Séminaire général de critique génétique /2016-2017

16/11/2016,

Première partie : « Concept de texte et méthodologie », Bernhard R. Appel ; deuxième partie : « Le processus de formation des variantes dans les œuvres de Ludwig van Beethoven », Federica Rovelli.

La critique génétique textuelle d’œuvres musicales s’enracine dans la recherche sur les manuscrits musicaux menée depuis les années 1860 et elle a reçu une impulsion méthodologique essentielle de la critique génétique française en littérature. Le but de cette discipline musico-philologique est l’exploration des processus d’écriture et de travail des compositeurs. Dans la mesure où les compositeurs des siècles passés ne nous ont pas légué de musique, mais seulement des textes (des partitions et des textes verbaux), c’est le texte mis à disposition par les manuscrits originaux des partitions qui se trouve au centre des analyses génétiques. Le concept spécifique de texte musical et les conséquences méthodologiques qui en découlent, présentés dans la première partie de notre exposé, seront illustrés dans la deuxième partie par un exemple issu des compositions de Beethoven. Les intervenants collaborent tous deux au programme de recherche « L’Atelier de Beethoven : Critique génétique textuelle et édition musicale numérique », soutenu par l’Akademie der Wissenschaften und der Literatur de Mainz. Ce programme de recherche a débuté en 2014 et doit se dérouler sur un total de 16 années.

_______________________________________________

Musicologue et musicien, le professeur Bernhard R. Appel a d’abord consacré ses travaux à Robert Schumann, avant de se tourner vers l’œuvre de Beethoven. De 2007 à 2015, il a dirigé les Archives Beethoven ainsi que la maison d’édition de la Beethoven Haus à Bonn.  Actuellement, il est notamment responsable de la nouvelle édition des Œuvres complètes de Beethoven et de la collection « Beethoven Skizzen und Entwürfe » (Esquisses et brouillons de Beethoven). Parmi de très nombreuses publications, on signalera par exemple Vom Einfall zum Werk – Robert Schumanns Schaffensweise (Verlag Schott, Mainz 2010), Ludwig van Beethoven. 33 Veränderungen C-Dur über einen Walzer von Anton Diabelli für Klavier op. 120, Fac-similé de l’autographe, de l’édition originale et commentaire de Bernhard R. Appel, William Kinderman et Michael Ladenburger, Bonn 2010, et enfin Musikphilologie, sous la direction de Reinmar Emans et Bernhard R. Appel, Verlag Laaber, Laaber, 2014. Avec Joachim Veit, il dirige le projet Beethovens Werkstatt. Genetische Textkritik und digitale Musikedition (« L’Atelier de Beethoven : critique génétique textuelle et édition musicale numérique »).

Federica Rovelli a obtenu son doctorat en musicologie et en philologie en 2009 à l’Université de Pavie (Crémone). En 2010-2012, elle a enseigné à l’Université de Cagliari. Depuis 2012, elle travaille à la Beethoven-Haus de Bonn, où après avoir été boursière de la Fondation Alexander von Humboldt, elle collabore depuis 2014 au projet Beethovens Werkstatt. Pour cette même institution, elle est responsable de l’édition des volumes suivants de la Beethoven-Gesamtausgabe: Ludwig van Beethoven. Ein Skizzenbuch aus den Jahren 1815 bis 1816 (Scheide-Skizzenbuch) et Klaviersonaten, volume III (section VII, volume 4).