre la fermière et Pécuchet qui le réforçaient.
Il s’approcha du lit, et jeta l’assiette par la fenêtre en s’écriant :
— “c’est un véritable meurtre !”
— “Pourquoi ?”
— “Vous perforez l’intestin, puisque la fièvre typhoïde est une altération de sa membrane folliculaire.”
— “Pas toujours !” (p. 131)

Bouvard hocha la tête. Il doutait aussi de l’enfer.
— “Car tout châtiment doit viser à l’amélioration du coupable — ce qui devient impossible avec une peine éternelle ! — et combien l’endurent ! Songez donc : tous les Anciens, les juifs, les musulmans, les idolâtres, les hérétiques et les enfants morts sans baptême, ces enfants créés par Dieu ! et dans quel but ? pour les punir d’une faute, qu’ils n’ont pas commise !”
— “Telle est l'opinion de saint Augustin” ajouta le curé “et saint Fulgence enveloppe dans la damnation jusqu'aux fœtus. L'Église, il est vrai, n'a rien décidé à cet égard. Une remarque pourtant : ce n'est pas Dieu, mais le pécheur qui se damne lui-même ; et l'offense étant infinie, puisque Dieu est infini, la punition doit être infinie. Est-ce tout, monsieur ?” (p. 344)

À l’interrogation causale de Pécuchet (“Pourquoi ?”), Vaucorbeil n’offre qu’une réponse incertaine, comme le souligne la clausule du dialogue (“Pas toujours !”). Quant à l’argumentation de Jeufroy, elle est mise en péril a priori par la multiplicité des objections qu’avance Bouvard, objections tout aussi oiseuses si l’on y regarde de plus près. On remarquera en particulier l’usage de “car” en ouverture de la réplique de Bouvard. De la même façon que “puisque”, “car” soustrait à la discussion le lien de causalité, “présupposé admis de l’interlocuteur”40, ici Jeufroy. “Car” n’unit pas deux énoncés mais deux énonciations : il permet de lier les doutes de Bouvard à l’émission d’un postulat (“tout châtiment doit viser à l’amélioration du coupable”, expression modale de nécessité, présent gnomique) mais il ne dit rien sur la validité de ce postulat. Sans être aussi ambigu que “puisque”, “car” révèle une béance méthodologique : la cause est toujours hors du propos qui prétend la circonscrire.

La fiction flaubertienne repose sur un subtil équilibre : à la fois suffisamment claire et persuasive pour maintenir une lisibilité et “suffisamment évidée de toute relation logique véritable pour que le système chancelle à la moindre secousse.”41 Illusoirement rationnel, le récit flaubertien restitue le pouvoir de séduction du tout système organisant le monde tout en suggérant l’infinie vanité.

Cette ambiguïté essentielle du roman est perceptible dans le choix d’un certain type de connecteurs logiques : je n’ai ici envisagé que la disparition de “parce que”, résorbé dans le travail du brouillon et le choix préférentiel de “puisque”, “car”, ou “comme”. Associées à une énonciation troublée, sans origine ou à l’origine douteuse, les justifications arguées et introduites par ces connecteurs deviennent problématiques et sont à envisager dans leur rapport à la doxa et au stéréotype. Mais, parallèlement au maintien de liaisons de type causal et consécutif, le récit propose d’autres modèles organisationnels : le phénomène de la collection, qui est au cœur de l’expérience archéologique des bonshommes au chapitre IV, semble se propager à la totalité du parcours expérimental. On pourrait alors considérer les multiples séquences narratives comme autant d’objets accumulés, empilés au sein du roman — vaine tentative d’unification — sans que jamais ne disparaisse leur hétérogénéité fondamentale. À ce titre le connecteur “puis” est particulièrement intéressant : généralement intégré à une énumération, “puis” coordonne sans hiérarchiser ; il articule entre eux les éléments de la série. De manière identique, la prolifération de la conjonction “et”, si largement commentée, participe de cette esthétique de la liste, de cette rhétorique de l’ajout. Construction sérielle, roman en forme de déclinaison, Bouvard entre en résonance avec le Dictionnaire des idées reçues, qui devait lui faire suite et s’intégrer à la “copie” des bonshommes — le “second volume” projeté et jamais achevé. L’étrange “programme” pour la biographie du duc d’Angoulême à la fin du chapitre IV peut se lire alors comme les prémices de cette écriture “décausalisée” à l’œuvre dans le Dictionnaire ou le Sottisier. La prégnance des connecteurs est le signe de l’activité suturante de l’écriture romanesque qui s’acharne à établir une continuité narrative alors même que le texte se “troue” de blancs alinéaires. Antagonistes mais concomitantes, indissociables, les deux tendances tiraillent le texte sans toutefois le disloquer.

Le rapport flaubertien à la cause est ambivalent : stigmatisée comme une prétention chimérique de l’esprit humain enclin aux systèmes, la recherche des causes reste toutefois au centre du roman. Par le recours à la liaison en porte-à-faux, Flaubert évide son édifice de l’intérieur, dans un continuel travail de termite ; le roman n’est qu’une forme creuse, vaine. Pourtant la forme demeure. Et c’est cette dualité qu’il convient d’interroger pour appréhender le rapport flaubertien à la connaissance, au discours sapiential. La scission de l’écriture recèle un enjeu épistémologique : la loi, la règle s’imposent comme points de fixation. Intolérables mais incontournables, elles infléchissent le cours d’un roman tout entier bâti contre elles, un roman à la fois proche et étranger qui les déconsidère sans parvenir à les exclure.

Notes

1  Roland Barthes, Le plaisir du texte, “Points”, Seuil, 1973, pp. 16-17.

2  “J’ai peur qu[e le roman] ne soit par sa conception-même, radicalement impossible”, lettre du 26 septembre 1874 à George Sand, citée par Geneviève Bollème, Préface à la vie d’écrivain ou Extraits de la correspondance, “Le Don des langues”, Seuil, 1963, pp. 262-263.

3  L’édition de référence utilisée est celle de Claudine Gothot-Mersch, “folio classique”, Gallimard, 1979.

4  “Et pas de drame, pas d'intrigue, pas de milieu intéressant”, Lettre du 18 avril 1880 à Mme Roger des Genettes,citée par Geneviève Bollème, Préface à la vie d’écrivain, op. cit., p. 291.

5  Normand Lalonde, “La somme et le récit : l’exemple de Bouvard et Pécuchet”, Littératures, n°29, automne 1993, p. 75

6  J’emprunte le terme à Sylvie Triaire, Une esthétique de la déliaison : Flaubert (1870-1880), Honoré Champion, 2002.

7  Roland Barthes, Le plaisir du texte, op. cit., p. 16. Je souligne.

8  “Comme il faisait une chaleur de trente-trois degrés, le boulevard Bourdon se trouvait absolument désert.” (p. 51). Voir à ce propos, Anne Heschberg-Pierrot, “Le cliché dans Bouvard et Pécuchet”, Flaubert et le comble de l’Art, Nouvelles recherches sur Bouvard et Pécuchet, Sedes, CDU, 1981, pp. 31-37 et “Étude génétique de l'incipit de Bouvard et Pécuchet”, Équinoxe, n°16, 1999 : “l’inscription de la causalité parodique en attaque du roman pose d’entrée le jeu du roman avec les idées reçues, elle indique un horizon de lecture qui joue avec le modèle du roman réaliste et le démonte. Elle inscrit d’emblée la réénonciation des lieux communs comme un des modèles d’engendrement de Bouvard et Pécuchet”, “Étude génétique de l’incipit de Bouvard et Pécuchet”, op. cit., pp. 92-93. Manipulation des stéréotypes romanesques, dans le détournement parodique de la “motivation”, mais également clichage syntaxique dans une formule inaugurale directement héritée de la rhétorique latine. Nous préciserons simplement qu’il est délicat en français de trancher entre la valeur causale et la valeur temporelle du connecteur. Si en latin l’emploi du subjonctif ou de l’indicatif après “cum” permet de différencier les deux modalités d’usage, il n’en est pas de même dans la syntaxe française qui utilise “comme” + indicatif dans tous les cas.

9  Mon attention se porte plus particulièrement sur la présence et la disposition textuelle des connecteurs argumentatifs, c'est-à-dire des termes qui, en plus de leur rôle de jonction, insèrent les énoncés qu'ils relient dans un cadre argumentatif,distinction qui me semble éclairante dans le roman encyclopédique qu'est Bouvard et Pécuchet. La volonté démonstrative semble induite par le sujet même du récit, qui propose une exploration systématique des différents domaines du savoir et multiplie les expérimentations. Il s’agit d’apprécier non seulement la cohésion textuelle mais également la visée, l’orientation argumentative des énoncés. Je reprends ici la théorie de l’argumentation de Jean-Claude Anscombre et Oswald Ducrot : selon cette théorie, “la signification d’une phrase n’a pas une valeur de représentation, déterminant des conditions de vérité relatives à l’extra-linguistique, mais une valeur argumentative, qui détermine l’ensemble des enchaînements discursifs auxquels l’énonciation de la phrase peut donner lieu, et ceux qui sont exclus.” Ce postulat stipule que la valeur sémantique d’une entité linguistique réside dans les suites qu’elle prétend se donner. (Jacques Moeschler et Antoine Auchlin, “Polyphonie et argumentation”, Introduction à la linguistique contemporaine, “Cursus-Lettres”, Armand Colin, 2000, p. 146.) Le discours fictionnel n’est pas appréhendé comme une succession de choses “nouvelles”, mais de choses qui “tirent à conséquence” ; l’énoncé se justifiant par sa pertinence argumentative, c’est-à-dire par ses virtualités d’enchaînement.

10  Flaubert ambitionne l’exhaustivité, comme le suggère cette lettre du 16 novembre 1879 à Gertrude Tennant : “Ce que c’est ? Cela est difficile à dire en peu de mots. Le sous-titre serait « du défaut de méthode dans les sciences. » Bref, j’ai la prétention de faire une revue de toutes les idées modernes.”

11  “Une illumination lui vint : s’ils avaient tant de mal, c’est qu’ils ne savaient pas les règles.” (p. 214). Je souligne.

12  “Le samedi 1er août [1874], je commence, enfin, Bouvard et Pécuchet. Il me semble que je vais m’embarquer pour un très grand voyage, vers des régions inconnues, et que je n’en reviendrai pas”, Lettre du 29 juillet 1874 à Ivan Tourgueniev, citée par Geneviève Bollème, Préface à la vie d’écrivain, op. cit., p. 261.

13  Michel Crouzet, “Sur le grotesque triste dans Bouvard et Pécuchet”, Flaubert et le comble de l'Art, Nouvelles recherches sur Bouvard et Pécuchet, op.cit., p. 60.

14  C’est même la seule attitude possible, la science devenant une affaire de foi plutôt que de vérité : “D’où ils conclurent que la Physiologie est (suivant un vieux mot) le roman de la médecine. N’ayant pu la comprendre, ils n’y croyaient pas.” (p. 127).

15  Michel Crouzet, “Sur le grotesque triste dans Bouvard et Pécuchet”, Flaubert et le comble de l’Art, Nouvelles recherches sur Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 60.

16  “Le sens commun se nourrit ainsi de causalité et il serait entièrement désorienté dans un monde sans causes où tout serait surprise et événement”, Michel Malherbe, Qu’est-ce que la causalité ? Hume et Kant, “Pré-textes”, Vrin, 1994, p. 6. C’est cette caractéristique de l’esprit humain qui est à l’origine de la nécessité de conserver une logique narrative garantissant la lisibilité de l’œuvre et qui fonde, implicitement, la légitimité de la démarche de Bouvard et de Pécuchet.

17  Les manuscrits de Bouvard et Pécuchet sont conservés à la Bibliothèque municipale du Rouen. Ils sont rassemblés en trois volumes de “brouillons” (1203 feuilles) répertoriés ms g 225, et un volume de trois cents feuilles réservé au manuscrit autographe (ms g 224). À ces manuscrits rédactionnels qui font l'objet de notre étude s'ajoutent plans et scénarios. La consultation des manuscrits de Bouvard et Pécuchet m'a permis de rassembler dix-neuf versions différentes de l'épisode : dix-huit versions appartenant aux brouillons auxquelles s'ajoute la page de mise au net du manuscrit autographe (ms g 224, f° 24, f° 25 et f° 26). Parmi les dix-huit feuillets du brouillon, on peut établir trois sous-ensembles : quatre feuillets de type scénarique, comportant des indications qui concernent l'ensemble de l'expérience du jardinage et de l'agriculture (f° 110 v°, 220 v°, 110 et 111), treize feuillets de réécritures successives — fragmentaires ou complètes — de l'épisode (f° 113, 117, 115, 112, 114, 119, 118, 120, 140 v°, 141 v°, 121, 122 et 143 v°), ainsi qu'un curieux feuillet au mode énonciatif “mixte”, qui combine les notes de lecture de Flaubert sur la technique de culture des melons et une ébauche de mise en récit (f° 116).

18  À propos des questions d’intertextualité et d’hypotexte, voir Éric Le Calvez, “Génétique et hypotextes descriptifs (la forêt de Fontainebleau dans L’Éducation sentimentale)”, Neophilologus, n°78, 1994, pp. 219-232. L’étude de Le Calvez envisage l’intertextualité au cours de l’élaboration du texte et se propose d’élucider la part de réécriture au cœur du processus de textualisation. La démarche semble particulièrement productive pour Bouvard et Pécuchet, tant la source documentaire du récit est affichée et prolifique. Dans l’exemple qui nous intéresse, un extrait du Potager moderne sert d’hypotexte à la conclusion de l’épisode, qui rapporte la mutation des melons : même échec consécutif à une euphorie cultivatrice et même hybridation désastreuse.

19  Jean Gayon, “Agriculture et agronomie dans Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert”, Littérature, n°109, mars 1998, p. 13.

20  Gressent, Le Potager moderne, Paris, Auguste Goin, 1863, p. 119.

21  Mais s'ils ont lu “les quatre volumes de la Maison Rustique”, “le cours de Gasparin”, et sont abonnés à “un journal d’agriculture” (p. 82), ils devraient être, tout comme le narrateur, capables de comprendre le “ratage” de l'expérience, l'information se trouvant dans un genre de documentation en leur possession. À moins qu’elle ne figure que dans le manuel de Gressent, cité dans les manuscrits mais non dans le texte final ? On s'y perd... “Défaut de lecture” des personnages ? carences documentaires ? “étourderie” de l'auteur ? cela pourrait bien révéler le désintérêt de Flaubert pour les causes réelles de l'échec : ce qui est primordial c'est la formulation de la cause, la tentative de restauration de la cohérence du monde par la rationalisation du discours.

22  Le texte oscille entre répétition et variation et “c’est le lecteur qui doit relier des éléments ou des détails disjoints en apparence, et qui pourtant se répondent”, Éric Le Calvez, Flaubert topographe : L’Éducation sentimentale, Essai de poétique génétique, “Faux titre”, Rodopi, Amsterdam, Atlanta, GA 1997, p. 263.

23  ms g 225 - 3 - : f°3, 11 v°, 4, 1 v°, 15 v°, 6, 5, 8 v°, 7. À ces manuscrits, qui ne concernent que la conclusion de l’épisode, il faut ajouter les douze feuillets de type scénarique qui préparent l’intégralité de la séquence (ms g 225- 2 - : f° 377, 375, 374, 376, 373, 370 v°, 372, 363 v°, 367 v°, 359 v°, 360 v° et ms g 225 - 3 - : 2 v°).

24  Oswald Ducrot, Le Dire et le dit, “Propositions”, Les éditions de Minuit, 1984. La polyphonie désigne, de manière très générale, “le fait qu’un énoncé puisse faire entendre plusieurs voix différentes, distinctes de celle de l’auteur de l’énoncé : « dans les limites d’une seule construction linguistique on entend[e] résonner les accents de deux voix différentes » (Mikhaïl Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, Gallimard, 1978, p. 158)”, Jacques Moeschler et Antoine Auchlin, Introduction à la linguistique contemporaine, Armand Colin, 2000, p. 145. Tout énoncé consiste donc en une mise en scène d’instances énonciatives distinctes, “auxquelles le locuteur peut se présenter comme associé ou non.”, Idem.

25  Oswald Ducrot, “Esquisse d’une théorie polyphonique de l’énonciation”, Le Dire et le dit, op. cit., pp. 171-237 et Oswald Ducrot et al., Les Mots du discours, “Le sens commun”, Les Éditions de Minuit, 1980, pp. 47-49.

26  Je reprends ici les distinctions établies par Oswald Ducrot, “Analyse des textes et linguistique de l'énonciation”, Les Mots du discours, “Le sens commun”, Éditions de minuit, 1980. “On doit, dans cette description de l'énonciation qui constitue le sens de l'énoncé, distinguer l'auteur des paroles (locuteur) et les agents des actes illocutionnaires (énonciateurs), et en même temps, d'une façon corrélative, l'être à qui les paroles sont dites (allocutaires) et ceux qui sont les patients des actes (destinataires). Si l'on appelle “s'exprimer” être responsable d'un acte de parole, alors ma thèse permet, lorsqu'on interprète un énoncé, d'y entendre s'exprimer une pluralité de voix, différentes de celle du locuteur, ou encore [...] une polyphonie”, Oswald Ducrot, op. cit., pp. 43-44. Dans l'exemple que j'analyse, le locuteur est assimilable au narrateur alors que les énonciateurs semblent être Bouvard et Pécuchet ; allocutaire et destinataire se confondent dans la figure du narrataire.

27  Idem, p.48.

28  “Puisque” permet d'introduire “un énoncé E2 justifiant l'énonciation d'un autre énoncé E1. [...] En ce qui concerne E1, il est remarquable, dans le cas de puisque, que son énonciateur peut être présenté comme distinct du locuteur [...]. C'est pourquoi on peut utiliser puisque dans un raisonnement par l'absurde : E1 est alors une proposition considérée comme évidemment inadmissible et le fait qu'elle soit une conséquence de E2 sert à prouver la fausseté de E2”, Oswald Ducrot, op. cit., p. 47.

29  Idem, p. 48.

30  On remarquera également l’utilisation du présent gnomique qui confère à la proposition causale un aspect proverbial. On pourra s’interroger alors sur l’éventuelle origine citationnelle du propos : Pécuchet est-il l’unique énonciateur possible et ne peut-on voir derrière cette formulation un lieu commun, un “on dit” ? Nous reviendrons sur ce problème de la “parole inassignable” lors de l’analyse des autres occurrences de “puisque”.

31  “Mais il planta des passiflores à l’ombre, des pensées au soleil, couvrit de fumier les jacinthes, arrosa les lys après leur floraison, détruisit les rhododendrons par excès d’abattage, stimula les fuchsias avec de la colle-forte, et rôtit un grenadier, en l’exposant au feu dans la cuisine.

32  “Nous qualifions de construction hybride un énoncé qui, d’après ses indices grammaticaux (syntaxiques) et compositionnels, appartient au seul locuteur, mais où se fondent, en réalité, deux énoncés, deux manières de parler, deux styles, deux “langues”, deux perspectives sémantiques et idéologiques”, Mikhaïl Bakhtine, “Du discours romanesque”, Esthétique et théorie du roman, op. cit., pp. 125-126.

33  Voir, par exemple, L’Architecte des jardins par Boitard (p. 100) ou le Cours de philosophie, à l’usage des classes par Monsieur Guesnier (pp. 305-306)

34  Dominique Maingueneau, en accord avec la théorie polyphonique de Ducrot, note que le discours indirect libre laisse percevoir la “discordance de deux voix”, celle du narrateur et celle du personnage. “Ce ne sont pas deux véritables locuteurs qui sont perçus […] mais plutôt deux points de vue énonciatif ; si bien que le destinataire est incapable de séparer rigoureusement dans l’énoncé les mots qui viennent du narrateur et ceux qui viennent du personnage”, Dominique Maingueneau, Précis de grammaire pour examens et concours, Bordas, p. 127. Je souligne. L’indistinction énonciative est donc essentielle au discours indirect libre. Or les guillemets distinguent…

35  Jean-Pierre Moussaron, “Une étrange greffe”, Flaubert et le comble de l’Art, Nouvelles recherches sur Bouvard et Pécuchet, op. cit., pp. 89-109.

36  Marie-Thérèse Jacquet utilise l’appellation “discours direct intégré” pour désigner ces phrases au présent, sans tiret ni guillemet, insérées dans le tissu narratif et qui assument “toutes les caractéristiques linguistiques d’une intervention au style direct”. Marie-Thérèse Jacquet, “La fausse libération du dialogue ou le « style direct intégré » dans Bouvard et Pécuchet”, Annali della Facoltà di Lingue e Letterature straniere dell’Università di Bari, Terza serie, Bari, 1980, p. 220. Citée par Philippe Dufour, Flaubert et le Pignouf : essai sur la représentation romanesque du langage, “L’Imaginaire du Texte”, PUV, 1993, p. 120 et Claudine Gothot-Mersch, “La parole des personnages”, Travail de Flaubert, recueil réalisé sous la direction de Gérard Genette et Tzvetan Todorov, “Points”, Seuil, 1983, p. 219.

37  Oswald Ducrot, “Analyse des textes et linguistique de l'énonciation”, Les Mots du discours, op. cit., p. 48.

38  La polyphonie de la phrase liminaire (“Il perdit même tout respect pour Walter Scott, à cause des bévues de son Quentin Durward”) suggère déjà l’inanité de la démarche : le dédain de Walter Scott est justifié par une cause dont le narrateur n’endosse pas la responsabilité, la familiarité du terme “bévues” ainsi que du tour “les bévues de son” renvoyant au mode d’expression du personnage. L’analyse de “puisque” confirme cette interprétation.

39  Simone Lecointre et Jean Le Galliot, “L’appareil formel de l’énonciation dans Jacques le Fataliste”, Le Français moderne, revue de linguistique française, n°3, juillet 1972, pp. 222-231.

40  Anne Herschberg-Pierrot, Stylistique de la prose, “Lettres”, Belin Sup, 1993, p. 252.

41  Stéphanie Dord-Crouslé, “Saint-Simon, Bouvard et Pécuchet : représentation d’une idéologie”, Etudes saint-simoniennes, sous la direction de Philippe Régnier, Presses Universitaires de Lyon, 2002, p. 192.

Pour citer cette page

Florence Pellegrini, «“Mais pourquoi m’a-t-elle fait ça !” : Bouvard, Pécuchet et la recherche des causes. Une approche génétique et linguistique des connecteurs de causalité dans Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert», Item [En ligne],
Mis en ligne le: 26 octobre 2007
Disponible sur: http://www.item.ens.fr/index.php?id=187189.

Notice bibliographique

Lieux littéraires, n°6, Presses de l’Université Paul Valéry, Université Paul Valéry, Montpellier III, décembre 2002, p. 359-380. (p. )

AccueilContactL'ItemRSSPodcast — Site propulsé par Lodel