Séminaire général de critique génétique / 2019-2020

17/12/2019, Ecole normale supérieure, 75005 Paris, 17h-19h

La tradition littéraire italienne constitue un cas exceptionnel d’un point de vue génétique en raison de la conservation précoce des archives et manuscrits d’auteur. La valorisation et l’étude de cet inestimable patrimoine ne sont pas moins précoces : dès la Renaissance, les hommes de lettres explorent en apprentis, en bibliophiles ou en disciples l’atelier des grands auteurs de la tradition médiévale et humaniste dont les manuscrits apparaissent comme de précieux outils pédagogiques. L’étude génétique se double d’une démarche poétique. Le cas italien se présente ainsi comme un observatoire privilégié pour appréhender au fil des siècles, outre la construction de la figure moderne de l’auteur, la naissance et la formation d’une langue et d’une tradition littéraires qui ont puisé leur richesse dans l’étude des brouillons de maîtres.

Depuis le Codice degli Abbozzi de Pétrarque et les « livres d’auteur » calligraphiés de Boccace, jusqu’aux différentes versions des Délits et des peines de Beccaria et des Fiancés de Manzoni, en passant par les manuscrits préparatoires du Roland Furieux de l’Arioste et les livres annotés du Tasse et d’Alfieri, ce numéro de Genesis accompagne le lecteur dans l’atelier des plus grands écrivains de la tradition italienne, présente leurs « paperasses » et questionne, à travers elles, les processus de la création et de l’interprétation littéraire. Les sections conclusives complètent le dossier thématique en l’ouvrant sur des figures contemporaines : de Gramsci et son « labyrinthe de papier », jusqu’à Erri de Luca, en passant Elsa Morante et Antonio Tabucchi, dont sont présentés et traduits deux inédits.

Christian Del Vento est professeur à l’université Sorbonne Nouvelle, où il dirige le Centre interdisciplinaire de recherche sur la culture des échanges (CIRCE). Au sein de l’ITEM, il anime le groupe de travail « Manuscrits italiens du Settecento ». Ses recherches portent sur la littérature et la culture italiennes des XVIIIe-XXe siècles, sur l’édition des textes et sur l’histoire du livre et des bibliothèques d’écrivains. Il vient de publier une monographie consacrée à la bibliothèque de Vittorio Alfieri (La biblioteca ritrovata, Alessandria, Ed. dell’Orso, 2019).

Pierre Musitelli est maître de conférences à l’École normale supérieure (ENS PSL) et membre de l’équipe « Écritures des Lumières » de l’ITEM. Ses travaux portent sur la littérature, la culture et l’histoire italiennes des XVIIIe et XIXe siècles, en particulier sur les Lumières lombardes, le néoclassicisme littéraire et la constitution du canon.